Conseils pour accueillir la fragilité

 

Sophie Lutz est conférencière et chroniqueuse, et mère d’une fille polyhandicapée, Philippine. Cette jeune femme a laissé la faiblesse transformer sa vie. Voici quelques conseils qu’elle nous donne face au handicap et aux fragilités

 

Reconnaissez votre impuissance

La fragilité des personnes rencontrées implique de reconnaître ses propres limites, sa propre fragilité. Personne n’est chargé de porter la vie de l’autre, si faible soit-il, ni de réussir sa vie à sa place. Celui qui est faible risque d’être écrasé si je l’aide avec héroïsme, plutôt qu’en reconnaissant que je ne peux pas tout faire. Il s’agit de rester soi-même et non celui ou celle que nous pensons devoir être par charité. Admettre que notre amour est parfois trop possessif, exclusif, ou combatif, fait de nous des personnes plus vraies.

 

Découvrez ce qui rend la personne unique

Contempler comment vit celui dont l’esprit ou le corps est brisé, dans son apparente inutilité, est une découverte. Chacun donne à son existence une couleur très personnelle. Vous pouvez apprendre petit à petit à voir comment, silencieusement, les personnes fragiles diffusent une ambiance autour d’elles en relevant le défi de vivre leur vie. Leur profondeur d’être fait du bien. Cela inspire pour votre propre vie, votre vocation, celle que personne ne réalisera à votre place.

 

Ne comparez pas les souffrances

Faut-il avoir subi une grosse épreuve dans sa vie pour progresser spirituellement ? Il n’y a pas de vie sans souffrance, et cela fait peur. Sans tomber dans le dolorisme, ce sont les difficultés, et non les facilités, qui nous font progresser. La question n’est pas d’évaluer les souffrances, mais de faire quelque chose de beau avec celles, grandes ou petites, que la vie nous fait rencontrer. Aborder une personne fragile avec l’idée qu’elle n’a pas de chance, c’est lui communiquer un esprit de fatalité. Penser que sa vie est belle même si elle est difficile, c’est entretenir un état d’esprit encourageant.

 

Ressourcez-vous dans le mystère

Mystère de Dieu qui s’est fait fragile. Mystère de la vie. Mystère de l’autre. Il y a un repos dans le fait d’être dépassé, de ne pas maîtriser.

 

Dans notre diocèse, les groupes Foi et Lumière à Bourg et Ars réunissent des familles de personnes handicapées dans le même esprit :
Contact : Hélène et Thierry Poncet à Bourg-en-Bresse – hthponcet@free.fr
Romain Boussand à Ars – romain.boussand@yahou.fr