Paroisse Pont-d'Ain

Mot du Curé

Contemplons, en ce temps de Noël, la sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph, et, à travers elle, notre monde d’aujourd’hui. Le récit de l’Evangile d’aujourd’hui nous  montre toute la richesse de cette famille (une famille unie), mais aussi ses difficultés, voire ses ruptures. Contemplons d’abord les yeux de Jésus. Ces yeux qui découvrent le monde dans lequel il venait de naître. Ces yeux qui découvrent les personnes et les choses qui l’entourent. Ces yeux qui, certainement remplis d’émerveillement comme tous les yeux d’enfants. Ces yeux qui découvrent le regard de tendresse de Marie et de Joseph. Lui qui nous apprendra, dans sa Bonne Nouvelle, à changer notre regard. Lui qui nous invitera à regarder les autres à Sa manière. Ces yeux qui impressionnent tant les docteurs, et qui disent à Joseph et à Marie une autre paternité que la filiation humaine.

Les yeux de Marie et de Joseph, ensuite regardent avec tendresse, amour et anxiété, leur fils imprévisible, qui déjà leur échappe. L’Evangile nous dit que Marie garde toutes ces choses dans son cœur. Apprenons d’elle à écouter, et à garder dans notre cœur ce que nous ne comprenons pas de la Parole de Dieu, ni de tous les événements que cette parole doit éclairer en nous et qui porteront du fruit s’ils rencontrent en nous un cœur ouvert.

Nos yeux à chacun de nous deviendront enfin des yeux de Noël quand ils regardent non pas seulement le monde du temps de Jésus, mais notre monde actuel tel qu’il est. En cette fête de la sainte Famille, avec nos yeux de Noël, accueillons nos familles telles qu’elles sont : unies, désunies, reconstituées. C’est la famille que Dieu nous  donne aujourd’hui.

Nos yeux de Noël doivent d’être des yeux remplis d’amour, qui ne jettent pas sur notre famille un regard de condamnation, mais plutôt un regard fraternel, un regard bienveillant, un regard d’amour. Nos yeux de Noël n’ont pas le droit de laisser de côté qui que ce soit et certainement pas un membre de notre famille. Que tous ces yeux de Noël nous fassent aller jusqu’au plus profond du mystère : « Dieu a tant aimé le monde qu’il lui a donné son Fils… »Accueillons-le dans la foi et avec amour dans l’eucharistie où il se donne aujourd’hui .

Père Aimé Fulbert OWAH, Curé

Feuille Paroissiale

PtdAin FP 31 Dec 2017  (double « clic » gauche pour ouvrir le fichier)