Paroisse Pont-de-Veyle

En rouge et blanc !

 

A cette époque de l’année nous voyons en rouge et blanc ! Les rues de nos villes et nos villages commencent à scintiller de mille feux, la fébrilité se fait sentir dans les magasins, nos médias ne manquent pas une occasion de nous inciter à la consommation. En bref, Noël et son lot de paillettes approche. Il est un personnage plus insidieux qui commence à poindre le bout de son nez : le fameux père Noël. Pour les uns, il évoque la « magie de Noël » (expression très à la mode !), pour les autres, il réveille chaque année des souvenirs d’enfants. Pour les petits, il est un personnage attachant et pour cause puisque c’est grâce à lui que nous serions couverts de cadeaux. Pour les adultes, il permet – du moins on veut le croire ! – de tenir en haleine nos chères petites têtes blondes en attendant le jour J. N’en déplaise à qui lit ce Bulletin Paroissial, ce personnage, pour ma part, ne m’attire pas du tout ! Et même, plus encore, il provoque chez moi des crises d’urticaire et cela est chaque année de plus en plus grave !!  Je m’explique.  D’une part, il en va d’abord de la confiance des enfants à l’égard de leurs parents. Les éducateurs sont sensés et chargés de transmettre la vérité à leurs enfants. A moins de leur dire, dès le départ, que ce personnage n’existe pas, que c’est une légende et que la réalité est toute autre… alors d’accord ! On peut imaginer que ce petit conte amusera petits et grands pendant quelques semaines ! Si c’est votre cas, ne lisez pas la suite de cette réflexion ce n’est pas la peine !   

 

Mais, quelle confiance les enfants vont-ils faire à leurs parents quand ils vont d’eux-mêmes s’apercevoir du gros mensonge qu’est le père Noël ? Comment vos enfants vont-ils vous croire quand vous aurez béatement raconté cette histoire de la cheminée pendant des années ? Finalement que croire, pourront s’interroger vos enfants : au Bon Dieu ou au père Noël ? Ne sourions pas trop vite, on sait combien nos enfants sont, par nature, confiants aux adultes. Il se peut bien que, dans quelques années, cette supercherie annuelle se retourne gravement contre nous… enfin, contre ceux qui l’entretienne ! D’autre part. Je m’adresse ici aux chrétiens et à ceux qui sont convaincus que la France est une terre chrétienne : n’est-il pas urgent de redonner à cette fête de Noël toute sa vérité ? Donner de la place au père Noël c’est, une fois encore, donner de l’eau au moulin à ceux qui veulent supprimer les origines chrétiennes de notre pays. « C’est mignon ! ça ne fait pas de mal ! C’est joli de rêver un peu ! »… En effet, c’est mignon mais ce n’est pas aider nos jeunes enfants à se confronter au réel. C’est mignon mais c’est faire le jeu du monde de la consommation ! Je rappelle – à toutes fins utiles – que ce personnage a été dessiné par la firme « coca-cola » et que, nous le voulions ou non, monde de l’image oblige, le message, à peine subliminal, passe dans la tête de nos enfants ! Au père Noël, je préfère largement privilégier la Fête de St Nicolas. D’une part, parce que c’est un personnage qui a sa place dans l’histoire. D’autre part, c’est un Evêque, un témoin de la Foi Catholique. Ensuite, profiter de sa fête le 6 décembre pour s’échanger des cadeaux, comme on le fait dans certains pays d’Europe et dans certaines régions de France, c’est permettre de repositionner le Christ à la place centrale pour la Fête de Noël. Fêter St Nicolas c’est redonner à notre pays un climat Chrétien dans lequel nos enfants vont grandir et s’épanouir sans se laisser anesthésier par l’euphorie de la consommation. Vous vous demandez peut-être ce qu’il arrive à votre Curé pour écrire de telles lignes. Il me semble qu’il en va, là aussi, d’une démarche de Foi et de mission. Au 1er dimanche de l’Avent, Jésus nous invitait à « veiller ». Saurons-nous être des veilleurs, des sentinelles ne permettant à personne de prendre la place de Jésus, Sauveur et Seigneur, dans nos intelligences, nos cœurs, nos cultures, nos institutions, nos fêtes ? Et au 2ème dimanche, c’est la voix de St Jean Baptiste qui se fait entendre : « Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur ! ». C’est vrai, combattre le père Noël c’est « crier dans le désert » ! Mais c’est aussi laisser jaillir la Vérité dans notre monde qui en a besoin et qui la cherche. « Préparer le chemin du Seigneur » c’est mettre toutes nos énergies pour que notre pays de France en particulier, soit imprégné de l’esprit de l’Evangile.  Et puis, enfin, au rouge et blanc des bouteilles de coca-cola je préfère nettement le rouge couleur du martyr dont est habillé St Nicolas et sa belle barbe blanche couleur de la pureté !  Bon et Saint Avent 2016 à tous !                            

 

Votre Curé, Père Olivier BARNAY +