Paroisse Pont-d'Ain

Mot du curé

La fête du Christ Roi de l’univers vient nous dire que toute la création est transformée dans le Christ. Tout l’univers est renouvelé dans la mort, la résurrection et la montée aux cieux du Christ. Toute l’année liturgique célèbre la royauté du Christ, mais spécialement l’Epiphanie, le Vendredi Saint et l’Ascension.

Mais pourquoi donc parler du Christ Roi de l’univers? Parler du Christ Roi de l’univers, c’est parler de quelle victoire? Sur quel royaume Jésus règne-t-il? Depuis quel trône le Christ exerce-t-il son pouvoir? Au sommet de quoi est-il? Paradoxalement, le Christ manifeste son pouvoir souverain sur la croix, le sommet, c’est le calvaire de la crucifixion. Sur la croix, le Christ est comme livré à lui-même, entre les mains des hommes. Les chefs se moquent de lui, ricanent. Les soldats le mettent, eux-aussi, au défi de descendre de la croix, s’il est réellement Fils de Dieu. Dans notre  monde moderne, les railleurs de Dieu ne le font plus guère à haute voix, mais n’est-ce pas toujours la même question: « Que Dieu se manifeste! Qu’on le voit! Que ça paraisse, s’il existe! » Et la réponse de Dieu est toujours celle de Jésus: Il se tait, il n’intervient pas au niveau des choses de ce monde qu’il laisse exister dans toute leur autonomie, il ne se défend pas, il se laisse accuser d’être impuissant et inexistant. Jésus, comme Dieu le Père, n’a jamais utilisé son pouvoir pour écraser, dominer… Et pourtant il règne!

Le Règne du Christ, le Royaume de Dieu, n’est ouvert qu’à des convertis, comme le bon larron: « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras inaugurer ton Règne. » La manière pour le Christ d’exercer son royaume sur tous les hommes, y compris ses ennemis, c’est de leur offrir son pardon, un pardon sans limite. Pour entrer dans ce royaume, il ne sert à pas grand chose d’être « juste ». Le pécheur y a toute sa place, à une seule condition: accueillir le pardon toujours offert de Dieu. Le premier à vivre cette réconciliation universelle est le « larron », qui sait  reconnaître son propre péché, son mal, sa misère, son néant, et proclame en même temps l’innocence de Jésus.

Laissons résonner en nous cette parole du Christ: « Aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis ». Cette parole nous est adressée, en effet, chaque fois que nous le rencontrons dans la prière et les sacrements, chaque fois que nous célébrons le mystère de sa mort et de sa résurrection, de sa Pâque et de la nôtre, chaque fois que nous communions à son corps livré et à son sang versé pour le salut de tous les hommes. Le Christ est Roi, qu’il règne éternellement sur notre monde.

 Père Aimé Fulbert OWAH, Curé

Feuille paroissiale

PtdAin FP 26 Nov 2017 (double « clic » gauche pour ouvrir le fichier)