Paroisse Pont-de-Veyle

Vœux du Curé – 7 Janvier 2017


Voeux Pont de Veyle

Merci à Johanny PELISSON pour ces bons vœux qu’il vient de m’adresser en votre nom à tous. Je sais, cher Johanny, combien cet exercice ne t’a pas été facile et chacun ici en aura apprécié, pour autant, la facilité avec laquelle tu viens de t’exprimer. Merci donc pour ces vœux chaleureux que je te retourne à toi personnellement et plus largement encore à chacun de vous, chers paroissiens, chers fidèles.

 

Voeux Pont de Veyle

 

Quand j’étais enfant cette période de l’année était vécue comme un temps où tout le monde me paraissait joyeux. C’était l’époque – il y a 40 ans – où il y avait encore un climat dans lequel la famille avait sa place, l’Eglise avait sa place. Il me semblait qu’à cette époque de l’année, tout le monde était heureux. Les Fêtes de Noël avaient rassemblées les chrétiens et les familles entre elles. Nous vivions la rentrée des vacances de Noël en apportant qui des fleurs à notre maîtresse, des papillotes pour nos camarades, nous montrions nos nouveaux jouets à nos amis. L’Aumônier de l’école passait dans les classes pour nous redire la joie de la Nativité, il nous faisait prier pour confier à la Sainte Vierge l’an nouveau.

 

Quand j’étais adolescent puis jeune adulte puis aujourd’hui, ce n’est plus pareil !! Sont-ce mes yeux qui ont changé ? Mon regard d’innocence et d’insouciance qui s’est perdu ? Notre monde a-t-il changé à ce point ? Il me semble qu’aujourd’hui rien n’est plus comme avant !

 

Comment souhaiter une bonne année et se réjouir devant le triste spectacle que nous offre l’actualité du monde et de notre pays en particulier ? Des chrétiens persécutés de plus en plus nombreux à travers le monde, des attentats dans notre pays qui se sont multipliés en 2016, des familles qui se divisent, des lois qui musèlent les chrétiens qui défendent la vie, des jeunes qui sont en recherche de sens … bref, ce n’est pas la joie !

 

Et là, à ce moment précis vous vous dites : « Notre Curé ne va pas bien ! Il est en pleine déprime ! Son discours ce matin est bien sombre ! Il nous la joue nostalgique ! On est en train de le perdre ! »… Non, non, rassurez-vous : la joie intérieure est bien présente et je ne voudrais pas vous faire croire que je suis tombé dans la morosité !

 

Force est de constater tout de même, objectivement et paisiblement, que notre monde n’est plus celui ni de notre enfance, ni de celui de nos parents ou de nos grands-parents.

 

Force est de constater, toujours objectivement et paisiblement, que l’euphorie des vœux de début d’année n’est pas là cette année ! Quelques-uns d’entre vous m’ont fait la remarque – que j’ai vérifié ces jours pour moi aussi : Au 1er janvier, et cette semaine, très peu de sms, de messages ou de coup de fils. Mais aussi très peu de vœux reçus par la traditionnelle voie postale. C’est ainsi… le monde a changé ! C’est clair !

 

Alors ??? Maintenant que l’on a dit cela… qu’est-ce qu’on fait ? On mange et on boit tout de suite pour oublier ?

 

Voeux Pont de Veyle

 

Non, mes chers fidèles, réunis ce matin sous le doux regard apaisé de notre bon Pape émérite Benoît XVI, je vous convie, une fois encore, à tourner vos cœurs vers le Christ, Lumière du monde, Sauveur de l’humanité toute entière.

 

Nous nous y trompons pas : si le monde a perdu la joie c’est parce qu’il a perdu Dieu ! Par suite, si nous, Chrétiens, nous tombons dans la morosité ambiante c’est parce que nous nous sommes détournés de JESUS, source de notre joie. Nous avons un défi à relever : Celui de ré-orienter les cœurs de nos frères et sœurs en humanité vers le Christ.

 

Je vais vous raconter une petite histoire. Je tiens ce récit de notre Evêque émérite, Mgr Bagnard. Au cours de l’année sacerdotale, le Pape Benoît XVI exprime son désir de recevoir dans sa chapelle privée, au Vatican, la relique du cœur de St Jean-Marie Vianney. C’est ainsi qu’un dimanche soir, Mgr Bagnard, accompagné de quelques Prêtres de notre Diocèse, se rend à Rome pour apporter la relique au St Père. Arrivés à l’appartement privé du Pape, celui-ci accueille la délégation du diocèse, et s’organise une petite procession jusqu’à la chapelle privée du Souverain Pontife. Le Pape marche en tête, Mgr Bagnard à côté de lui. Le Cœur du St Curé derrière est porté un Prêtre du diocèse. Et derrière le cœur du Saint, le secrétaire du Pape et les personnes au service des appartements pontificaux. A mi-chemin, Benoît XVI s’arrête et se tourne vers Mgr Bagnard en lui disant : « ça ne va pas cette procession ! Le Pape doit se mettre derrière le St Curé. C’est à lui, Jean-Marie Vianney, à marcher devant ! ». Ainsi, le St Père et l’Evêque viennent se placer derrière la relique et c’est le St Curé qui ouvre la marche et qui entre le premier dans la chapelle Pontificale.

 

Voilà, simplement illustré, ce qu’est un monde et une humanité ré-orientée. Notre mission à tous est de recentrer l’humanité sur Celui qui en est La Source. Notre monde n’a que faire de beaux discours et de beaux parleurs. Rien n’est plus précieux que le témoignage d’une Foi profondément vécue.

 

Voeux Pont de Veyle

 

Dans son dernier livre, la force du silence, le Cardinal Robert SARAH, Préfet de la congrégation pour le Culte Divin et la discipline des sacrements dit ceci : « Nous n’avons pas besoin de nouvelles stratégies ou de nouveaux plans pastoraux. Le plan existe déjà : Liturgie, contemplation et silence ! ».

 

C’est à ces 3 axes que je vous invite en cette année 2017.

 

Liturgie : C’est la 1ère école d’évangélisation pour nous-mêmes et pour tous nos frères et sœurs en humanité. La Liturgie est un don de Dieu pour l’homme. Un acte sacré au cours duquel, selon l’expression du Concile Vatican II, « Dieu est glorifié et l’homme est sanctifié ». La liturgie ne nous appartient pas. Elle se reçoit de l’Eglise. Voilà pourquoi, je n’hésite pas à affirmer devant vous ce matin : J’aurais beau entendre des remarques, des critiques, des plaintes sur tel ou tel aspect, sur la longueur de la Messe dominicale, sur la tenue des servants de Messe aux jours de Fête, sur l’utilisation de la langue latine ou de l’encens … Rien de ce que la Sainte Eglise notre Mère nous enseigne ne sera ni changé ni enlevé. Comme Prêtre, Pasteur et Curé, je constate depuis de nombreuses années les fruits nombreux de conversion grâce à une Liturgie qui soit digne et non pas réduite à un spectacle ou à des émotions. Certains d’entre vous, ici présents ce matin, peuvent dire qu’ils reviennent depuis peu à la Messe grâce à la beauté de la Liturgie. Je veux rendre un vibrant hommage ce matin aux Servants de Messe qui, fidèlement, chaque dimanche ou régulièrement – ponctuellement pour les plus grands – collaborent à la grandeur du Mystère Eucharistique qui est célébré. Je souhaite que cette année 2017 soit une année d’approfondissement de la Sainte Liturgie donnée par l’Eglise Catholique et Romaine quittant ainsi toutes les fausses interprétations qui ont pu être faites ici ou là. Vivre la Liturgie c’est servir Dieu ! Servir Dieu c’est se sanctifier ! Se sanctifier c’est, par suite, évangéliser ceux qui sont à l’extérieur !

 

Contemplation. A la contemplation, je joins l’Adoration. Ré-orienter l’humanité et se ré-orienter donc soi-même c’est programmer dans nos agendas surchargés des temps où l’on se met en la Sainte Présence de Dieu. De la même manière, je n’hésite pas à dire que le temps du mercredi matin dans la vie de nos paroisses est le temps fort de notre communauté. Souvenez-vous, au début de cette initiative, je vous ai présenté la matinée du mercredi à Grièges comme le « monastère paroissial ». Je vous invite vraiment dans la manière du possible et selon les possibilités de chacun, à venir prendre part à l’Adoration du mercredi matin entre 8 h et 9 h à l’église de Grièges. C’est là dans la pénombre de l’église, sous le soleil de Jésus présent dans la Sainte Eucharistie que, d’une part, nos cœurs et nos âmes se forment, se laissent mouvoir par l’Esprit Saint de Dieu qui travaille à ce moment-là !

Soyez-en sûrs : L’Adoration vaut bien plus qu’une consultation chez le meilleur professeur de médecine ! Ici, dans l’Adoration, JESUS travaille nos cœurs au laser de son Amour. D’autre part, dans ce temps de grâce de l’Adoration du Saint Sacrement, se crée l’unité de notre paroisse. Ici, je veux remercier chacun de vous pour les efforts qui sont faits en permanence pour que notre communauté paroissiale soit de plus en plus imprégnée de l’esprit de famille, dans une vraie communion fraternelle. Je vous redis ma joie d’être au milieu de vous. Ma joie d’être votre Curé. Ma joie de pouvoir « palper » l’unité qui se crée petit à petit. Je remercie les plus rétifs d’entre vous au début de ma présence et au nouveau fonctionnement qui en a découlé ! A force de dialogue, les conversions se sont opérées… Tout est possible quand on se laisse faire par Dieu ! Soyons bien convaincus que « quand on n’avance pas, on recule ! ». Je compte sur chacun de vous pour faire en sorte que ceux qui n’ont pas encore perçu la nécessité de travailler tous ensemble et de se déplacer de villages en villages, soient enfin gagnés à la cause de notre communauté paroissiale. Ma tristesse, il en faut bien une, c’est que certains – rares ! – n’ont pas encore saisi l’importance du changement nécessaire ! C’est une tristesse de votre Curé mais c’est aussi sa prière, qui doit être aussi la vôtre, dans l’Adoration et la contemplation.

 

Silence. Rassurez-vous je termine. C’est le 3ème axe auquel je vous invite cette nouvelle année. Silence d’abord dans nos liturgies ! Ne soyons pas trop bavard ni trop bruyant. Je n’hésite pas à dire ceci à ce sujet : Nos églises sont encore trop bruyantes avant la Messe ! Encourageons-nous et reprenons-nous mutuellement et fraternellement, pour que règne le silence total avant la Messe du samedi comme du dimanche. Silence aussi dans nos critiques, nos commentaires. Silence et charité vont ensemble. Que cette année 2017 soit une année où nous grandissons dans ce domaine. Vous savez combien la langue peut tuer plus qu’un fusil ! Nous pouvons nous dire les choses simplement. Je veux vous redire ici combien je suis personnellement ouvert au dialogue. Je préfère que les choses se disent entre 4 yeux autour d’un café (ou d’un verre ou d’un repas… ce n’est pas interdit !) plutôt que par derrière… ou pire encore, par courrier avec copie à Mgr…qui, entre nous, a bien autre chose à faire !!

 

Voeux Pont de Veyle

 

Que le Cardinal Sarah me permette d’ajouter un autre axe. Celui de la joie ! Cela ne vous étonne guère ! Mes frères, mes amis, soyons porteurs de la joie de JESUS ! Mettons de l’humour dans nos relations, nos vécus ! « Bienheureux ceux qui rient ils n’ont pas fini de se marrer !! ».

 

Là aussi, le rire, l’humour (pas noir… mais le vrai !) voire la dérision est le meilleur remède contre, d’une part, la morosité, d’autre part, le témoignage d’une Foi qui n’est pas repliée sur elle-même mais qui est contamination de la joie de Dieu !  Que cette année 2017 soit l’année de la joie entre nous ! Sachons provoquer des moments d’amitiés, de simple fraternité ! Inondons nos relations de moments gratuits ! Je n’hésite pas à dire, toute proportion gardée bien sûr, que, par exemple, l’apéritif de la Messe cantonale, le dernier dimanche du mois, est tout aussi important que la célébration des Saints Mystères qui précède !

 

Je termine… c’est promis ! Je vous souhaite à tous une belle et sainte Année 2017 ! Liturgie, Contemplation, Silence et Joie seront les maîtres-mots de ces mois à venir ! Belle année sous le regard du Seigneur qui nous sauve et qui donne sens à toutes nos vies ! Belle année sous le regard de Marie qui « garde tous ces événements et les médite en son cœur » ! Sainte et joyeuse année pour notre paroisse, unis les uns et les autres dans une vraie communion fraternelle ! … ah, tiens, une question : Connaissez-vous les prénoms de tous ceux qui sont, déjà pour commencer, dans cette salle ce matin ? Insupportable comme je suis je vous demande alors ici et maintenant de vous retourner tout de suite à droite, puis à gauche, puis derrière vous pour demander le prénom de ceux qui vous entoure !!! …. et oui, mes frères, la communion fraternelle commence par-là : Savoir et connaître celui à qui on s’adresse !! Bref, Bonne année à tous !

 

Je vous donne la Bénédiction de Dieu…

 

Voeux Pont de Veyle

 

3 temps forts à retenir d’ici fin juin :

La Neuvaine de prière pour la France se poursuit. Chaque 1er jeudi du mois est célébrée la Messe pour la Nation à 20 heures en l’église de Pont de veyle. Cette belle initiative reçue de Dieu dans le cœur des jeunes de nos paroisses l’été dernier à Cracovie pendant les Journées Mondiales de la Jeunesse s’achèvera au mois de Mai. Le samedi 13 mai nous consacrerons solennellement notre paroisse au Cœur Immaculé de Marie. Ce sera le 100ème anniversaire des Apparitions de Fatima.

Notre pèlerinage paroissial aura lieu le Lundi de Pentecôte, 5 juin 2017. Il sera accompagné par François Asensio, directeur émérite des pélerinages de notre Diocèse. Nous nous rendrons à Vienne et St Romain en Gal. Le thème : « la Gaule Chrétienne. Aux sources de la Foi en France ».

Toutes les générations sont ici attendues : enfants, petits enfants, parents, grands-parents, adolescents, croyants ou non… le Conseil Pastoral se charge comme l’an passé de l’organisation d’un apéritif géant !

Les reliques de Ste Marguerite-Marie de Paray-le-Monial seront chez nous, à Grièges, les 20 et 21 mai 2017 lors d’une retraite paroissiale qui sera prêchée par le Recteur des Sanctuaires de Paray-le-Monial. Dans le cadre de notre prière pour la France, nous nous laisserons enseigner par le Cœur de Jésus et sa servante, religieuse de l’ordre de la Visitation, Ste Marguerite Marie.

Mercis : A tous et à chacun en particulier … Je ne cite cette année personne pour ne pas prendre le risque d’en oublier !!!

 

BONNE ET SAINTE ANNEE A TOUS ET UN GRAND MERCI POUR VOTRE SERVICE ET VOTRE GENEROSITE !

 

Père Olivier BARNAY +