La place du dimanche dans la vie de l’homme

 

Il est nécessaire que, libéré des contraintes du travail, chacun dispose de temps pour se reposer, vivre en famille, rencontrer les autres, avoir une vie sociale et bénéficier des diverses propositions culturelles, sportives, etc., qui lui sont offertes. Le dimanche laisse à chacun le choix de son emploi du temps, de ce qu’il fait ou ne fait pas, de qui il voit ou ne voit pas ; il est en cela un espace de liberté et de détente, au contraire de la semaine.

 

Le dimanche permet de se donner un équilibre de vie souvent mis à mal par le rythme de la semaine.

 

L’économie et le travail ne sont pas le dernier mot d’une vie sociale. Jour de liberté, de détente, de repos, le dimanche est également le temps des retrouvailles entre générations, adultes, jeunes et enfants quelles que soient leurs activités (école, études, entreprises privées ou publiques, etc.). Le dimanche permet de libérer un espace pour le jeu et la conversation entre les hommes.

 

La loi du 13 juillet 1906 instituant que « le repos hebdomadaire doit être donné le dimanche » et insérée dans le Code du travail, est donc un acquis social qu’il importe de respecter

 

 

Le dimanche au risque de la vie actuelle

 

Dès lors, élargir l’ouverture des magasins le dimanche reviendrait à banaliser ce jour et à faire passer les lois du commerce avant la dimension conviviale, familiale et spirituelle de l’existence. Il n’y aurait plus de jour de congé hebdomadaire commun. Ceci accentuerait l’atomisation de la société française.

 

Enfin gommer le caractère particulier du dimanche est une solution de facilité qui, sous prétexte de libéralisme, retire à l’homme un repère objectif, inscrit dans le temps, de sa dimension spirituelle. Laisser à la seule décision individuelle le respect du dimanche revient à considérer la vie spirituelle non plus comme une composante de l’homme, mais comme la résultante aléatoire de motivations privées.

 

Le dimanche est un jour différent des autres jours. Cette différence doit rester visible.

 

Conseil pour les questions
familiales et sociales
de la Conférence des Evêques de France

 

 

 

Le dimanche, c’est le bien du bon Dieu ;
c’est son jour à Lui, le jour du Seigneur.
Il a fait tous les jours de la semaine ;
il pouvait tous les garder,
il vous en a donné six,
il ne s’est réservé que le septième ;
il veut qu’en ce jour,
vous ne travailliez nullement.
Saint Jean-Marie Vianney