Paroisse Pont-de-Veyle

Rendre témoignage à la Lumière.

 

C’est ainsi que l’Evangéliste St Luc définit St Jean-Baptiste : « Cet homme n’était pas la Lumière, mais il était là pour rendre témoignage à la Lumière ». Nous poursuivons notre montée vers Noël en entrant plus profondément dans le cœur spirituel du Précurseur du Christ.  Il est celui qui bondit de joie dans le ventre d’Elisabeth à la salutation de la Vierge Marie venue lui rendre visite. Il est celui qui désigne le Messie « Ecce Agnus Dei qui tollis peccata mundi… voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde ! ». Il est celui qui affirme en voyant Jésus : « Je ne suis pas digne de défaire la courroie de ses sandales ». Il est dans l’Evangile de ce 3ème dimanche de l’Avent celui qui déclare « je ne suis pas le Christ » mais « je suis la voix qui crie dans le désert : préparez le chemin du Seigneur ».

 

Belle attitude d’humilité que celle de Saint Jean le Baptiste qui nous renvoie à notre propre attitude. Un jour un jeune Prêtre de Paris est invité à dîner chez son Archevêque, à l’époque le Cardinal Jean-Marie Lustiger. Fraîchement ordonné, le jeune Prêtre commence naturellement à évoquer son Ministère auprès de celui qui l’avait ordonné quelques mois auparavant. Plein d’ardeur, plein de zèle missionnaire la liste des activités du jeune Abbé n’en finit pas. Le Cardinal écoute religieusement ce bon Père tout en continuant à déguster le bon plat préparé par la cuisinière de l’Evêché. Tout d’un coup, enfin, après avoir expliqué au Prélat qu’il n’avait finalement pas trop le temps ni de trop prier, ni de se reposer ni de dormir, le Cardinal pose sa fourchette, fixe le jeune Prêtre dans les yeux et lui dit :

 

« Mon petit frère ! Tu ne m’as pas parlé du monde de la nuit ? A Paris, c’est une réalité qu’on ne peut négliger ! Tu ne m’as pas parlé du monde de la Culture, du monde du spectacle ? A Paris, c’est une réalité qu’on ne peut négliger ! Tu ne m’as pas parlé non plus des communautés étrangères ? Tant de races et de cultures différentes dans la capitale Française ! ». Peu à peu le jeune Prêtre se décompose percevant qu’il est bien loin de remplir entièrement sa mission. Et le Cardinal poursuit : « Ah j’oubliais ! Tu ne m’as pas parlé des prostitués ? On ne peut pas les oublier dans cette ville où tout un quartier leur aient consacré, sans parler du quartier du Marais ! Que fais-tu aussi pour les pauvres, les mendiants, les sans domiciles fixes, les malheureux qui couchent dans les bouches de métro ? Que fais-tu mon petit frère en fait ? ». Le jeune Prêtre au bord des larmes bafouille : « Eminence, je n’en ai pas le temps. Ma vie est déjà bien remplie, je dors peu, je mange peu, je ne vois presque plus ma famille et mes amis… Pardonnez-moi Eminence je dois être alors un bien piètre Ministre, vous n’auriez jamais dû m’ordonner. ». C’est alors que le Cardinal Lustiger se lève de table, prend le jeune Prêtre par l’épaule et l’emmène dans sa chapelle privée.

 

« Tu vois la Croix ? Mon très cher fils, c’est Jésus qui a sauvé le monde ! Pas toi ! Tu n’es pas Jésus, tu n’es pas le Sauveur ! Le monde est déjà sauvé ! Toi, Hervé, tu dois amener les personnes au Christ mais tu dois aussi sauver ton âme. Tu vois, mon cher fils, Jésus est sur la croix et c’est aussi pour toi ! Le démon cherchera à te décourager parce que tu ne fais pas telle ou telle mission. Et alors, pris par le découragement, comme au bord du précipice, tu vas entrer en désespérance devant la tâche immense qui te reste à faire. Mon petit frère, mon très cher fils, tu n’es pas Jésus ! Accomplis ton devoir d’état, fais-le de tout ton cœur, donne-toi à ceux dont tu as reçu la charge et à ceux qui viennent à toi, annonce-leur l’Evangile du Christ, prend soin d’eux à l’image du Père des Cieux. Mais prends soin de toi aussi ! Dors le nombre d’heures dont tu as besoin, mange de manière régulière et équilibrée, ne délaisse pas les temps d’oraison personnelle, célèbre la Messe tous les jours de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force, ne manque aucune prière du bréviaire, la prière de l’Eglise… Sois un Prêtre de Jésus, serviteur de Jésus, préparant les chemins de Jésus ! ». Cette histoire est vraie ! Elle m’a été racontée par l’intéressé lui-même, aujourd’hui, Prêtre et Curé d’une Paroisse à Paris. Ce témoignage nous en dit long sur notre manière de vivre notre vie chrétienne. « Nous ne sommes pas le Christ ! ». Mais pour témoigner de la Joie du Christ nous devons prendre soin de nos âmes. Pour témoigner de la Lumière nous devons nous remplir nous-mêmes de cette Lumière par tous nos moments de prière et par la vie sacramentelle… A propos, votre confession de Noël est prévue pour quand ?       

 

Belle montée vers Noël à chacun !                       

 

Votre Curé, Père Olivier BARNAY +