Equipes du Rosaire

La joie du Salut

Equipes Rosaire

 

Rassemblement diocésain des Equipes du Rosaire, le 20 mai 2017

 

Enseignement par le Père Pierre Le BOURGEOIS sur

« LA JOIE DU SALUT »

 

Nous étions rassemblés dans la salle Lagrange… un clin d’œil pour le P.Pierre, le Père Lagrange étant Dominicain, originaire de Bourg, fondateur de l’Ecole Biblique de Jérusalem. L’occasion de nous rappeler que, dans un Mouvement comme les Equipes du Rosaire, on est appelé à se laisser toucher par la parole de Dieu pour la donner au monde.

 

Avant de nous donner son enseignement, P.Pierre nous dit : « Je me réjouis de voir de nouveaux visages. Cela veut dire que notre Mouvement est vivant. Je rends grâce pour ceux qui viennent nous rejoindre et je prie pour qu’il y en ait beaucoup d’autres ».

 

Equipes Rosaire

 

 la Joie du Salut  :

La Joie du salut : c’est plutôt quelque chose que l’on expérimente comme Marie à la Visitation. Ce n’est pas n’importe quelle joie mais un réel bonheur qui s’inscrit dans la certitude que nous sommes sauvés. Le cierge Pascal témoigne de la Lumière du Christ ressuscité et de cette joie.

Qu’il me soit permis de reprendre les titres des quatre grands documents du Pape François : 2 encycliques et 2 exhortations apostolique :

  • Lumen Fidei : cette encyclique, datée du 29 juin 2013, a été écrite à quatre mains puisque le pape s’est appuyé sur le travail du pape émérite Benoït XVI.

 

  • Laudato si : cette encyclique sur la sauvegarde de la maison commune est datée du 24 mai 2015. Merveilleux texte de la doctrine sociale de l’Eglise qui nous engage à la louange pour la beauté de la création qui crie « en raison des dégâts que nous lui causons par l’utilisation irresponsable et par l’abus des biens que Dieu a déposés en elle ».

     

  • Evangelii Gaudium : c’est une exhortation apostolique qui est datée du 24 novembre 2013 et qui nous bouscule afin d’entrer dans une authentique démarche de nouvelle évangélisation.

 

  • Amoris Laetitia : datée du 19 mars 2016, cette exhortation apostolique, qui nous occupe pendant ce temps de retraite, engage à contempler la réalité de l’amour humain vécu dans les familles de notre temps.

 

Ces différents titres nous montrent que la Lumière de la Foi nous conduit à la louange et à la JOIE !

 

Equipes Rosaire

 

Toute l’annonce de l’évangile c’est le chemin du bonheur désiré par tout homme et inscrit dans son cœur.  Et Jésus vient nous dire « heureux les pauvres de cœur le royaume des cieux est à eux ; heureux les doux… etc, » (Matthieu chap. 5). C’est magnifique d’entendre cela parce que Jésus vient répondre au désir inscrit dans le cœur de tout homme (le désir de Dieu) et nous sommes appelés à l’annoncer cette joie de l’évangile.

Et puis il y a un autre exemple entendu le dimanche de la Miséricorde. Thomas (c’est un peu nous) qui était absent lorsque ses compagnons ont vu Jésus leur dit  « si je ne mets pas ma main dans son côté…. » (Jean chap.20) et voilà qu’une semaine après avoir prononcé cette parole les disciples sont à nouveau rassemblés. Thomas est avec eux lorsque Jésus apparaît, il lui dit « vois mes mains, vois mon côté, cesse d’être incrédule, sois croyant ». Ce brave Thomas le voilà qui fait une extraordinaire profession de « mon Seigneur et mon Dieu ! » Extraordinaire profession de foi. Jésus a à ce moment-là a une béatitude « heureux celui qui croit sans avoir vu ». Jésus nous donne le chemin du bonheur. Quelle est cette joie : c’est ce salut que Jésus nous apporte parce que Dieu est riche en Miséricorde.

 

Equipes Rosaire

 

Il y a dans l’Evangile de St Jean au chapitre 15 (qu’on appelle aussi le testament de Jésus) des versets que je vais vous lire (9 à 17) :

  1. Comme mon Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés: demeurez dans mon amour.
  2. Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi-même j’ai gardé les commandements de mon Père, et comme je demeure dans son amour.
  3. Je vous ai dit ces choses, afin que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite.
  4. Ceci est mon commandement, que vous vous aimiez les uns les autres, comme je vous ai aimés.
  5. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis.
  6. Vous êtes mes amis, si vous faites ce que je vous commande.
  7. Je ne vous appelle plus serviteurs, parce que le serviteur ne sait pas ce que fait son maître; mais je vous ai appelés amis, parce que tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître.
  8. Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, mais c’est moi qui vous ai choisis et qui vous ai établis, pour que vous alliez et que vous portiez du fruit, que votre fruit demeure, et que le Père vous accorde ce que vous lui demanderez en mon nom.
  9. Ce que je vous commande, c’est de vous aimer les uns les autres.

 

Equipes Rosaire

 

J’aimerai que nous méditions rapidement sur ces versets. Jésus est avec ses disciples au Cénacle. Il a lavé les pieds de ses disciples. Il leur dit « vous m’appelez Seigneur et Maître et vous avez raison car je le suis, mais si moi le Seigneur et Maître je vous ai lavé les pieds, vous devez vous aussi vous laver les pieds les uns les autres en mémoire de moi » (Jean chap.13).

C’est très intéressant de voir cela parce qu’il y a un véritable parallèle entre le don de l’Eucharistie et le lavement des pieds. Ce n’est pas pour rien que l’Eglise nous donne de le vivre chaque jeudi saint. Jésus vient de laver les pieds de ses disciples, Judas est parti dans la nuit, il s’est éloigné… il a tout reçu (son héritage du Père) mais, lui, il s’en va !

Au cœur du message de Jésus il y a deux choses : « Demeurez et aimez » et surtout deux analogies qui s’appellent mutuellement : ce que Jésus vit avec le Père, il le vit avec nous et il nous engage à le vivre ensemble… « Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimé » : ce qu’il vit avec le Père il le vit avec nous. « Demeurez dans mon amour ». On peut se dire que le « demeurez dans mon amour » c’est une donnée qui est strictement personnelle, c’est profond, c’est au-dedans de nous. La relation que nous avons avec Jésus met en œuvre des charismes irremplaçables. Nous avons tous des talents, des charismes irremplaçables, parce que nous sommes tous uniques.

 

Equipes Rosaire

 

« Mon commandement le voici : aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés » : cette première expérience que je fais de l’amour de Jésus pour moi doit me conduire à l’amour mutuel au cœur de l’Eglise. Le charisme doit être mis au service de la communauté. Pour cela nous avons besoin de la grâce de Dieu. Le salut nous est donné pour pouvoir le vivre en vérité parce qu’on se rend bien compte de nos difficultés à vivre la charité fraternelle, on a nos limites, nos faiblesses, nos tempéraments. On a donc besoin de la grâce de Dieu pour pouvoir le vivre en vérité.

« Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous et que votre joie soit parfaite ». La joie du disciple du christ, du fidèle au christ, n’est pas une joie purement humaine mais c’est un don que Dieu vient lui faire, que Jésus lui fait… pas n’importe lequel : la joie qui est la sienne, celle qu’il reçoit du Père. La joie du salut qui nous est donné c’est une joie qui a une dimension purement divine et on a vraiment besoin de la grâce de Dieu pour accueillir cette joie qui nous est donnée.

Jésus ne met pas de côté la joie humaine puisqu’il dit « que votre joie soit parfaite » mais, par la grâce, par le salut qui nous est donné il en fait un tremplin pour nous permettre d’aller jusqu’à la joie même de Dieu. Cette joie que nous vivrons de manière éternelle prend aussi en compte toutes les réalités humaines qui sont les nôtres pour les élever à la dimension de Dieu.

Prenons l’exemple de la vie de Jésus à Nazareth, nous y voyons là la vie dans nos familles avec les occupations ordinaires et sociales. Si je regarde cette vie à Nazareth que je la laisse imprégner ma propre vie de famille à ce moment-là j’élève ma vie en famille à un niveau qui est le niveau de la joie de Dieu ; puisque Dieu a vécu cela. J’ai besoin à ce moment-là de la grâce de Dieu, de recevoir le salut qui vient transformer, transfigurer, guérir les blessures que je peux avoir dans ma vie de famille. C’est ce que nous dit Jésus « je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous et que votre joie soit parfaite ».

 

Equipes Rosaire

 

Reprenons : « Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimé » « Demeurez dans mon amour » « je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous et que votre joie soit parfaite » « Mon commandement le voici : aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés ». Jésus continue « il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime ». Il faut que je regarde comment Jésus m’a aimé ! et donc j’accueille la Parole et que je l’entende me dire « Heureux… » « Convertissez-vous… » « Le royaume des cieux est tout proche… » que je l’entende me dire « regarde, je viens te guérir », que je l’entende me dire « et bien, change de vie » « vas, vends tout ce que tu possèdes, donnes le aux pauvres et suis moi » et que je l’entende et que je vois « il posa son regard sur lui et l’aima » que je l’entende m’inviter à l’acte de foi « que veux-tu que je fasse pour toi ? ».

Voyez, si je veux entrer dans cette joie du salut, non seulement je suis appelé à faire l’acte de foi en me disant que je demeure dans l’amour de Jésus et à accueillir cette joie de Jésus en étant certain et en ne dénigrant pas la joie de la vie humaine (un bon Bordeaux par  exemple ! que fait Jésus à Cana ?). Il faut être capable de remercier le Seigneur pour toutes les bonnes choses qu’il nous donne.

Si je rends grâce à ce moment je peux élever ce bonheur, donc nos joies quotidiennes au lieu qu’elles restent à un niveau important mais pas très élevé, nous pouvons, en accueillant cette Parole de Jésus, lui donner une dimension infinie, une dimension d’éternité. Comment ? en gardant les yeux fixés sur l’Evangile sur cette bonne nouvelle et sur le Christ qui nous a aimés. « Le Christ m’a aimé et s’est livré pour moi » St Paul. Je suis appelé à vivre cela quotidiennement dans tout ce que je fais. Essayez de vivre cette réalité-là pour lui donner une dimension d’infini et donc accueillir dans ma propre vie la joie de Dieu.

 

Equipes Rosaire

 

Nous sommes dans les Equipes du Rosaire et donc contemplons Marie. Marie est comme un paradoxe  parce qu’elle est présente à des moments cruciaux de la vie du Christ et de la vie de l’Eglise, on la voit très peu et on l’entend très peu mais elle suscite en Jésus des réponses qui viennent nous toucher « faites tout ce qu’il vous dira » « qui sont ma mère qui sont mes frères ? celles et ceux qui font la volonté de mon Père» « femme voici ton fils ». Elle suscite en Jésus une révélation de son mystère d’amour pour nous. Ainsi contempler l’Evangile en se mettant à l’école de la Vierge Marie me permet d’accueillir et préparer mon cœur à accueillir la joie de Jésus c’est-à-dire la joie du salut qu’il veut me donner grâce, et par ce canal, qu’est la Vierge Marie.

C’est en se mettant à cette école de l’annonciation… il faut toujours revenir aux racines. Imaginez Marie, elle devait être sacrément disponible dans le quotidien de sa vie parce que l’ange Gabriel vient lui annoncer « voudrais-tu ? ». Si je contemple cela, cette joie de Marie, son attitude qui lui permet d’accueillir l’appel que Dieu lui lance, l’appel qui lui permettra de participer de manière unique et plénière au dessein de Dieu et donc au salut du monde… je contemple la joie du salut. Elle a cette disponibilité du cœur, elle est prête à se laisser bouleverser complètement (alors qu’elle était fiancée) et voilà que Dieu vient la bousculer.

 

Equipes Rosaire

 

 

Si je contemple la vie de Marie je découvre plusieurs éléments qui me permettent d’accueillir la joie du salut dans ma propre vie. Tout d’abord le respect du quotidien de ma vie : ne jamais dénigrer le quotidien de ma vie… facile à dire plus compliqué à faire ! parce que Dieu vient me parler dans le quotidien de ma propre vie. Deuxième chose : avoir une attitude du cœur qui soit ouverte : disponibilité. Troisième chose : le respect de Dieu ; il ne fait pas de moi un pantin qu’il veut manipuler, non, il vient me demander « est-ce que tu veux bien ? » et Marie s’en souviendra bien lorsqu’elle apparaît à la petite Bernadette habituée à recevoir des ordres strictes, Marie lui dira « voudriez-vous me faire la grâce de venir ici pendant quinze jours ? » donc Marie s’en souvient de ça.

Cette réalité-là, le respect de Dieu pour nous, doit nous permettre de répondre d’une manière libre et responsable, c’est ce que fera Marie sans savoir ce qui se passera, appelée à cheminer ensuite dans la foi puisque l’ange la quitte une fois qu’elle a dit oui. Sans savoir mais en cheminant dans la foi. Vous voyez : accueillir le quotidien de notre vie tel qu’il est dans la joie, dans l’espérance, dans la foi avec un cœur disponible à ce que Dieu veut me dire au travers de ce quotidien pour recevoir le respect que Dieu a de moi afin de répondre librement et de manière responsable pour pouvoir avancer dans la foi.

«Comme le Père m’a aimé moi aussi je vous ai aimés, demeurez dans mon amour » et pour terminer «je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous et que votre joie soit parfaite ».

(extrait de l’enseignement du Père Pierre Le Bourgeois)