Paroisse Montrevel-en-Bresse

Petite histoire de la crèche

Crèche Noël

 

C’est François d’Assise qui a créé en 1223 une des premières crèches vivantes, dans son église de Greccio, en Italie. Les personnages étaient joués par les gens du village et les animaux étaient réels. Cette « crèche vivante » a donné naissance à une tradition qui s’est perpétuée, mais les « acteurs » ont été très largement remplacés par des personnages en bois, en cire, en carton-pâte, en faïence et même en verre. Les crèches ressemblant à ce que nous connaissons font leur apparition dans les églises au XVIe siècle. Les jésuites en réalisent notamment à Prague en 1562, qui figurent parmi les plus anciennes connues.

 

L’histoire de la crèche de Noël s’est poursuivie par l’apparition des crèches dans les familles, particulièrement à Naples, au XVIIIe siècle, dans les demeures aristocratiques. Elles reproduisent la vie quotidienne de Naples.

 

En France, pendant la révolution, les représentations publiques étant interdites, la crèche de Noël apparaît dans les maisons. C’est alors l’origine de la crèche provençale qui s’inspire de la vie locale. Les artisans évoquent des personnages typiques de la région, du village ou des défunts de la famille. Ont ensuite été rajoutés les santons (petits saints en provençal) qui représentent des petits métiers connus : le meunier, le rémouleur, la lavandière, etc.

 

Pour les chrétiens catholiques, la crèche est un moyen de vivre le sens de la naissance de Jésus. Elle montre que Dieu a pris notre condition humaine : comment le Fils de Dieu est né, pauvre parmi les pauvres. La crèche de Noël : une occasion de passer dans une église pour la regarder et se recueillir, mais aussi de prier en famille.

 

Ainsi, préparer une crèche chez soi conduit la famille, première cellule de l’Église, à accueillir Dieu qui se fait homme et qui vient chez les siens (cf Jn 1,11), c’est-à-dire chez nous.

 

Afin de manifester notre lien à l’Église, à notre paroisse, il est une tradition très belle qui est de bénir les figurines représentant l’Enfant Jésus. Pour ceux qui le désirent, il est possible d’apporter l’Enfant Jésus de la crèche familiale afin qu’au cours de la Messe de Noël le prêtre puisse le bénir. Bonne préparation à Noël à chacun d’entre vous et chacune de vos familles.

 

Abbé Pierre Le Bourgeois