Equipes du Rosaire

Récollection des Equipes du Rosaire le 5 novembre 2016 à Chatillon-sur-Chalaronne

 

020

 

Nous étions une cinquantaine, autour de Carine AULEN  (responsable diocésaine)  et du Père Pierre LE BOURGEOIS (aumônier), à participer à la récollection annuelle qui se déroulait à Chatillon-sur-Chalaronne.

 

Pendant cette journée, nous avons eu la joie de retrouver des amis connus d’équipes en place depuis quelques années. Nous avons aussi été heureux de voir de nouveaux visages avec les équipes qui viennent de démarrer à Bourg-en-Bresse, à Feillens, ainsi que Chatillon qui nous recevait et nous a fait un très bon accueil.

 

025

 

Pour compléter notre joie, des personnes, pas encore dans les équipes, étaient là pour faire connaissance de ce Mouvement ; c’était le cas d’une famille d’Irakiens réfugiés à Bourg.

 

Un jeune, Clément, de l’équipe des enfants de Bourg s’est joint à cette journée avec ses parents (eux-mêmes nouveaux membre d’une des équipes de Bourg).Nous l’avons, lui aussi, remercié pour sa présence synonyme d’espérance.

 

Dans son mot d’accueil, Carine nous a demandé d’avoir une pensée pour les personnes de nos équipes absentes pour des raisons de maladie ou autres empêchements.

 

012

 

La journée s’est poursuivie sous le regard de Dieu par une messe dans la belle Eglise de    St André à Chatillon. Le Père Dominique BLOT (curé de la paroisse) concélébrait cette messe aux côtés du Père Pierre Le Bourgeois. Instants de communion fraternelle. Dans son homélie, le Père Pierre nous rappelait combien il est important d’être fidèle dans les petites choses. Ainsi, nous a-t-il invités à toujours faire le signe de croix en « acte conscient ». C’est toute notre vie chrétienne qui est résumée dans ce geste.

 

Revenus à la salle paroissiale, nous avons été captivés par le récit du Père Pierre sur son pèlerinage à Wallis-et-Futuna. Peut-être pensions-nous connaître St Pierre CHANEL (né en 1803 et mort martyr en 1841) pour l’essentiel de sa vie ! Et bien, nous avions encore à en apprendre… sur sa sainteté en particulier.

 

014

 

Ensuite ce fût le repas « tiré des sacs », un temps de partage toujours apprécié qui permet de se connaître.

 

Avant de se séparer, Carine a reparlé du fonctionnement des Equipes du Rosaire.

 

009

 

Plusieurs beaux témoignages ont ensuite été lus. En voici un :

 

« Mon désir est de rendre témoignage. Je suis depuis 1 an membre d’une équipe du Rosaire, et j’ai constaté, après quelques mois, le mieux qu’il y a dans ma vie. Pourtant, j’ai été longue à devenir équipière. Il a fallu des années pour que je me décide. Et puis, un jour, j’ai fais le pas avec Marie (Mère de Jésus), qui m’a convertie. Oui, je peux parler de conversion. J’étais une personne rêche, agressive, toujours en état de défense. On disait que j’avais un mauvais caractère et je m’en réjouissais. Et puis, j’a passé la porte, j’ai pris le chemin, et …je n’ai pas compris. Je ne comprends toujours pas…Mais je suis heureuse. Je vais vers les autres, je suis souriante. Ma famille s’en réjouit et je me fais des amis. Bien-sûr il y a des épreuves, des « bobos ». Avant je me décourageais, aujourd’hui je confie cela à Marie. Elle présente tout à Jésus, notre frère. Mon frère Jésus ! Rien que d’y penser, j’ai envie de pleurer ! Merci ! Je remercie pour avoir eu la grâce de connaître et de vivre les Equipes du Rosaire »

 

 Nous avons terminé la journée en rendant grâce à Dieu pour cette belle journée. Chacun a pu exprimer sa reconnaissance et sa prière personnelle.

 

039

 

Aperçu de l’enseignement du Père Pierre Le Bourgeois :

 

En accord avec notre Evêque, Mgr Roland, et dans le cadre du 175ème anniversaire du martyr de Saint  Pierre Chanel, le Père Pierre est parti fin mai 2016 en pèlerinage, avec une quinzaine de personnes, à Wallis-et-Futuna.

 

Wallis-et-Futuna est une collectivité d’outre-mer française, située en Polynésie, dans l’océan pacifique sud. Ce petit bout de France est formé de trois royaumes : Wallis, Futuna et Alofi. Son chef-lieu est Mata-Utu.

 

Sur environ 15000 habitants, 100 % sont catholiques et 99 % pratiquants.

 

Il faut 24 heures d’avion (deux escales : Osaka et Nouméa) pour se rendre là-bas aujourd’hui, tandis que St Pierre Chanel, en bateau, a fait le voyage en onze mois.

 

St Pierre Chanel, Mariste, a été envoyé sur l’Ile de Futuna (île aux dimensions à peu près identiques à l’ensemble des paroisses du secteur de Montrevel). C’était son désir profond d’annoncer l’évangile au bout du monde. Sa mission n’a duré que trois ans, il part le 24 décembre 1836 et se fait assassiner par le gendre du roi, devenu jaloux de son influence sur les Futuniens, en 1841.

 

Après la mort de St Pierre Chanel, les Futuniens ont compris quel saint il était et depuis l’honorent comme tel. De nous jours encore son culte est très vivant là-bas.

 

Le Père Pierre nous interpelle en nous disant combien ce saint est méconnu chez nous et quel enseignement il pourrait nous apporter si nous nous intéressions de plus près à sa vie.

 

Pour le Père Pierre, ce n’est pas par hasard si St Pierre Chanel est fêté le 28 avril, le même jour que St Louis-Marie Grignion de Montfort, fondateur des Missionnaires de la Compagnie de Marie.

 

Tous deux ont la même sensibilité mariale et c’est dans cet esprit qu’ils se sont engagés dans leur mission d’évangélisation. Mais le premier est missionné à l’extérieur (en Océanie) et le second est missionné à l’intérieur (en France) comme missionnaire apostolique. A travers ces deux saints Dieu nous montre comme nous sommes appelés les uns les autres à êtres missionnaires à travers la Vierge Marie. St Louis- Marie Grignion de Montfort nous engage à être missionnaires chez nous et St Pierre Chanel d’aller à l’extérieur.

 

St Pierre Chanel était quelqu’un de simple qui ne faisait pas de bruit, pas de grandes choses. Il était fidèle dans les petites choses. La messe, la communion, la prière étaient au centre de sa vie. Humble, il l’était par ses origines modestes mais aussi par son attachement à Marie (modèle d’humilité).

 

St Pierre Chanel a réussi sa mission en respectant complétement la culture et les traditions des habitants de Futuna. C’est un point essentiel qui retiendra l’attention du Père Pierre. Dieu ne s’impose pas et la religion catholique non plus. St Pierre Chanel a compris cette dimension de sa mission. Rien ne laissait transparaître l’impact que ce respect pourrait avoir sur les Wallisiens/Futuniens. Le Père Pierre dit avoir beaucoup mieux compris quel attachement ils avaient à leur culture et combien c’était important de le respecter, sans quoi ils décrocheraient de la foi chrétienne.

 

C’est très enthousiaste que le Père Pierre nous a raconté son pèlerinage en nous livrant les moments forts de visites qui l’ont particulièrement touché comme la chapelle de Poi qui abrite les reliques de St Pierre Chanel. Il nous a aussi beaucoup parlé de la ferveur de ce peuple.

 

Avec le Père Pierre nous avons voyagé en Océanie, en découvrant les coutumes, un peuple, des chrétiens d’ailleurs et nous avons trouvé un saint plus connu au bout du monde qu’il ne l’est dans son pays.

 

Les anecdotes n’ont pas manqué pour rendre ce récit tout à fait intéressant.

 

Le Père Pierre nous dit que ce pèlerinage l’a renforcé dans son attachement à Marie. La devise de Saint Pierre Chanel « aimer Marie et la faire aimer » prend tout son sens à l’issue de ce voyage…

 

Suite à cette conférence nous avons pu poser quelques questions au Père Pierre. Nous avons aussi compris combien il avait à cœur de faire connaître St Pierre Chanel et faire du sanctuaire de Cuet un lieu d’accueil pour les pèlerins.

 

Marie-Claude CHANEL

Secrétaire des Equipes du Rosaire

 

équipe du Rosaire