Paroisse Viriat

«  LA VICTOIRE  DEFINITIVE  DE L’AMOUR SUR LA MORT »

Avec la célébration du dimanche des rameaux et de la passion de notre Seigneur Jésus, s’ouvre la semaine sainte, la semaine décisive où le salut nous est donné. Dans l’allégresse nous acclamons Jésus, roi sans richesse, sans arme et sans milice pour sa sécurité personnelle, un roi humblement monté sur un âne. Son entrée triomphale à Jérusalem apparaît comme une journée par excellence du « malentendu ».

Pour les apôtres, c’est enfin l’accomplissement de ce qu’ils espéraient. Jésus prend possession de la ville royale, la ville sainte. Il va inaugurer le Royaume, leur royaume.

Pour Jésus, c’est bien cela et c’est tout autre chose. Au-delà du succès apparent, il voit l’avenir, son rejet, sa condamnation. Oui, il vient bien inaugurer le Royaume. Mais celui de Dieu, non celui des hommes. Ce Royaume sera celui qu’un soldat romain, bouleversé,  découvrira au pied de la croix. Dans un homme mort abandonné de tous, il reconnaîtra soudain, l’affirmation triomphale de l’amour. Il confessera Jésus, Fils de Dieu.

Les textes liturgiques retenus pour la célébration solennelle de cette messe, révèlent l’identité réelle du Messie qui nous obtient le salut par sa mort et sa résurrection. C’est lui le mystérieux serviteur de Dieu entrevu par Isaïe. Malgré les persécutions, il est resté fidèle à la parole de Dieu entendue jour après jour. Conscient d’être à l’heure du combat décisif contre la domination des ténèbres, Jésus a puisé la force de les affronter dans la prière et la confiance en son Père. Il a librement consenti à perdre sa vie pour que ceux qui auront tenu bon avec lui dans les épreuves, prennent place à sa table dans le royaume. Le disciple doit être prêt à se voir rejeté, condamné par le monde comme le fut Jésus. Le serviteur est un disciple à l’école de son Seigneur dont il cherche à connaître la volonté pour lui être le plus fidèle possible…. Levons nos rameaux ! Reconnaissons notre Seigneur, suivons-le, soyons disciples, acceptons de prendre à sa suite notre croix chaque jour…         

 

BON  DIMANCHE                                                    

 

Père Joachim.