Paroisse Saint-Denis-lès-Bourg - Péronnas

Les « oui à moitié »

Pour chacun de nous aussi, il y a une histoire de salut faite de oui et de non. Mais parfois, nous sommes experts dans les oui à moitié : nous sommes doués pour faire semblant de ne pas bien comprendre ce que Dieu voudrait et ce que la conscience nous suggère. Nous sommes aussi rusés, et pour ne pas dire un vrai non à Dieu, nous disons : « Pardon, je ne peux pas », « pas aujourd’hui, demain je pense » ; « demain, je serai meilleur, demain, je prierai, je ferai du bien, demain ». Et cette ruse nous éloigne du oui, nous éloigne de Dieu et nous conduit au non, au non du péché, au non de la médiocrité. Le fameux « oui mais… » ; « oui Seigneur, mais… ». Mais ainsi, nous fermons la porte au bien, et le mal profite de ces oui manqués. Chacun de nous en a une collection en soi.

 

Pensons-y, nous trouverons beaucoup de ces oui manqués. Au contraire, chaque oui entier à Dieu donne lieu à une nouvelle histoire : dire oui à Dieu est vraiment « original » ; c’est l’origine, et non pas le péché qui nous rend vieux à l’intérieur. Avez-vous pensé à cela, que le péché nous vieillit à l’intérieur? Il nous vieillit prématurément ! Chaque oui à Dieu donne lieu à des histoires de salut pour nous et pour les autres. Comme Marie avec son oui. Sur ce chemin de l’Avent, Dieu désire nous rendre visite et attend notre oui. Pensons : « Aujourd’hui, quel oui dois-je dire à Dieu? ».

 

Pensons-y, cela nous fera du bien, et nous trouverons en Dieu la voix du Seigneur qui nous demande quelque chose, un pas en avant.

 

Pape François