Paroisse Ars

Célébrons la première journée Mondiale des Pauvres

Dimanche prochain aura lieu la Première Journée Mondiale des Pauvres. C’est le Pape François qui a voulu mettre en place cette Journée, il y a un an : à la fin de l’année de la Miséricorde, un “jubilé des sans-abris” avait été organisé à Rome, le Pape avait été touché par cette rencontre. Il a donc décidé d’organiser cette Journée Mondiale, l’avant dernier dimanche de l’année liturgique, c’est-à-dire le 19 novembre, dimanche prochain.

 

 

Le but de cette journée est de vivre une rencontre authentique avec les pauvres. Nous sommes invités à ne pas voir les pauvres uniquement comme ceux à qui on glisse une pièce et un petit mot à la fin de la messe dominicale, ou ceux que l’on aide en donnant chaque année au Secours Catholique, à l’Ordre de Malte, au CCFD ou à tous ces organismes qui s’occupent des plus fragiles. Même si, évidemment, toutes ces associations font un travail indispensable grâce à leurs donateurs. Mais le Pape François nous invite surtout à aller à leur rencontre, à vivre des moments d’amitié et de fraternité.

 

Cela passe avant tout par des temps de partage, de rencontre, de dialogue, de prière ensemble.

 

Cela passe aussi par notre combat contre la pauvreté, par notre refus de la culture du rebut et du gaspillage. Ne restons pas inertes et résignés face à la pauvreté qui défigure la dignité des hommes et des femmes. Ces hommes et ces femmes sont nos frères et soeurs, ils sont, comme nous, des enfants de Dieu, alors accueillons-les de grand coeur.

 

Et le Pape va même plus loin : il nous invite à prendre les pauvres comme maîtres pour noter foi, pour avoir une foi plus cohérente. Le Christ a une prédilection pour les pauvres, il nous donne en exemple leur confiance, leur abandon à Dieu. Nous devons faire l’effort de leur ressembler !

 

Souvenez-vous, en 2013, l’Eglise en France avait vécu un grand mouvement, Diaconia 2013, qui nous avait déjà invité à mettre les plus fragiles à la première place et à nous mettre à leur école. C’était une démarche qui avait touché de nombreuses personnes dans l’Eglise. Quatre ans plus tard, cela vaut la peine de redire que les pauvres ont quelque chose à nous apprendre.

 

Parce que la pauvreté est un paradoxe. Il faut combattre toutes les formes de pauvreté qui défigurent l’homme, qui lui enlèvent sa dignité, qui font de lui un moins que rien, un déchet. Mais la pauvreté, il faut aussi l’aimer, comme saint François d’Assise : la pauvreté est un appel à se recentrer sur l’essentiel, à relativiser ce que nous avons pour ne pas être esclaves de nos possessions. La pauvreté nous invite à suivre le Christ, notre seule richesse..

 

 

Voici deux propositions pour vivre cette première Journée Mondiale des Pauvres :

 

A Ars, avec notre évêque, Conférence à 10h le curé d’Ars et le cardinal Biayenda, deux visages de la miséricorde au coeur des pauvres et des familles ; Messe à 11h et ateliers à 15h

 

A Oyonnax, pour tout le doyenné du Haut Bugey :  Journée de 9h30 à 17h à l’église Notre Dame de la Plaine sur le thème « De la Fragilité à la Fraternité », avec une Messe unique pour le doyenné à 16h.