Equipes du Rosaire

Récollection des Equipes du Rosaire le 25 novembre 2017 à Oyonnax

 

Nous étions une cinquantaine à cette récollection à nous réjouir de retrouver des amis et connaître de nouveaux « co-équipiers ».

Carine AULEN (notre responsable diocésaine) a introduit cette journée par un mot d’accueil et nous a invités à avoir une pensée pour les personnes de nos équipes absentes pour des raisons de maladie ou autres empêchements.

 

 

Nous avons prié à plusieurs reprises, et chanté : les chants étaient animés par Sœur Rose (dominicaine à Neuville sur Ain).

Le matin, nous nous sommes enrichis de l’enseignement sur « la prière à Marie » donné par le Père Laurent REVEL (curé de la paroisse d’Oyonnax).

 

 

Après la messe (concélébrée par le Père Pierre LE BOURGEOIS, aumônier des Equipes et le Père Laurent REVEL) puis le repas partagé : c’est Chantale COURTIN  (ex responsable diocésaine), que nous avons retrouvée avec joie. Elle nous a parlé de sa nouvelle mission à travers le monde en tant que responsable internationale.

 

 

PRIERE A MARIE

 Extrait de l’enseignement du Père Pierre LAURENT :

Si cette prière (prière du pauvre) a du sens pour nous catholiques, ce n’est pas le cas pour d’autres frères chrétiens, notamment pour nos frères protestants.

Tout d’abord posons-nous la question de l’identité de Marie en lien avec la prière du – Je vous salue Marie -.

Pourquoi sommes-nous attachés à cette prière ? Un grand saint de chez nous en a beaucoup parlé : c’est le curé d’Ars. Il nous disait que la prière est d’abord une question de relation. Lorsque nous voulons prier, nous voulons entrer en relation avec Dieu. La prière est véritablement destinée à Dieu (d’où la réaction d’incompréhension des protestants comme dit plus haut). Donc, ça veut dire que la prière à Marie n’a d’autre but que la relation avec notre Dieu… Marie-Mère-de-Dieu.

Avant de poursuivre son enseignement, le Père Laurent nous a invités à visionner un film nous racontant qui est Marie.

 

 

Puis le Père Laurent reprend son enseignement :

Le -Je vous salue Marie- nous renvoie aux deux passages d’évangile que sont la « l’annonciation » et la « visitation ».

Nous remarquons qu’en deuxième partie, nous demandons à Marie « priez pour nous pauvres pécheurs… ». On comprend l’importance du « maintenant et à l’heure de notre mort ».

Souvent, lorsque nous prions la Vierge Marie on le fait sans trop faire attention, de manière répétitive ! Ce « maintenant et à l’heure de notre mort » ne veut pas dire à l’instant T : maintenant et lorsqu’on sera à la fin de notre vie.

Non, nous voulons dire : « prie pour nous maintenant jusqu’à l’heure de notre mort Toi Marie qui a été nommé notre Mère par Jésus, à la croix, à Jean qui nous représente tous et chacun ».

L’enjeu de cette prière : c’est d’accueillir Ton Fils qui s’est révélé comme le Sauveur de l’humanité. Et nous avons besoin que Jésus vienne nous sauver dans notre quotidien : quand nous avons des difficultés à choisir le bien plutôt que le mal ; mais aussi dans nos combats… « Marie soit auprès de nous, nous avons besoin de toi maintenant et jusqu’à l’heure de notre mort, toi qui a toujours été proche de ton fils, de sa naissance à sa Passion».

Ce n’est pas tant Marie qui est au centre de cette prière (que nous avons besoin de répéter), c’est de Jésus lui-même. Il s’agit bien de prier Dieu mais Marie va nous y aider. Marie ne veut pas qu’on puisse s’arrêter à elle.

 

 

A Lourdes la procession mariale n’est pas centrale (même si certains attendent beaucoup cela) c’est la procession du Saint Sacrement l’après-midi qui doit avoir la plus grande place. Chaque fois qu’il y a une apparition Marie renvoie à Jésus. Tous les messages qu’elle donne « pénitence – pénitence,  » nous renvoient à Jésus. Elle donne la possibilité aux pécheurs que nous sommes de nous tourner vers le Christ qui est notre Sauveur.

Lorsque nous disons le -Je vous salue Marie-, nous disons « pleine de grâces ». Nous pourrions dire : « c’est parce que Dieu t’a remplie de grâces que je te salue ».

Dieu nous donne Marie pour recevoir son Fils « Marie Mère de Dieu » c’est un dogme de l’Eglise qui a donné ce titre à Marie au Concile d’Ephèse de 431. Nous passons par Marie pour mieux comprendre qui est ce fils.

Marie fille d’Israël, baignée par la culture juive, s’offre véritablement à Dieu pour pouvoir accueillir le Messie. Pleine de grâces : elle a été choisie pleinement par Dieu. Elle a reçu de nombreuses grâces sans aucun mérite de sa part, c’est un cadeau du Seigneur. Si elle a été préservée du péché pour pouvoir accueillir le Fils… ce n’est pas d’abord pour elle, c’est pour chacun d’entre nous.

Le OUI de Marie va s’ouvrir à toutes les générations : Elisabeth, à la visitation, a bien compris cela en lui disant « tu es bénie entre toutes les femmes ». Ce OUI de Marie est continu, durant toute la vie de son Fils elle dira OUI et aujourd’hui encore avec toutes les prières que nous donnons à son intercession.

 

 

Jésus sait très bien ce qu’il fait lorsqu’il remet Marie à Jean qui est au pied de la croix ; parce qu’il a encore besoin de cette présence maternelle. Jean a encore besoin d’avoir Marie à ses côtés pour comprendre Jésus. Les pauvres disciples ont encore tout à apprendre et Marie sera encore là à la Pentecôte lorsque l’Esprit Saint viendra. Marie est la catéchiste par excellence !

On a retenu ce passage d’évangile (qui nous fait souvent bondir) où Jésus dit « qui sont ma Mère et mes frères ? » ; Jésus, par cette parole, met l’accent sur le fait que Marie est la première disciple, celle qui écoute la Parole, celle qui la met en pratique.

Lorsque nous prions le –Je vous salue Marie- nous demandons cela :  que nous soyons nous aussi capable d’écouter, d’obéir à la Parole et que nous puissions véritablement la mettre en pratique cette Parole.

 

 

TOUT A JESUS PAR MARIE – TOUT A MARIE POUR JESUS : c’est la devise du fondateur des Frères Maristes : le Père CHAMPANAT qui exprime bien ce qu’est la prière à la Vierge Marie dont nous parlons. Lorsqu’on comprend bien cette devise on peut mieux accueillir  le sens de la prière à Marie… puisque ce n’est pas pour Marie. Il n’y a donc pas de problème ! Lorsque nous prions la Sainte Vierge c’est pour que nous puissions nous approcher de Jésus.

Donc les mystères du rosaire médités dans les Equipes du Rosaire ce sont bien ceux de Jésus que nous méditons et Marie nous prend par la main pour nous accompagner de son soutien maternel.

Un jour, dans une homélie, j’ai dit que la prière à Marie n’est pas un devoir absolu mais c’est une nécessité pour nous : si nous voulons véritablement nous approcher de son Fils, il faut passer par Marie. Rappelons-nous :

« TOUT A JESUS PAR MARIE – TOUT A MARIE POUR JESUS »

du Père Laurent REVEL

(notes de Marie-Claude Chanel-secrétaire)