Paroisse Pont-de-Veyle

Funérailles chrétiennes ?

La journée de prière pour nos fidèles défunts, le 2 novembre, doit nous amener à réfléchir à nos pratiques mortuaires. Quand on visite les catacombes Priscillia ou les fouilles de St Pierre à Rome on est frappé par la simplicité des tombes chrétiennes qui tranchent avec le luxe des mausolées païens. De simples « loculi » taillés à même la pierre tendre, fermés, au mieux, par une  plaque de marbre ornée des symboles chrétiens  évoquant la Foi en la Vie Eternelle. Qu’en est-il pour nous ?

 

* Tout d’abord, je constate que les premiers chrétiens rompaient avec la façon habituelle de Rome d’incinérer les morts. Ils choisissaient l’inhumation. Incinérer les morts, est-ce bien Chrétien au regard de l’Histoire ? Rappelons ici qu’en Mars 2016, le Pape François a ré-exprimé la préférence de l’Eglise pour la mise en terre des corps.

 

* Point de luxe ostentatoire, l’essentiel est ailleurs. J’avoue ne pas être très à l’aise devant l’excès de fleurs à certaines funérailles. Certes, elles expriment l’amitié, l’affection mais, tout de même, quel gaspillage ! En ce domaine je rêve parfois d’être Protestant pour les célébrations de funérailles : chez eux, pas une fleur, mais la Bible ouverte sur le cercueil. Quel symbole fort ! Qui osera le faire ? Les obsèques des Papes se font ainsi. Souvenons-nous le cercueil de Jean-Paul II posé à même le sol en signe d’humilité.

 

* Les premiers chrétiens n’avaient pas peur d’inscrire sur leur tombe des symboles chrétiens ou même de peindre à proximité des scènes de l’Evangile. Rien de tout cela dans nos pauvres cimetières aseptisés où toutes les tombes se ressemblent.

 

Chrétien, pourquoi ne pas faire graver sur la pierre tombale un verset biblique cher au défunt ? Ou la mention « Priez pour lui » ? On ne dira jamais assez le bien que nous pouvons faire à nos défunts par les âmes qui veulent se recueillir devant la tombe. C’est cela aussi être missionnaire au-delà de la mort : Une tombe Chrétienne doit pouvoir se remarquer au premier coup d’œil !

 

* Les Chrétiens de Rome célébraient pour le « Dies natalis » (jour de la naissance et non de la mort) la Messe anniversaire sur le tombeau des défunts. Et nous ? Croyons-nous vraiment à la valeur du Sacrifice rédempteur de la Sainte Messe offert pour le salut des vivants et des morts ? Pourquoi ne pas demander, sur l’avis de décès, qu’à la place de fleurs, on puisse recueillir de l’argent dans une urne destiné à la célébration de Messes pour le Défunt ? Rappelons-nous que nous ne sommes plus – pour l’instant – dans une culture Chrétienne ici en France. Après nous, il est probable que personne ne pense à cette vérité de la Foi. Mieux vaut prévoir car le Purgatoire risque bien d’être long pour nous autres…

 

A l’occasion de cette Solennité de la Toussaint et alors que les cimetières voient affluer, une fois l’an, des foules nombreuses, puissent les comportements des catholiques pratiquants changer !  Soyons, comme dirait St Jean-Paul II, « des signes de contradiction et d’espérance ». Dans notre monde qui, pour conjurer la peur de la mort, préfère la tourner en dérision ou, hélas, se la donner par anticipation dans le suicide ou l’euthanasie… il est urgent de remettre la lumière de la Résurrection. Permettez-moi alors cette simple question : Avez-vous pensé à vos funérailles ?  Permettez-moi simplement ce petit témoignage. Pour ma part, je suis en train d’écrire mon testament spirituel. Je souhaite préparer la Messe de mes propres funérailles. Je souhaite que cette Messe soit un dernier acte d’évangélisation. Je souhaite la proclamation de certaines lectures Bibliques que j’affectionne particulièrement. J’aimerais que, par ces lectures, on sache ou on découvre Celui en qui j’ai mis ma Foi et mon Espérance, le Christ qui l’Amour de ma vie. Je souhaite aussi que la Vierge Marie soit à la bonne place parce que mon cœur est un cœur marial, je ne l’ai jamais caché et encore moins à cette heure.  Je prévois l’inscription sur la pierre tombale, je suis Prêtre pour l’Eternité, configuré au Christ, Bon Pasteur. Je souhaite prévoir aussi sur mes économies la célébration d’un trentain grégorien (30 Messes) pour le salut de mon âme, remettant ainsi ma pauvre vie pécheresse entre les mains de la Miséricorde infinie de Dieu.

 

Chrétiens, réfléchissez et écrivez votre testament ! Détaillez le déroulement de vos funérailles vraiment chrétiennes. Penser à la mort ne fait pas mourir ! Pensez à la mort n’est pas un signe de déprime ! Tout au contraire, nous préparons notre naissance au Ciel, nous regardons en direction de notre Cité, de notre Patrie définitive parce que nous sommes faits pour Dieu.  

 

       Votre Curé, Père Olivier BARNAY +