« Une Destinée Fabuleuse »

« Ascension du Seigneur»

St Matthieu 28, 16—20

Coincée entre Pâques et Pentecôte, célébrée en semaine au mois des communions, l’Ascension risque de passer un peu inaperçue. Ce serait bien dommage, car le mystère qui y est célébré est très vivifiant. Jugeons sur pièces.

Une nouvelle présence :

L’Ascension nous apprend d’abord à ne pas mettre la main sur Jésus. Le Christ échappe aux disciples, il échappe aussi à nos mainmises possessives et égoïstes. S’il esquive ainsi nos griffes, c’est pour nous obliger à croire en sa nouvelle manière d’être présent. L’Ascension nous découvre le sens profond de l’Eucharistie. Jésus n’a plus à être à nos côtés puisqu’il veut être en nous. Il n’a plus à être notre compagnon de route, puisqu’il est notre force pour marcher. Il n’a plus à être un copain que l’on peut embrasser et toucher, puisqu’il devient notre vie. Il n’a plus à être vu puisqu’il devient notre regard. Il n’a plus à être ami puisqu’il est devenu notre force d’aimer. Il n’a plus à être notre interlocuteur, puisqu’il est devenu notre parole, plus intime à nous-mêmes que nous-mêmes.

 

Jésus monté aux cieux, nous plante solidement en terre. Nous sommes, désormais, son unique présence auprès de nos frères. Accueillons la joyeuse mission qui nous donnée en cette fête. «Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création… ». Jésus, par nos mains, nos yeux, nos lèvres, nos pieds et notre cœur, veut, par nous, continuer sans cesse à aimer, à rencontrer et à sauver tous les hommes.

 

Une destinée fabuleuse :

L’Ascension du Seigneur est l’achèvement de son Incarnation. Saint Athanase, que nous avons fêté il y a quelques jours, rappelait avec force que « Dieu s’est fait homme pour que l’homme devienne Dieu. » Par la venue du Fils de Dieu dans le monde, c’est tout le cosmos, tout le monde des vivants et tout le peuple des humains qui sont épousés par Dieu.

 

Ce mystère de prise en charge de l’homme par Jésus va, de Noël où il a commencé, en s’approfondissant. Il se creuse dans le scandale de la croix où le Fils a pris sur lui toutes nos détresses et nos folies. Il éclate en résurrection, le triomphe de la vie sur toute mort. Il s’accomplit enfin dans l’Ascension.

 

En rentrant dans le sein du Père, mais avec tout son poids de chair et d’humanité, Jésus nous divinise. Il nous fait partager l’amour de Dieu. Et avec nous, tout l’univers est transfiguré, car nous sommes composés de « poussière d’étoiles » selon le titre d’un bel album de l’astrophysicien Hubert Reeves. Le pape Saint Léon écrit cette phrase lumineuse : « l’Ascension du Christ est notre promotion ».

 

 

Dans ce grand corps que forme le Christ total, la tête est déjà dans les cieux. Les membres bénéficient déjà de ce bonheur divin dans laquelle elle baigne. C’est la fête de l’espérance. Car là où la tête est passée, là aussi le corps tout entier passera. La mission peut commencer. Elle est la joie d’annoncer au monde sa plus belle destinée. Amen

Père Ishaq Barkat +