Paroisse Sanctuaire Saint-Pierre Chanel - Cuet

Phrase mensuelle à méditer

Parole du mois de décembre

8 novembre – 8 décembre 1837
 un mois d’attente pour Pierre Chanel avant de célébrer sa première messe sur l’île de Futuna !

Arrivé sur l’île de Futuna le 8 novembre 1837, il y a 180 ans, Pierre Chanel et le frère Marie-Nizier débarquent définitivement le 12 novembre. Leur première impression est bonne et Pierre Chanel écrira pour  « les annales de la propagation de la foi » : « Le peuple de Futuna est très hospitalier, à notre arrivée on nous fit le meilleur accueil, et, depuis, on n’a cessé de nous témoigner une sincère bienveillance »

« Mon premier soin devait être de visiter les différentes familles, d’étudier la langue et les mœurs du pays, afin d’être bientôt à même d’évangéliser. C’est à quoi je n’ai pas pu réussir encore »

Il pourra enfin célébrer sa première messe dans l’île le 8 décembre 1837.

Pour Noël, la messe sera célébrée en présence du roi et d’autres insulaires, le frère Marie-Nizier ayant rassemblé tout ce qu’il avait trouvé de plus beau pour que la cérémonie soit grandiose.

Mais la mission est difficile, le peuple est extrêmement superstitieux, tous les maux et maladies viennent des dieux qui doivent être apaisés par des sacrifices. Habitués à avoir recours aux guérisseurs, les habitants de l’île se méfient du père. Le roi Niuliki prend peu à peu ombrage de Pierre Chanel et craint pour son autorité : « Le roi Niuliki, pour asseoir son autorité, a toujours  prétendu être habité par le plus grand des dieux : le dieu des victoires. Aussi craint-il perdre la face s’il venait à dire que tout cela n’était que fausseté. C’est un obstacle très sérieux à sa conversion… »

Pierre Chanel exercera son apostolat  dans l’humilité, sans bruit, avec fidélité et persévérance, « manquant de tout, sauf de bonne volonté » il ne comptera que sur Dieu, à la manière de Marie.

Pierre Chanel visite toutes les familles, soigne les malades et s’efforce d’apaiser les conflits et de réconcilier. Ainsi très vite, il gagne les cœurs et on l’appelle « Petelo l’homme au cœur parfait ». Malgré les difficultés de la langue qu’il a de la peine à assimiler,   Il n’hésite cependant pas à leur  annoncer le salut : «  Je trouve une petite malade dans une maison. Je lui parle du salut, etc. ni elle, ni son entourage n’ont l’air de comprendre. Je parais, leur faire plus peur que plaisir. »

Il, écrira un peu plus tard : « dans une mission aussi difficile, il faut que nous soyons des saints ». Mais une sainteté de tous les jours, sans signe éclatant, vécue avec beaucoup d’amour et de fidélité, en se laissant conduire par Celle qui a vécu l’évangile en plénitude. « Il n’a rien fait d’extraordinaire, mais il l’a fait extraordinairement », déclarait le frère Marie-Nizier, témoin privilégié. Sur son îlot du Pacifique Pierre Chanel a accepté l’enfouissement et la petitesse pour que le Seigneur fasse « de grandes choses ».

D’après des extraits tirés du supplément d’ EPA rédigé par le père A.de la Corbière pour le 150ème anniversaire du martyre de St P. Chanel

 

Parole du mois de novembre

Mois de Novembre : mois dédié à la réflexion sur l’au-delà.

Suivons saint Pierre Chanel, durant le mois de novembre 1836, avec ses compagnons maristes il attend au Havre pour embarquer, mais les vents sont contraires et ils sont obligés de prolonger leur séjour. Ils sont accueillis chez une dame de 83 ans. Ils sont pleins de questionnements et d’espérance. Ils commencent un rythme de vie alliant prières, enseignements et apprentissage des langues espagnole et anglaise.

Pierre Chanel profite aussi pour écrire du courrier et nous faire part de son espérance :

« Il nous tarde de monter à bord du navire qui doit nous transporter en Polynésie. »

Il confie le don de sa vie :
« Il est impossible que dans une si longue traversée, nous ne courrions pas de très grands dangers.
Je ne m’en effraie pas le moins du monde j’ai déjà fait à Dieu le sacrifice de ma vie
. »
Le 22 novembre il écrit à son confrère curé de Crozet une longue lettre, qui débute par un « jeu de mot » sur le lieu où il se trouve :
« Hâvre de grâce le 22 9bre 1836 »
Il commence par situer son attente :

«Depuis bientôt un mois je suis arrivé au Hâvre de grâce avec quelques uns de mes confrères pour faire mettre à bord de notre navire tous les objets que nous devons emporter dans notre mission. Mgr Pompallier, notre évêque, et tous les autres prêtres et frères catéchistes ont quitté depuis 8 jours le séminaire des missions étrangères pour venir nous rejoindre chez une dame de 83 ans qui met tout son bonheur à donner l’hospitalité à tous les missionnaires qui viennent s’embarquer au Havre. Elle ne veut pas même entendre parler de remerciements pour tout le bien qu’elle leur fait. Nous sommes 8 missionnaires pour la partie occidentale de l’Océanie, 4 pour la partie orientale… »

 

Puis il se rappelle au souvenir de ceux qu’il a quitté :

« La cargaison de notre navire appelé la Delphine est finie. Je serai sans doute bien loin d’ici lorsque vous recevrez ma lettre. Tandis que j’ai encore un pied sur le sol de la patrie, j’en profite pour me rappeler à votre bon souvenir, et vous prier de me rappeler à celui de tous mes anciens confrères qui vous avoisinent, de leur faire agréer à tous mes devoirs et de me recommander ainsi que tous mes compagnons de voyage et tous nos pauvres sauvages, à leurs prières et St sacrifices… »

 

Il s’interroge sur tout le chemin parcouru et à parcourir :

« J’ai été pendant 9 ans à attendre les moments du bon Dieu. Actuellement je suis sur le point d’être au comble de mes vœux. J’entends presque continuellement le bruit de la mer. J’ai déjà essayé bien souvent de mesurer de mes yeux l’espace immense qui nous sépare des pauvres sauvages que le Seigneur nous a donné en héritage. Mais mes regards se sont perdus sur la vaste étendue des eaux sans rien pouvoir découvrir. À vol d’oiseau nous serons à 4.000 lieux de notre patrie lorsque nous serons dans les îles de notre mission. Pour nous y rendre nous aurons 6.000 lieux, dit-on, sans compter les faux pas. Tous ces petits détails ne seront peut-être pas sans intérêts pour eux. Vous pouvez ajouter mon bien cher confrère que je n’ai jamais oublié de prier pour eux depuis 9 ans que je ne suis plus à Crozet. Je continuerai de faire la même chose lors même que je serai aussi éloigné d’eux qu’on puisse l’être les uns les autres sur cette terre. Je sais que j’aurai pour ma part à répondre devant Dieu de leur salut si je n’ai pas assez fait par mon exemple et par mes paroles tandis que j’étais parmi eux. Je veux tâcher d’y suppléer autant que possible par mes prières. C’est l’unique moyen qui me reste. J’ai nourri bien longtemps l’espérance de les voir au moins encore une fois ainsi que vous, mon cher confrère ; mais il ne m’a pas été possible de me procurer cette consolation. C’est au ciel que nous nous reverrons tous j’espère »

 

Pour enfin s’en remettre à Dieu :

« .. Je n’ai fait aucun adieu à tous mes parents amis et autres personnes qui me sont chers et que j’espère revoir dans le ciel. Je ne vous dirai point adieu non plus, mon bien cher confrère, et je ne vous prierai pas de leur dire de ma part. Si, ce qu’à Dieu ne plaise, il s’en trouverait un seul parmi ceux qui ne voulait pas absolument travailler à mériter le ciel, à celui-là pourtant vous lui direz adieu. Malgré toute la charité que je dois lui porter, je ferai tous mes efforts pour tenir un chemin opposé au sien et qui j’espère, me mènera vers un terme plus heureux que celui sur lequel il tend. Dites leur, s’il vous plait, à tous combien leurs noms sont encore une fois dans ma mémoire ! Que leurs maisons, leurs terres, leurs chemins semblent encore être sous mes yeux. J’ai la confiance que les âmes pieuses et tous en général voudrons bien ne pas m’oublier dans leurs prières, ainsi que notre digne évêque et tous mes autres confrères missionnaires et tous mes pauvres sauvages… »

Il signe ainsi cette lettre :
« Le beau temps vient de s’élever, nous n’avons que quelques instants avant de nous embarquer…
Allons soyons tous à Dieu sur la terre et dans le ciel »

Parole du mois d’octobre

EN CE MOIS D’OCTOBRE, MOI DU ROSAIRE,
nous sommes invités à prier Marie : à prier avec elle et à lui demander de prier pour nous ; tout simplement ! En égrenant les « Je vous salue Marie » avec les grains de notre chapelet … La prière du Rosaire nous permet de méditer, avec Marie, sa mère, la vie du Christ au travers des événements qu’il a traversés : les mystères joyeux, douloureux, glorieux et lumineux.


Le compagnon de Pierre Chanel, le frère Marie-Nizier, indique que le père Chanel faisait de fréquentes neuvaines et qu’il parcourait l’île avec son chapelet à la main, semant des Ave Maria à longueur de journée. Des témoins de l’île rapportèrent après sa mort : « On aurait dit qu’il ensemençait la foi dans notre terre en égrenant son chapelet ».
Devant les adversités Pierre Chanel dira : « Ce que je ne puis faire, la Sainte Vierge le fera. Il faut qu’elle me devance partout, qu’elle prépare la voie au Christ ».
Notre Dame à Fatima le 13 octobre 1917, dont nous fêtons le centenaire des apparitions, demanda aux enfants de prier avec insistance le Rosaire. Elle se présenta à Lucie en lui disant : « Je suis Notre Dame du Rosaire… »

« Le Rosaire de la Vierge Marie, qui s’est développé progressivement au cours du deuxième millénaire sous l’inspiration de l’Esprit de Dieu, est une prière aimée de nombreux saints et encouragée par le Magistère. Dans sa simplicité et dans sa profondeur, il reste, même dans le troisième millénaire commençant, une prière d’une grande signification, destinée à porter des fruits de sainteté. » Saint Jean-Paul II, lettre apostolique Rosarium Virginis Mariae (site du Vatican)
http://croire.la-croix.com/…/Prie…/Pourquoi-dire-le-chapelet

Parole du mois de septembre

En septembre faire sa rentrée
avec saint Pierre Chanel !

La rentrée : une occasion aux multiples facettes, l’occasion d’un changement, d’un nouveau départ, de nouvelles rencontres, d’aller au-devant de l’inconnu … alors mettons nous à l’école de Pierre Chanel en suivant quelques étapes de sa vie durant les mois de septembre.

Lithographie_portrait-bienheureux Pierre Chanel

On peut se rappeler qu’en septembre 1831, jeune curé depuis 4 ans, il quitte cette fonction et il est nommé professeur de 6ème au petit séminaire de Belley. Une nouvelle orientation dans sa vie, en vue de la mission, qui commence par une retraite du 1er au 8 septembre au petit séminaire, avec d’autres aspirants maristes, sous la conduite du père Colin leur supérieur. Bien vite il est reconnu pour sa bonté, sa douceur auprès des élèves dont un écrira plus tard : « qu’il s’est valu auprès des élèves le surnom de bon Pasteur par le caractère de douceur qui le distinguait ». Un professeur témoignera lui aussi que « chéri de tous les élèves on ne l’appelait que le Bon Chanel ».
On peut retenir de lui aussi un conseil de rentrée pour ceux qui entreprennent des études : « Si vous savez aimer le Bon Dieu, vous saurez beaucoup de choses, tout autre science sans celle là n’est rien ! »

phrase_mois_septembre

L’année suivante en septembre 1832, il sera promu comme directeur spirituel du petit séminaire.

Sa piété et sa dévotion à Marie nous est rapporté par une ancienne domestique du petit séminaire : «  toutes les fois que le père se trouvait en présence de quelque calamité, il allait vite devant le St Sacrement et rendait visite à La Sainte Vierge ».
A son exemple ayons à cœur de nous tourner en cette rentrée vers Jésus et Marie.

bannière1

On disait aussi de lui qu’il « était si doux si bon, il était très gai et savait plaisanter au besoin ! ».

Il reste déterminé dans son désir de devenir missionnaire vocation à laquelle il s’était senti appelé depuis sa jeunesse. Ainsi le 4 septembre 1833 il s’embarque pour Rome pour soutenir le père Colin dans sa demande d’audience auprès du pape Grégoire XVI  pour présenter les règles de la Société de Marie. Ils seront reçus par le pape le 28 septembre. Il faudra  attendre 3 ans. Alors Pierre Chanel pourra écrire en 1836 : «  la petite société vient d’être approuvé, …mon cœur ne cesse de battre de joie… ». La persévérance est une autre leçon que nous pouvons retenir aussi pour cette rentrée !

 

 

 

Parole du mois d’août

En ce mois d’août où nous fêterons le 15 l’Assomption de La Vierge Marie, nous aurons à cœur, comme Pierre Chanel,  de prier le chapelet. On sait que c’était sa prière préférée. Il avait pris la décision de cette dévotion le jour où après un moment de découragement il pria dans l’église de  Cras la sainte Vierge (Notre Dame de la Persévérance)  et il y resta fidèle jusqu’à sa mort.

On rapporte qu’après la mort de Pierre Chanel les indigènes se souviennent : « On aurait dit qu’il ensemençait la foi dans notre terre en égrenant son chapelet »

parole d' août 2017

Le chapelet, en effet, médité avec foi et humilité peut porter beaucoup de fruits. Ainsi saint Jean-Paul II à la rue du bac en 1982 concluait une prière à Marie :

médaille

« ô Marie conçue sans péché prie  pour nous qui avons recours à vous…Tu obtiens de Dieu, pour toutes ces grâces que symbolisent les rayons de lumière qui irradient de tes mains ouvertes, à la seule condition que nous osions te les demander, que nous approchions de toi avec la confiance et la simplicité d’un enfant. C’est ainsi que tu nous mènes sans cesse vers Ton Fils Jésus. »

Nd_de_Fatima

Marie à Fatima, il y a 100 ans, demandera aux voyants de dire le chapelet tous les jours.

On peut se remémorer la déclaration de François Vion Dury au sujet de sa guérison miraculeuse arrivée le 2 août 1890 et qui fut reconnue pour le procès de canonisation de Pierre Chanel en 1954. [Cet homme était devenu aveugle en 1882 en portant secours dans un incendie…  il priera le chapelet avec persévérance ]

tableau du miracle
« A l’occasion de la fête de l’Assomption, en 1887, je priai la sainte Vierge pendant neuf jours, mais je  n’osai pas encore me laver les yeux avec l’eau de Lourdes, parce que je ne me trouvais pas digne. »

Après la mort de sa mère et de son frère, il entrera le 16 juillet  1890 à l’hospice de Confort.

« Deux ou trois jours après mon entrée, la sœur Louise me dit : « Pauvre monsieur, vous êtes encore bien jeune (30 ans) pour être complètement aveugle. Si vous avez la foi, et si vous aimez bien la sainte Vierge, vous pourrez obtenir, par son intercession, de voir assez pour vous conduire. » – « Ma sœur, je n’en suis pas digne. » – « Mais la sainte Vierge ne fera pas attention à cela. »
« Dix jours avant ma guérison, sœur Marthe me dit : « Vous allez commencer une neuvaine à l’occasion de la fête des deux bienheureux Perboyre et Chanel. Vous vous confesserez ; on fera prier les enfants ; vous promettrez quelque chose à la sainte Vierge ; si elle ne vous guérit pas, vous ne lui devrez rien. — « Ma sœur, je ne puis faire ce que vous me proposez » … « Le soir du même jour, sans avertir personne, je commençai une neuvaine
.  Je dois faire remarquer que, durant la neuvaine qui se terminait le vendredi 1er août, je n’avais constaté aucune amélioration dans mon état. Ce même jour, sœur Marthe me dit : « Demain, M. le.curé va descendre pour confesser, il faudra profiter de sa présence. » « Le samedi 2 août fut une journée pénible pour moi : diverses pensées se pressaient dans mon esprit et produisaient même une certaine agitation nerveuse. A quatre heures du soir je fis ma confession. « Si tu t’es bien confessé, me dis-je alors, tu es sûr d’être guéri : tu dois voir clair demain pour aller communier.» Et cependant j’étais de plus en plus tourmenté. »
« Sœur Marthe est entrée, vers 19h30 apportant une petite fiole d’eau de Lourdes. Elle l’a déposée en disant : « François, la voila sur votre table. »  … « Mais, ma Sœur, comment faudra-t-il prendre cette eau de Lourdes? Faut-il un linge? —Non, vous en mouillerez simplement votre doigt, et vous le passerez sur vos yeux. — Et que faudra-t-il dire? —Notre-Dame de Lourdes ou Marie conçue sans péché ! — Oh ! Ma sœur, je ne suis pas digne ! Il y à quelque chose qui se passe en moi ; je ne sais pas ce que j’ai ; tenez, laissez-moi tranquille ! »
« Je me mis au lit, tant j’étais fatigué. Je prenais le flacon et je voulais le déposer ; mais ma main le retenait toujours sur la table. J’hésitais… c’était un combat indéfinissable, « Est-il possible ! Lâche que tu es ! Le diable ne sera pas toujours le maître ! « D’un mouvement nerveux, je brisai le bouchon, et enlevai avec effort la partie qui était restée. 

« Bienheureux Chanel, je ne suis pas digne ; demandez pour moi à la sainte Vierge que j’y voie clair !

« Par trois fois, faisant toucher l’index de la main droite à l’eau de Lourdes, je l’ai chaque fois passé rapidement sur les deux yeux. A la troisième, je ressentis une violente douleur, comme si l’on m’avait enfoncé un couteau dans les deux yeux. « Mais, la Sœur s’est trompée, m’écriai-je ; c’est de l’ammoniaque qu’elle m’a donné ! Pour m’en assurer, je portai le flacon à mes lèvres. A peine l’eau les avait-elle touchées, que la vue m’est revenue tout d’un coup, aussi promptement qu’un coup de fusil. Je distinguais les rideaux, les croisées, etc. »

« Depuis cette époque, je vois comme à vingt ans… »

Parole du mois de juillet

En ce mois de juillet où nous fêtons le 190ème anniversaire de l’ordination de saint Pierre Chanel, nous prierons spécialement pour que des jeunes répondent à l’appel du Seigneur…

juillet_2017

 

C’est le 15 juillet 1827 que Pierre Chanel a été ordonné en l’église de BROU à Bourg en Bresse, par Mgr DEVIE.
Il célèbrera sa pemière messe ensuite le 17 juillet à Cras/Reyssouze, où l’on trouve encore l’autel sur lequel il dira : « j’ai eu le bonheur d’offrir pour la première fois de ma vie l’auguste victime de notre salut ».

190 anniversaire ordination 

autel_St_P_Chanel_Cras

Monastère de Brou_séminaire monseigneur_Devie

Parole du mois de juin

 

Pour ce mois de juin nous méditerons la devise  missionnaire de saint Pierre Chanel complétée :

« Aimer Marie et la faire aimer.
Que par vous ô Marie, le nom du Sauveur des hommes
soit connu et adoré par toute la terre »

devise_complètée

Dans la « Bulletin du pèlerinage du bienheureux Chanel » de janvier 1922, on trouve cette devise et son explication qui orne la « nouvelle couverture » de ce bulletin.

Bulletin_pélerinage_P_CHANEL030  Bulletin pelerinage_couverture_1922

 

Parole du mois de mai

Durant ce mois de mai, consacré à La Vierge Marie, soyons à l’écoute du Seigneur dans la prière, l’adoration en reprenant ce que Marie a dit à Cana : »Faites tout ce qu’Il vous dira! ». Ecoutons la méditation du recteur du sanctuaire lors de la soirée de louange qui a eu lieu à la fin de la fête de saint Pierre Chanel :

Parole du mois d’avril

En ce mois d’avril, où nous nous préparons à célébrer sa Fête le samedi 26 au sanctuaire,  mettons nous à son école:

phrase mois avril 2017

Aurons – nous l’audace de devenir un véritable disciple – missionnaire là où nous vivons ?

Parole du mois de Mars

En ce 1er Mars, « mercredi des cendres », nous entrons dans la période du carême. Nous entendrons en ce jour : « Convertissez- vous et croyez à L’Evangile ». Nous pensons souvent que carême égal effort coûteux à faire ! Mettons nous à l’école de Saint Pierre Chanel. Dans ses débuts de mission à Futuna, face au travail coûteux de traduction pour trouver des mots justes pour faire un catéchisme, il écrira dans son journal : « Oh ! que d’âmes qui sauraient mieux que nous faire glorifier le Dieu de toutes miséricordes ! Mais, mon Dieu, nous savons que vous aimez à vous servir de la faiblesse pour triompher de la force. »

phrase du mois de Mars_2017

Mettons-nous aussi à l’école de notre Pape François

http://www.news.va/fr/news/careme-2017-ouvrir-la-porte-du-cur-a-lautre-une-co

«La Parole est un don. L’autre est un don.», c’est le thème, cette année, du message du Pape François pour le Carême. Un message dans lequel le Saint-Père, prenant appui sur la parabole de l’homme riche et du pauvre Lazare (cf. Lc 16,19-31), invite, en cette période de conversion à «comprendre comment agir afin d’atteindre le vrai bonheur».

Le Pape insiste sur la nécessité «d’ouvrir la porte de notre cœur à l’autre» et en particulier aux plus pauvres, à ceux qui sont dans le besoin soulignant que «le vrai problème du riche (…) réside dans le fait de ne pas écouter la Parole de Dieu». (source radio Vatican)

Parole du mois de Février

En ce mois de Février, nous prierons spécialement pour les vocations.
Que de nombreux prêtres puissent dire , comme Saint Pierre Chanel le jour de sa première messe à Cras à sa cousine:

  » Ma bonne Jeanne-Marie, sans toi,(sans tes prières) je crois bien que je n’aurais jamais été prêtre! »…

phrase mois février 2017

Nous vous invitons aussi à participer le samedi 11 février prochain à la marche diocésaine pour les vocations, anniversaire de l’arrivée du saint curé d’Ars.

Parole du mois de Novembre:

En ce mois de novembre écoutons Saint Pierre Chanel  dans un sermon sur le désir du Ciel  nous enseigner:

« La Foi nous apprend que nous sommes des voyageurs en ce bas monde. Le Verbe éternel est descendu vers l’homme pour lui apprendre à conquérir le ciel. Le ciel nous est tombé en partage, le ciel est notre bien. Le monde ne veut pas le croire. Le monde veut que notre bien soit la terre. L’insensé ! »

phrase du mois de novembre

Parole du mois d’Octobre:

En ce mois d’octobre, mois du ROSAIRE, nous méditerons la phrase de Saint Pierre Chanel qui se tournait vers Marie lorsque survenait une difficulté:

« Laissez faire, la Sainte Vierge saura bien arranger toute chose ! »

Demandons à Marie de nous enseigner le secret de sa confiance et la persévérance dans les épreuves.

phrase mensuelle 1er octobre

 

Paroles pour la rentrée de septembre:

En cette rentrée nous méditerons  les conseils de Saint Pierre Chanel:

Aux écoliers, lycéens: « Si vous savez aimer Le Bon Dieu, vous saurez beaucoup de choses; tout autre science sans celle-là n’est rien. »

 

Pour tous: » Nous nous trompons jamais quand nous ne voulons que la sainte Volonté de Dieu! »

phrase_mois_septembre

Parole du mois d’Août:

En ce mois d’août, consacré à Marie, nous méditerons la phrase de Saint Pierre Chanel qui pria instamment La Sainte Vierge pour sa mission. « Le plus bel ornement, celui qui fait accourir les naturels pour l’admirer, est une robe qui a servi à orner la statue de notre Dame de Fourvière. Je prie instamment la Ste Vierge de ne pas oublier cette circonstance. »  St Pierre Chanel se souvenant de la consécration de sa mission à Marie.

phrase mois Août

Prions donc, en ce mois d’Août, avec insistance notre Mère pour La France et pour les vocations.

A l’exemple des Wallisiens et Futuniens, qui, pour honorer La Vierge Marie, et manifester leur Foi,  ont orné d’une belle robe la statue du sanctuaire de Cuet, lors de La Fête de Saint Pierre Chanel.

Parole du mois de juillet:

En ce mois de juillet, Le Seigneur nous envoie deux par deux pour aller annoncer La Bonne Nouvelle (évangile du 1er dimanche de juillet Lc 10, 1-9): « La moisson est abondante, mais les ouvriers peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson ».


Saurons – nous , comme saint Pierre Chanel, répondre avec autant d’entrain à cet appel ?.


 » Nous voudrions pouvoir nous mettre en pièces pour aller partout où la moisson nous attend » (St Pierre Chanel)

phrase de Juillet

 Parole du mois de juin:

En ce mois de juin consacré au Sacré Coeur et en l’année du jubilé de La Miséricorde, nous méditerons la phrase de saint Pierre Chanel, en pensant à l’oeuvre de miséricorde que nous allons réaliser durant ce mois!

« Qu’il est consolant en songeant au verre d’eau de l’Evangile,

de penser qu’une aumône,

 si légère qu’elle soit,

aura sa récompense dans le ciel !

N’est-elle pas plus précieuse que tous les trésors de la terre ! »

St Pierre Chanel

phrase du mois de Juin

Parole du mois de mai:

En ce mois de mai nous suivons les pas de saint Pierre Chanel qui a puisé dans son amour de La Vierge Marie sa disponibilité et le courage de la persévérance dans sa vocation « d’apôtre-missionnaire de La Miséricorde de Dieu ». 

 

Nous méditerons sa devise (en entier):

phrase_Mai_aimer Marie

 « Aimer Marie et la faire aimer. Que par vous, ô Marie, Le Nom du Sauveur des hommes soit connu et adoré par toute la terre! ».

 

Ainsi la « vrai dévotion » à Marie, à l’exemple de Pierre Chanel, nous conduit au Christ et fait grandir le désir de mieux Le connaître et Le faire connaître et aimer, le désir de l’annoncer aux hommes (et déjà à notre voisin!)

Pour ce mois d’avril :

Le 23 avril, nous fêterons, au sanctuaire, le 175ème anniversaire du martyre de Saint Pierre Chanel.

Nous pouvons dès à présent méditer sur ses dernières paroles :

« Malie fuai loku mate,

c’est-à-dire : La mort pour moi est un Bien ».

St Pierre Chanel dernière phrase

St Pierre Chanel sa dernière phrase

 

On peut dire que toute sa vie Pierre Chanel a recherché son union au Christ pour Le faire connaître. Ainsi il disait , bien avant de partir en mission : «  Il faut que je donne partout le bon exemple, dans ma famille, dans la paroisse, auprès de ceux qui me verront ».

Dans le dossier pour l’introduction de sa cause de béatification, il est rapporté un extrait de la déposition de Filitika (un des accompagnateurs de son assassin Musumusu) : «  Filitika atteste en présence du roi et des principaux chefs, qu’en ce moment le Révérend Père s’écria plusieurs fois : Malie fuai. Ces deux mots, dans notre langue, ne peuvent être traduits que de cette manière : très bien ! » (Page 154 du livre S. Pierre Chanel d’après ceux qui l’ont connu de Claude Rozier.)

On peut repenser aussi à la phrase de Saint Paul aux Philippiens (Ch. 1,21) :

« Ma vie c’est le Christ et mourir représente pour moi un gain. »

 

Pendant ce mois de Mars,

temps du Carême, nous sommes invités à nous convertir, à nous tourner vers La Miséricorde du Seigneur. Aussi nous pouvons méditer avec Saint Pierre Chanel:

 » Pourquoi ne pas se décharger un peu de ses inquiétudes sur Celui qui s’offre, avec tant de bonté, à partager avec nous le fardeau qui pourrait nous accabler ? »

phrase du mois de Mars

 

Le 2 février, s’ouvrait le Jubilé du 175 ème anniversaire du martyre de Saint Pierre Chanel; et nous avons  méditer cette phrase du saint:

 » Soyons tout à Dieu sur la terre et dans le Ciel »

 

Capture_phrase_jubilé

 

Au mois de décembre, où s’ouvrait  » l’année de La Miséricorde », nous avons méditer la phrase de saint Pierre CHANEL:

« Le Bon Dieu nous traite toujours en Père le plus tendre »

année_Miséricorde_phrase_St_P_CHANEL