Paroisse Montrevel-en-Bresse

Profanation à Attignat

Chers frères et sœurs,

 

 

Nous venons de vivre un moment douloureux pour notre paroisse et pour toute l’Église. Mercredi matin, au cours de la messe de 09h00, le père Baudouin a découvert que le tabernacle de l’église d’Attignat avait été profané. La porte a été forcée et les malfaiteurs ont pris l’ensemble des hosties consacrées. Bien évidemment, une plainte pour vol avec effraction a été déposée en gendarmerie et cela suit son cours. Monsieur le Maire d’Attignat a été prévenu et m’a témoigné de toute sa solidarité, ainsi que celle de l’ensemble des membres du conseil municipal. Notre évêque a été prévenu et une messe de réparation a été célébrée par le vicaire général ce samedi 22 avril 2017.

 

En ce Dimanche de la Divine Miséricorde, ces faits prennent une dimension toute particulière. Il faut le dire, ces actes sont d’une extrême gravité ! C’est le Saint Sacrement qui a été profané ! C’est pourquoi nous sommes appelés à prier, à demander pardon, à réparer. Il nous faut aussi prier pour les auteurs de ce méfaits afin qu’ils se convertissent et s’amendent.

 

De plus, cet événement extrêmement douloureux doit nous interroger sur notre attachement et le respect qui est dû à la Présence Réelle du Seigneur dans le Saint Sacrement de l’Autel. Est-ce que nous sommes vigilants ? Est-ce que nous prenons du temps pour visiter le Christ qui est là présent au milieu de nous ? Quelle est la place de l’Eucharistie dans notre vie chrétienne ? Autant de questions qui doivent nous stimuler sur le chemin, sur la route qui est la nôtre. Nous sommes comme les disciples d’Emmaüs : Jésus marche avec nous en nous expliquant les Écritures et Il nous conduit à faire l’expérience de sa présence !

 

Il y a une autre réalité qui me semble également essentielle. Nous sommes bouleversés de voir que des individus ont osé prendre le Saint Sacrement, certainement pour accomplir des méfaits occultes ! Même si nous sommes respectueux, on NE PREND PAS le Saint Sacrement, on le reçoit. Les prêtres de la paroisse ont cette responsabilité de confier éventuellement à l’une ou l’autre personne le Corps du Seigneur pour aller le porter à nos frères et sœurs malades. Ces derniers doivent être identifiés afin que nous sachions qui est visité et qui reçoit ainsi l’Eucharistie. Au moment de la communion, on ne peut se présenter en demandant un certain nombre d’hosties sans que les prêtres ne sachent ni où elles sont portées, ni qui les reçoit ! On ne se sert pas soi-même au tabernacle ! En d’autres termes, nous sommes appelés à renouveler nos manières de procéder. Un protocole va peu à peu se mettre en place afin de vivre cette réalité ecclésiale missionnaire : on ne se mandate pas soi-même pour aller porter la communion mais on reçoit cette mission de l’Église, au sein de la communauté paroissiale et sous la responsabilité des pasteurs. Oui, l’Eucharistie est notre nourriture pour la route de notre vie chrétienne. Lorsque nous nous approchons de la Sainte Communion entrons dans une authentique démarche de foi. C’est Jésus qui vient et se donne à nous ! Sur notre paroisse des enfants du catéchisme se préparent avec sérieux à faire leur première communion. Des jeunes également vivent cette démarche ainsi que des adultes ! Cela nous montre combien l’Eucharistie est essentielle à la vie chrétienne dont elle en est la source et le sommet.

 

Ce dimanche de la Miséricorde, une jeune de Lescheroux, Dixie-Lane Barozzi, va faire sa première communion. Accompagnons-la de notre prière. Il nous faut nous réjouir de voir tous ces jeunes se mettre en marchent. Aidons-les, accompagnons-les sans chercher à se faire concurrence en suivant différents courants, ou mouvements, mais en vivant une authentique communion de foi au cœur de l’Église notre Mère.

 

En cette joie pascale, qui est entachée par ce douloureux événement, entrons dans une démarche de renouvellement, de rénovation de notre vie chrétienne ! Notre fidélité au Christ et à l’Église est appelée à toujours s’approfondir afin de sortir de la sclérose pour entrer dans un chemin pleinement libérateur ! Certes, cela nous appelle à nous décentrer de nous-même pour nous centrer sur le Seigneur ! Le Seigneur nous rend visite et nous fait miséricorde ! Alors acceptons d’être bousculés par les événements, afin de choisir le Seigneur ressuscité et de nous attacher à Lui d’une manière renouvelée. Belle fête de la Divine Miséricorde.

 

Abbé Pierre Le Bourgeois