Paroisse Pont-d'Ain

Mot du curé

Le Carême : Temps de marche et de conversion dans le désert

L’Eglise s’unit chaque année  par les quarante jours du grand carême, au mystère de Jésus dans le désert.

Le désert: lieu de silence où l’homme se trouve rigoureusement face à lui-même, sans tous les faux-fuyants et tous les masques que la société nous fournit, lieu de dénuement, de solitude, des privations. Mais il peut se révéler aussi comme le lieu privilégié de la rencontre, avec soi, avec Dieu. C’est bien là le sens du carême: se dépouiller de soi, creuser en soi le désir de rencontrer Dieu en Esprit et en vérité. C’est dans le désert de notre cœur que Dieu nous attend pour nous parler. Comme les hébreux, il nous faut quitter nos terres d’Egypte pour nous mettre en route vers la terre promise, tout en sachant que pour atteindre ce terme, il nous faudra oser nous enfoncer quarante jours au désert.

Le Carême est un temps de combat spirituel. L’oraison de la liturgie du Mercredi des cendres nous le rappelait: « Accorde-nous, Seigneur, de savoir commencer saintement, par une journée de jeûne, notre entraînement au combat spirituel: que nos privations nous rendent plus forts pour lutter contre l’esprit du mal ». Ce combat, le Pape Benoît XVI l’identifie à celui de l’humilité: accepter que quelqu’un d’autre me libère de mon moi et me donne gratuitement en échange son soi. Pour mener ce combat, le Seigneur nous offre trois armes: la prière, le jeûne et l’aumône. C’est par la prière et le jeûne que le Christ lui-même a pu vaincre les tentations du démon dans le désert. La récompense du  jeûne, de la prière et de l’aumône, c’est l’intimité retrouvée avec le Père au terme d’un chemin de décentrement de soi, d’apparente perte du bénéfice de son action, du désintéressement, et de gratuité.

Jeûner c’est faire de la place en nous pour permettre à Dieu de nous rejoindre. Jeûner c’est aussi reconnaître que Dieu est notre unique nécessaire et que tout nous vient de lui. Jeûner c’est enfin prendre conscience que la seule chose qui ne vient que de nous et que nous pouvons présenter à Dieu pour qu’il nous en libère: c’est la pauvreté de notre péché. Jeûner c’est faire le vide en nous, pour permettre au Seigneur de nous remplir de son amour. Jeûner c’est reconnaître son néant face à Dieu. Par la prière, le jeûne et l’aumône, Dieu nous appelle à la conversion de nos cœurs.
Chers frères et sœurs en Christ, notre conversion doit se réaliser dans la vie quotidienne par des gestes de réconciliation, le souci des pauvres, l’exercice et la défense de la justice et du droit, par l’accueil des autres, le partage, le service, la révision de vie, l’examen de conscience, la direction spirituelle, la confession des péchés… Faire des œuvres de miséricorde. Que ce carême nous fasse grandir dans la foi l’Espérance et la Charité.

Bon Carême et bonne montée vers Pâques

 Père Aimé Fulbert OWAH, Curé

Feuille paroissiale

PtdAin FP 18 Fev 2018, Careme 2018  (double « clic » gauche pour ouvrir le fichier)