Paroisse Viriat

Dieu avec nous

Le quatrième dimanche de l’Avent que nous célébrons aujourd’hui, nous plonge dans la férie de préparation directe de Noël  du 17 au 24 décembre.

 

Jésus est Dieu-avec-nous et pour nous, l’Emmanuel. En lui est justifié l’espoir de voir naître  une nouvelle société…C’est lui le véritable enfant royal par qui le salut est donné à son peuple, et plus largement à tous les hommes. Il est, au sens propre du terme, don de Dieu.

 

Le temps de l’Avent est un temps d’accueil, de préparation et d’espérance. Cette période de prière et de méditation marquée par une pénitence et une attente de tonalité joyeuse, nous invite à la vigilance, car « c’est à l’heure où vous n’y penserez pas, que le Fils de l’homme viendra ».

 

« Eh bien! Le Seigneur lui-même vous donnera un signe: voici que la jeune femme est enceinte, elle enfantera un fils, et on l’appellera Emmanuel, c’est-à-dire: Dieu est avec nous ». Célèbre prophétie d’Isaïe, dans un contexte d’affolement du roi Achaz, encerclé par la coalition du roi de Damas et du roi de Samarie. Et pourtant il ne doit pas craindre lui demande le prophète. S’il garde foi en Dieu, sa dynastie est assurée d’une promesse divine…Dieu lui-même se propose d’intervenir. Le nom donné à l’enfant, « Dieu-avec-nous »…Le terme qui désigne sa mère, la « Vierge »…Ce fils est le signe de Dieu. A l’intérieur de toute histoire humaine se déroule le projet de Dieu. Sommes-nous convaincus que Dieu est en train de réaliser aujourd’hui quelque chose de son dessein, à travers nos propres enfants?

 

Achaz, au cœur de ses soucis de roi, d’homme politique, attaqué par des ennemis, voici que Dieu est là. L’histoire n’est pas seulement profane. Elle est le lieu où « Dieu fait signe ». Jésus a reproché aux juifs de son temps de ne pas savoir reconnaître les signes que Dieu leur faisait. Dans ma vie, aussi, Dieu me fait des signes. Ils ne sont pas éclatants, miraculeux. Il faut savoir les lire et les interpréter.

 

Dans le contexte actuel du flux migratoire qui submerge nos pays, sachons lire et interpréter les signes de Dieu. N’hésitons pas à nous maintenir dans l’action pour faire simplement le  bien que Dieu nous demande de faire au quotidien car c’est par l’amour que nous serons tous jugés. Soyons toujours inventifs pour organiser la charité dans nos communautés chrétiennes, nos familles, partout où nous sommes appelés à marquer notre présence. Que personne ne s’isole pour rouler seul sa lourde pierre de souffrances.

 

BON DIMANCHE !

 

Père Joachim