Paroisse Montréal-la-Cluse

103ème  Journée mondiale du migrant et du réfugié : « Mineurs migrants, vulnérables et sans voix »

PAROISSE

 

Au cours de l’année, les catholiques du monde entier sont invités à célébrer une série de «Journées mondiales», à travers lesquelles l’Église cherche à sensibiliser ses fidèles sur des thèmes de grande importance : la paix (1er janvier), les vocations (7 mai), les œuvres de la Terre sainte (14 avril), etc.

La plus ancienne d’entre elles, instaurée en 1914, est la Journée mondiale du migrant et du réfugié. La mobilité humaine n’est pas un phénomène nouveau et l’Église manifeste depuis longtemps un grand intérêt pour les migrants, se préoccupant de leur sort, au travers notamment d’un accompagnement pastoral adapté.

Toutefois, malgré l’ancienneté de cette Journée mondiale, il n’est pas toujours facile de se libérer d’une vision pessimiste du phénomène migratoire, et de l’envisager à la lumière de la foi pour y déceler l’action de Dieu qui guide, rapproche et unit toute l’humanité en un seul peuple. Nous sommes dérangés mais l’Evangile nous dérange, nous bouscule. N’oublions pas cette parole de Jésus dans Matthieu 25, 35 « J’étais un étranger et vous m’avez accueilli ».

Le phénomène migratoire est indéniablement une réalité complexe, difficile à gérer, mais nous aurions tort d’oublier que celui-ci, avec la grâce de Dieu, est l’Avent « d’un nouveau ciel et d’une nouvelle terre », où nous nous découvrirons frères les uns des autres, enfants d’un même Père.

 

Alain RAYMOND