Paroisse Pont-de-Veyle

Fidèle ou pas fidèle ?

 

Après nous avoir, dimanche dernier, exhorté à être sel de la terre et lumière du monde, Jésus nous interroge à présent sur notre fidélité. «… il dépend de ton choix de rester fidèle. » dit le Seigneur dans la bouche de Ben Sirac le sage. St Paul nous remet face à notre responsabilité «… c’est bien de la sagesse que nous parlons devant ceux qui sont adultes dans la foi, mais ce n’est pas la Sagesse de ce Monde… » : Fidélité à l’Esprit que nous avons reçu. Et Jésus dans l’Evangile déploie ce thème de la fidélité en nous rappelant qu’Il « n’est pas venu abolir la Loi ou les Prophètes mais accomplir ».

 

La Fidélité ! Est-ce que nous y croyons ? Est-ce que nous en parlons ? Est-ce que nous en vivons ? Est-ce que nous en témoignons ?

 

Fidélité à la Foi catholique et à l’enseignement de l’Eglise. Il est bien beau de se dire Chrétien catholique, encore faut-il vivre comme tel. Vivre en Catholique c’est adopter pour soi-même tout l’enseignement de l’Eglise. Nous ne sommes pas dans un supermarché où chacun se sert ce qu’il veut quand il veut. Embrasser la Foi Catholique, c’est être fidèle d’abord à la Liturgie. Je vous ai donné cet axe principal pour cette année et j’y reviens ici. La Liturgie ne s’invente ni ne s’improvise. La Liturgie de l’Eglise se reçoit d’Elle. Parce qu’Elle est notre Mère, la Sainte Eglise sait ce qu’il y a de meilleur pour ses enfants. L’utilisation de l’encens, de la langue latine, des beaux ornements, des rites… Tout cela contribue d’une part à la gloire de Dieu, et d’autre part à notre sanctification. Etre fidèle à la Foi Catholique c’est consentir à entrer dans l’esprit de la liturgie en laissant de côté nos propres sentiments, notre sensibilité et notre ressenti.

 

C’est vrai, une certaine génération a été perturbée par des interprétations fausses de l’application du Concile Vatican II, mais il s’agit désormais d’entrer paisiblement et avec confiance dans ce que l’Eglise nous demande en Vérité.

 

Etre fidèle c’est aussi adopter pour soi l’enseignement de l’Eglise en matière de morale par exemple. On aura beau faire des débats, des enquêtes, des sondages, des tables rondes en tous genres, il y a des points non-négociables sur lesquels nous ne discuterons pas. Une fois encore, le respect de la Vie du début à son terme, l’union sacrée du mariage entre un homme et une femme, nonobstant toute autre forme d’union. Dans un monde balloté par diverses idées, le Chrétien catholique doit tenir ferme et inébranlable dans la doctrine. Tout de suite on me rétorquera la Charité. Oui, la Charité du Christ ! Celle qui consiste à proclamer la Vérité avec douceur mais avec fermeté. Ce qu’on appelle « la Miséricorde ». Jésus dans l’Evangile de ce 2ème dimanche de février nous le dit lui-même : « Que votre oui soit oui et votre non soit non… tout le reste vient du Mauvais. ». Je pense ici à la préparation au Mariage commencée dans notre paroisse ces jours-ci : Nous sommes marqués de voir, avec le couple accompagnateur, combien nos jeunes attendent une parole vraie. On ne vient plus aujourd’hui se préparer au mariage par convenance ou par tradition. On se marie par conviction. Notre responsabilité est immense ! Il s’agit de montrer à ces couples la grandeur du Sacrement qu’ils se préparent à recevoir. Il en va de même pour le Baptême en insistant sur les conséquences pour l’enfant mais aussi pour les parents, le parrain et la marraine.  Fidélité à l’enseignement de l’Eglise aussi dans les funérailles : je pense ici au fameux texte « je suis passé dans la pièce d’à côté »… c’est mignon mais ce n’est pas chrétien ! La mort est une séparation, une conséquence triste et dramatique du péché originel qu’il nous faut assumer. L’atténuer c’est briser le sens profond de cette réalité qui nous touche tous. Jésus a pleuré sur son ami Lazare. Les Apôtres ont été séparés du Maître. La Sainte Vierge était bouleversée en portant son fils mort à la descente de la croix au soir du Vendredi Saint. Et c’est dans ce drame de la mort humaine que nous devons proclamer l’Evangile de l’Espérance de la Résurrection, de la Vie Eternelle… c’est bien autre chose que de passer dans la pièce d’à côté !! Fidélité aussi dans nos amitiés et dans nos relations en tous genres. La mode du jour est au « zapping » : je t’aime, je ne t’aime plus ! Je te cause, je ne te cause plus ! Les réseaux sociaux laissent miroiter que l’on peut avoir des centaines d’amis facilement, sans même les avoir jamais vus ! On peut s’interroger alors sur la qualité des relations que nous avons les uns avec les autres. La fidélité peut être mise à rude épreuve quand untel nous déçoit par exemple. Pour autant, doit-on le rejeter ? La fidélité s’entretient, elle demande de faire effort pour vivre des moments de qualité en famille et avec nos amis. La fidélité est exigeante parce qu’elle est synonyme d’amour tout simplement.

 

Demandons la grâce de vivre et de grandir dans la fidélité au Christ, à l’Evangile, à l’Eglise et à tous les engagements que nous prenons dans notre vie quotidienne. Là encore, il en va du témoignage que nous rendons autour de nous.

                                                                                         

     Votre Curé, Père Olivier BARNAY +