Paroisse Pont-d'Ain

Mot du curé

Le Livre de Jonas est l’un des plus courts de la Bible (48 versets). Par ailleurs on n’en retient habituellement que le refus obstiné d’un prophète qui ne veut pas aller prêcher dans une ville païenne, les situations ridicules voire cocasses où le met son entêtement, et surtout comment il fut englouti puis rejeté par un monstre marin. Il serait regrettable d’en rester là, car ce conte populaire au ton enjoué et à l’humour quelque peu grinçant, comporte un enseignement de la plus haute importance. Dieu poursuit de sa tendresse et de sa miséricorde tous ceux qui s’égarent, où qu’ils se trouvent. Il les exhorte à se convertir, à revenir sur le bon chemin. Dès qu’ils manifestent leur repentir, il s’empresse de pardonner leur péché. Tel  a été le sujet central de la prédication de tous les prophètes jusqu’à Jean Baptiste : « Préparer le chemin du Seigneur » Lorsque la voix du Précurseur emprisonné a cessé de retentir, Jésus a repris son message avec autorité nouvelle. Il ne s’est pas fixé quelque part, attendant que les gens viennent à lui. Il a été vers eux, d’abord en Galilée, région de la population mélangée, qu’il parcourt en proclamant : « Les temps sont accomplis, le règne de Dieu est proche. Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle ». Passant au bord du lac, il pose son regard sur Simon et André son frère ; un peu plus loin, sur Jacques et Jean, fils de Zébédée. C’étaient des gens simples qui avaient accueilli avec joie la prédication du Baptiste. Jésus n’était pas un inconnu pour eux : ils l’avaient rencontré sur le bord du Jourdain, et avait entendu Jean Baptiste le désigner comme « l’Agneau de Dieu » (évangile de dimanche dernier), puis ils étaient retournés à leur barques et à leur filets de pêche. Lorsque Jésus leur dit : «  Venez derrière moi », aussitôt, ils quittent tout pour le suivre. Et ce fut le début du ministère itinérant de Jésus accompagné de ses disciples, qui ont parcouru sans trêve villes et villages. L’Evangile selon saint Marc invite à refaire cet itinéraire, en s’attachant aux pas de la petite troupe qui va partout annoncer la Bonne Nouvelle. Il faut se hâter de marcher sur ce chemin de conversion. « Les temps sont accomplis, le règne de Dieu est proche », a dit Jésus. « Le temps est limité ». Ce monde tel que nous le voyons est en train de passer, dit en écho saint Paul. Il y a urgence à prendre Dieu au sérieux, il y a urgence à mener sa vie avec gravité, il y a urgence à partager, il y a urgence à s’aimer, urgence à se pardonner, urgence à se réconcilier, urgence à témoigner de tout le déjà-là du monde nouveau parce que c’est l’avenir de la joie et de la vie de tous les hommes.

Père Aimé Fulbert OWAH, Curé

Feuille Paroissiale

PtdAinFP 21 Janv 2018 (double « clic » gauche pour ouvrir le fichier)