« N’ayez pas peur de donner votre temps au Christ ! »

 

Le jour du Seigneur – ainsi que fut désigné le dimanche dès les temps apostoliques – a toujours été particulièrement honoré dans l’histoire de l’Église, à cause de son lien étroit avec le cœur même du mystère chrétien. En effet, dans le rythme hebdomadaire, le dimanche rappelle le jour de la résurrection du Christ. C’est la Pâque de la semaine, jour où l’on célèbre la victoire du Christ sur le péché et sur la mort, l’accomplissement de la première création en sa personne et le début de la « création nouvelle ». C’est le jour où l’on évoque le premier jour du monde dans l’adoration et la reconnaissance, et c’est en même temps, dans l’espérance qui fait agir, la préfiguration du « dernier jour », où le Christ viendra dans la gloire et qui verra la réalisation de « l’univers nouveau ».

 

C’est un jour qui se trouve au cœur même de la vie chrétienne. Si, depuis le début de mon pontificat, je ne me suis pas lassé de répéter : « N’ayez pas peur ! Ouvrez toutes grandes les portes au Christ ! », je voudrais aujourd’hui vous inviter tous avec insistance à redécouvrir le dimanche : n’ayez pas peur de donner votre temps au Christ ! Oui, ouvrons notre temps au Christ, pour qu’il puisse l’éclairer et l’orienter. Le temps donné au Christ n’est jamais un temps perdu, mais plutôt un temps gagné pour l’humanisation profonde de nos relations et de notre vie.

 

Saint Jean-Paul II
Dies Domini, § 1 & 7