Paroisse Oyonnax

Saint Léger, patron d’Oyonnax

 

Saint_Léger_et_Childéric_II

 

Saint Léger, patron d’Oyonnax et des meuniers, est fêté le 2 octobre. On l’invoque pour les maladies des yeux.

 

Evêque d’Autun, mort martyr au VIIe siècle. Fils d’un grand seigneur, Léger avait reçu son éducation de son oncle Dido, évêque de Poitiers. Régente du royaume et veuve, la reine Bathilde fit de Léger son conseiller. En 663, elle le nomma évêque d’Autun. Ses malheurs lui vinrent de ce qu’étant incorruptible, il crut devoir contrecarrer la politique et l’ambition d’Ebroïn, maire du palais de Neustrie. Après de nombreux complots, ce dernier put assouvir sa vengeance. En août 676, en effet, il fit assiéger Autun où Léger s’était retranché. L’évêque se rendit pour éviter à son troupeau les horreurs de la faim. Après lui avoir fait arracher la langue et brûler les yeux, Ebroïn l’enferma dans un couvent de religieuses à Fécamp, près d’Arras. Il réunit ensuite un synode où le malheureux Léger fut déclaré “ prêtre indigne ” et condamné à mort. On le décapita dans une forêt. Quelques mois plus tard, Ebroïn lui-même ayant été assassiné, un autre synode décerna à Léger la couronne de martyr.

 

Légende de Saint Léger à Oyonnax

 

Tout commence ou presque avec un accident de voiture… hippomobile. Celui qui arriva, en 639, à un notable de passage, le seigneur Léger, bien vite aidé par les habitants du cru. Ensuite devenu évêque d’Autun, avant de finir martyrisé, décapité et finalement canonisé dès 681, Saint Léger reconnaissant, octroie à Oyonnax le monopole de la fabrication des peignes en buis dont se servent alors les guerriers francs, volontiers chevelus. (Progrès Lyon 16/03/14)

 

 

 

 

 

Saint-Léger