Paroisse Pont-de-Veyle

L’importance de la Prière du Rosaire.

 

Il y a quelques jours, dans le métro, alors qu’une jeune femme égrenait son chapelet, un jeune homme curieux l’interrogeait sur cet objet qu’il ne connaissait pas. Celle-ci lui expliqua avec bonne humeur le fonctionnement du rosaire et de sa kyrielle de Je vous salue Marie. Satisfait de la réponse, le garçon ajouta, sans penser à mal, cette dernière remarque avant de descendre de la rame: « C’est un peu comme les moulins à prière que j’ai vu au Tibet ! ». Quel dommage que la jeune fille n’ai pas eu le temps de lui répondre : il ne pouvait pas se tromper davantage ! Il est parfois difficile, c’est vrai, de ne pas penser à mille autres choses qu’à la prière lorsqu’on la récite en boucle, mais c’est bien normal ! On ne peut pas méditer cinquante fois le même petit texte sans succomber à la distraction. Mais le chapelet n’est pas uniquement la méditation du Je vous salue Marie. Voici 3 façons de prier le rosaire pour qu’il porte plus de fruit qu’un moulin à prière :

 

Méditer les mystères

À chaque jour de la semaine correspond une série de mystères (joyeux le lundi, douloureux le mardi, glorieux le mercredi, etc). Ainsi chaque jour se trouvent cinq mystères à méditer sur chaque dizaine du chapelet. Comment les méditer ? Selon les sensibilités de chacun, il est possible, pour la nativité par exemple, de s’imaginer la crèche,  ou de lire avant de commencer une brève méditation sur le sujet.

 

Les intentions de prière

Celles-ci consistent à offrir sa prière pour une cause, ou une âme en particulier. Sur 5 dizaines, il peut y en avoir une pour ses parents, une pour les chrétiens persécutés, une pour demander de saintes vocations dans l’Église, une pour les familles éprouvées, et une pour demander le secours de la Sainte Vierge pour un quelconque soucis qui vous tracasse. Il existe une myriade d’intentions de prière possibles : pour le Saint-Père, pour les missionnaires, pour la grâce d’une bonne mort, pour la conversion de ses voisins, pour ses enfants, pour son foyer, pour être saint, pour sa patrie, etc…

 

En faisant son devoir d’État

On ne sait que trop que certaines mamans (ou papa !) ne trouvent parfois pas le temps de méditer dans une journée. Elles disent tout de même leur chapelet, petit à petit, en berçant un enfant, en passant l’aspirateur, en repassant le linge. La multiplicité de tâche rend la concentration difficile, mais accomplir son devoir d’État est une manière très pertinente de réciter son chapelet, en s’unissant au « Fiat » de Marie : « Que Votre volonté soit faite ». La récitation machinale n’est pas alors de la négligence, c’est une prière par imitation des vertus de Marie.

 

Dans l’encyclique Rosarium Virginis Mariaele Saint Pape Jean Paul II confirme sa dévotion spéciale à Marie, qui l’amène à intégrer les Mystères de la Lumière au Rosaire, et nous encourage à en reprendre la pratique quotidienne avec foi « L’histoire du Rosaire montre comment cette prière a été utilisée, spécialement par les Dominicains, dans un moment difficile pour l’Église à cause de la diffusion de l’hérésie. Aujourd’hui, nous nous trouvons face à de nouveaux défis. Pourquoi ne pas reprendre en main le chapelet avec la même foi que nos prédécesseurs ? Le Rosaire conserve toute sa force et reste un moyen indispensable dans le bagage pastoral de tout bon évangélisateur. » Le Saint Pape Jean-Paul II nous encourage à penser le Rosaire comme une contemplation du visage du Christ à l’école de sa très Sainte Mère, et à le réciter dans cet esprit et avec ce dévouement.   Le Pape  Benoît XVI nous invite à redécouvrir la force et l’actualité du Rosaire : « (…)  Le Rosaire, quand il est prié de manière authentique, non d’une manière mécanique et superficielle, mais profonde, apporte en effet la paix et la réconciliation. Il contient en lui-même la puissance qui guérit du très saint Nom de Jésus, invoqué avec foi et amour au centre de chaque « Je vous salue Marie ». Le chapelet, lorsqu’il n’est pas une répétition mécanique de formules traditionnelles, est une méditation biblique qui nous fait parcourir les événements de la vie du Seigneur en compagnie de la Bienheureuse Vierge Marie. »                                 

 

Votre Curé, Père Olivier BARNAY +