Paroisse Coligny

Bénédiction des semailles à Salavre

« Laboureurs et paysans, , devant Dieu, courbons nos fronts !

C’est Lui dont la main nous donne les fruits que mûrit l’automne,

les fruits qui nous cueillerons, laboureurs et paysans. » 

 

Coligny semailles 2016

 

C’est avec ce cantique  qu’a débuté la bénédiction des semailles, dans la paroisse de Salavre, ce dimanche 25 septembre.  Dans l’ancien calendrier liturgique , nous trouvons en effet l’office des Quatre-Temps,  lors du passage d’une saison à une autre. Il s’agit de  prières particulières, semblables à celles qui se font lors des rogations,   pour demander l’alternance heureuse des saisons afin que  le soleil et  la pluie, ajoutés   au travail des hommes, fertilisent la terre et produisent la nourriture nécessaire à la survie de l’humanité.

 

Coligny semailles 2016.2

 

Chaque année, au début de l’automne, l’association des amis du cheval comtois de Salavre organise la fête des semailles à l’ancienne avec chevaux et boeufs au cours de laquelle le curé bénit les bêtes de trait qui ont tracé les sillons ainsi que les hommes qui ensemencent la terre.

 

Coligny Boeufs 2

 

« Dieu Créateur et donateur de tout bien, vous avez donné les animaux à l’homme pour subvenir à ses besoins et pour le soulager dans les travaux des champs. Nous vous en supplions, apprenez-nous à faire servir pour notre bien ces êtes vivants qui contribuent à notre condition humaine. Dieu qui , dans votre Providence dès le commencement du monde avait prescrit à la terre de produire l’herbe et des fruits de toute sorte, vous qui avez donné au semeur la semence  pour la nourriture, nous vous en prions, permettez que cette terre, enrichie par votre largesse et cultivée par le travail des hommes, produise du fruit en abondance pour que votre peuple se réjouisse des biens que vous lui accordez et qu’il vous rende grâces ici et dans l’éternité. »

 

Coligny  Boeufs 1

 

Les nombreux assistants à cette célébration ont joint leur voix à celle du prêtre pour chanter « Bénis le labeur des paysans de France, Maître des moissons. Fais que leur effort assure à tous nos frères le pain quotidien. Et s’il vient un jour à manquer en France, souviens-toi , de ce jour où pour une foule immense, tu le multiplias. »