Vivre le dimanche avec Saint Jean-Marie Vianney

 

Jean-Marie Vianney, né en 1786, a manifesté très tôt un grand amour pour Dieu et une volonté de devenir prêtre. Malgré des difficultés scolaires, il est ordonné en 1815, et arrive à Ars en 1818. Il ne quittera plus ce petit village.

 

Là, il réveille la foi de ses paroissiens par ses prédications mais surtout par sa prière et sa manière de vivre. Il se sent pauvre devant la mission à accomplir, mais il se laisse saisir par la miséricorde de Dieu. Il ramène peu à peu ses paroissiens vers Dieu, restaure et embellit son église, fonde l’orphelinat de la Providence, et prend soin des plus pauvres.

 

Très rapidement, sa réputation de confesseur attire de nombreux pèlerins venant chercher auprès de lui le pardon de Dieu et la paix du coeur. Assailli par bien des épreuves et des combats, il garde son coeur enraciné dans l’amour de Dieu et de ses frères. Son unique souci est le salut des âmes. Ses catéchismes et ses homélies parlent surtout de la bonté et de la miséricorde de Dieu. Il est par trois fois tenté de s’enfuir de sa paroisse, se croyant indigne de la mission de curé et craignant d’attirer les foules à lui plutôt qu’à Dieu.

 

Puisant sa force devant le Saint-Sacrement, tout donné à Dieu, à ses paroissiens et aux pèlerins, il meurt le 4 août 1859, à 73 ans, après s’être livré jusqu’au bout de l’Amour.

 

Un bon pasteur,
un pasteur selon le cœur de Dieu :
c’est là le plus grand trésor que le bon Dieu
puisse accorder à une paroisse !

 

 

Apôtre infatigable, plein d’initiatives pour gagner la jeunesse et sanctifier les foyers, attentif aux soucis humains de ses ouailles, proche de leur vie, se dépensant sans compter pour l’établissement des écoles chrétiennes et en faveur des missions paroissiales, il fut en vérité pour son petit troupeau le bon pasteur, qui connaît ses brebis, les garde du danger et les conduit avec autorité et sagesse.

Saint Jean XXIII
Sacerdotii Nostri Primordia