Paroisse Pont-de-Veyle

Un joyeux Avent !

 

Si la couleur liturgique verte a laissé sa place au violet – symbole de pénitence – le temps de l’Avent est défini par l’Eglise comme « un temps de pénitence joyeuse ». St Charles Borromée écrivait : « Voici ce temps célébré avec tant de ferveur… temps de faveur divine, période de salut, de paix et de réconciliation. ».  St Paul, au 1er dimanche de l’Avent, nous exhortait aussi à cette joie : « je ne cesse de rendre grâce à Dieu à votre sujet ». Et la 1ère lecture du 2ème dimanche de l’Avent commence en ces termes : « Consolez, consolez mon peuple, parlez au cœur de Jérusalem…Elève la voix toi qui porte la bonne nouvelle ».

 

Le temps de l’Avent est donc une période de joyeuse attente. Nous sommes dans la perspective du chant des Anges qui retentira au milieu de la Nuit de Noël. Notre mission de baptisés est celle de St Jean le Baptiste. Il s’agit de « préparer les chemins du Seigneur, rendre droits ses sentiers ». Il s’agit de préparer nos frères et sœurs en humanité au retour du Christ, à accueillir le Christ. Ce temps de l’Avent est un moment favorable pour permettre à tous ceux que nous rencontrons de relever la tête et de regarder en direction de Dieu.

 

Orienter le monde vers Dieu voilà toute notre mission. Dans cette période avant Noël nous sentons bien que la société veut nous imposer des chimères. Du reste, à longueur de temps on nous parle de la « magie de Noël ». Or ce qui est magique est non seulement irréel mais en plus passager et provisoire ! La chute, le retour au réel, au concret, peut être alors dramatique… Evitons la dépression du mois de Janvier !

 

Sans rejeter tout ce qui contribue à illuminer nos yeux d’enfants par les décorations de nos rues, de nos sapins, de nos crèches, nous devons redire que la réalité est tout autre : Noël n’a rien de magique c’est bien réel, c’est bien concret… c’est incarné ! Nous nous apprêtons à célébrer la venue parmi nous de Dieu qui, précisément, descend jusqu’à nous, se fait l’un de nous. Nous nous apprêtons à accueillir Dieu qui descend sur la terre pour nous élever jusqu’au Ciel. Voilà le message joyeux de l’Avent !

 

St Augustin déjà écrivait : « Frères, j’entends quelqu’un murmurer aujourd’hui contre Dieu : ‘Seigneur, que le temps sont durs ; quelle époque difficile à traverser !’. Homme qui ne te corrige pas, n’es-tu pas mille fois plus dur que le temps que nous vivons ? Toi qui soupires après le luxe, après ce qui n’est que vanité, toi dont la cupidité est toujours insatiable, toi qui veux faire un mauvais usage de ce que tu désires, tu n’obtiendras rien. Guérissons-nous, frères ! Corrigeons-nous ! Le Seigneur va venir. Parce qu’Il n’apparait pas encore on se moque de Lui ; pourtant Il ne va pas tarder à venir, et alors ce ne sera plus le moment de s’en moquer. Frères, corrigeons-nous, un temps meilleur va venir, mais non pas pour ceux qui vivent mal. Si ces temps nous semblent durs, difficiles à traverser, le Christ vient nous réconforter. Frères, il faut que les temps soient durs. Pourquoi ? Pour qu’on ne cherche pas le bonheur en ce monde. C’est là notre remède. Il faut que cette vie soit agitée, pour qu’on s’attache à la Vie Eternelle… Le Seigneur vient à nous comme un médecin qui apporte le remède. ». Toute notre vocation chrétienne doit nous porter à vivre et à faire vivre ces paroles fortes de St Augustin. Il s’agit de réveiller en nous le petit St Jean-Baptiste qui sommeille. Soyons des voix qui crient dans les déserts de nos supermarchés dont les rayons regorgent de choses éphémères qui ne rendent l’homme heureux que pour un temps ! Soyons des Jean-Baptiste qui secoue ses auditeurs en leur demandant de réaliser que le bonheur ne se trouve pas dans les choses de ce monde ! Un père Noël passe, il est fictif mais ne sauve pas ! Que ce temps de l’Avent nous permettre d’œuvrer à rendre la joie au cœur de l’homme ! L’expérience médiatique de ces derniers jours m’a révélé – s’il était encore nécessaire – que le monde a soif de Dieu. « On peut donc dire des Messes pour les vivants ?! » m’a-t-on dit bien des fois ? Et oui, on peut, on doit prier pour nos frères, pour tous nos frères sans exception. Notre devoir est de mener l’humanité au Christ, Lumière du monde et de les mener sans crainte, sans peur en osant prendre des initiatives qui sortent de l’ordinaire. Le Pape François dirait : « une Eglise en sortie ! ». Que ce temps de l’Avent soit le temps de l’annonce joyeuse de l’Evangile ! Que ce temps de l’Avent prépare les hommes et les femmes de ce temps à vivre un vrai Noël comme l’irruption du DIEU VIVANT DE JESUS-CHRIST dans leur vie, dans notre vie !       Bon temps de l’Avent à tous !

 

Votre Curé, Père Olivier BARNAY +