Paroisse Pont-de-Veyle

A la suite du Christ

 

C’est méconnaître l’Evangile de croire que mettre ses pas dans ceux du Christ est chose facile. L’Evangile de ce 1er dimanche de juillet en est une démonstration. « Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi. ». Paroles de Jésus claires, nettes, précises, ne souffrant aucune ambiguïté. Mais comment les vivre ?

 

Ces paroles évoquent pour moi quelques réflexions que je vous livre. D’une part, il est très étonnant de regarder vivre les jeunes couples aujourd’hui. On a le sentiment parfois que le mariage n’est pas vraiment pleinement vécu. On garde « une poire pour la soif » comme dit l’expression populaire. On se marie mais on tient quand même à garder sa petite vie bien confortable d’avant. Ainsi, à titre d’exemple, l’épouse rechigne sur la mutation de son mari. On risque de s’éloigner trop de ses parents, du petit cocon que l’on a réussi à former, du cercle d’amis. C’est alors que Monsieur se retrouve « célibataire géographique » une bonne partie de la semaine afin que Madame puisse jouir de la présence de ses parents pour garder son petit d’homme ou pour boire un café avec ses copines entre deux magasins. Et Jésus nous dit : « Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi »… l’époux dans un couple ne tient-il pas la place du Christ ?

 

Un autre exemple tiré de faits réels constaté ces derniers temps. C’est surprenant de voir des jeunes mariés continuer à vivre comme  lorsqu’ils étaient étudiants. Monsieur va boire des bières avec ses amis plusieurs soirs par semaine, Madame part en week-end en laissant son époux seul à la maison. On se rend à un mariage tout seul prétextant ne pas trouver de solution pour les enfants. L’un ou l’autre disparait trois jours pour se réfugier dans le berceau familial, retrouver sa maman !! Etranges situations qui semblent se multiplier dans la nouvelle génération et qui, une fois encore, s’opposent à la parole de Jésus : « Celui qui ne prend pas sa croix n’est pas digne de moi ». Et oui, qu’on le veuille ou non, il y a aussi dans le mariage la réalité de la Croix. Il faut accepter de faire des sacrifices pour l’unité de son couple.

 

Un troisième exemple ? J’ai ce qu’il faut ! La période des vacances arrive. Un vrai casse-tête parfois pour les familles. Il faut gérer les camps scouts, les visites chez les grands-parents, le travail de l’un et de l’autre, la volonté de participer à l’une ou l’autre session de Paray-le-Monial, la préparation de la rentrée. Et puis, tout d’un coup, quelques jours se libèrent pour un bref temps de vacances en couple. Problème : les enfants ne sont pas là et il faut aller en chercher un à l’autre bout de la France car il termine son camp scout. Donc, on annule ce temps précieux de quelques jours où mari et femme pourraient se retrouver dans la quiétude d’un mas de Provence ! Précision : ce qui pose problème c’est ce gaillard qui a 17 ans et qui serait bien capable de prendre un train tout seul de Vannes à Aix-en-Provence ! Mais, pauvre chéri, fatigué par ce camp – fatigué à 17 ans !!! – il ne va pas faire tout ce trajet en train ! Et Jésus nous dit : « Celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi ». On pourrait multiplier les exemples à l’infini. Je les ai tirés uniquement de la vie familiale mais même un célibataire ou un retraité peut trouver des exemples appropriés dans sa vie. Ma conclusion est que nous devons, puisque nous sommes disciples du Christ, mettre de l’ordre dans notre vie et assumer les choix de vie que nous avons posés. Tout état de vie comporte une part de sacrifices et d’engagements non-négociables. La Sainteté n’est pas de se marier ou de construire une famille : ça c’est l’ordre naturel ! La Sainteté consiste à en assumer pleinement la responsabilité et les conséquences de son état de vie.  Au moment où commence la période estivale, je vous invite à regarder de quoi seront faites les semaines qui viennent. Vérifiez, vérifions que tout est dans le bon ordre. Entendons cette promesse de Jésus toujours dans le même Evangile : « Qui perd sa vie à cause de moi la trouvera ».

 

Votre Curé, Père Olivier BARNAY +