Paroisse Coligny

L’église Saint-Martin de Coligny

Coligny

 

Le Messager du dimanche du 4 septembre 1886 : « Chronique diocésaine »

 

Consécration  de l’Eglise de Coligny  le 29 août 1886

 

« Le samedi 28 août 1886 à 8 heures du soir, les cinq cloches sonnaient à toute volée et de joyeuses détonations retentissaient dans les montagnes. Toutes les maisons sont décorées, et la population, en habit de fête , se dirige vers l’entrée de la ville. En descendant de voiture, Monseigneur Soubiranne, revêtu des habits pontificaux et entouré des RR.PP. Dom Louis de Gonzague et de Dom Benoît avec crosse et mitre, reçoit les souhaits de bienvenue de M. Le Maire ayant à ses côtés le Conseil Municipal et le Conseil de fabrique.

 

A la suite du clergé viennent le R.P. Prieur de Sélignac ; le R.P. Dom Benoît, assisté du R.P. Prieur de Reichenburg et de M. le Curé de Terrenoire ; Dom Louis de Gonzague, assisté de M. le Chanoine Costaz et de M. l’abbé Lançon, enfant de Coligny ; enfin Monseigneur l’Evêque de Belley, assisté du R.P. Charmetant, directeur général des Ecoles d’Orient et de M. le chanoine Faralicq. Trois bannières, l’une aux armes de la Chartreuse, l’autre aux armes du monastère de N.D. des Dombes, la troisième aux armes de Monseigneur, dominent le groupe.

 

A l’église, brillamment illuminée et gracieusement décorée d’oriflammes, M. le curé de Coligny, l’abbé Beroud, remercia en termes émus et délicats son Evêque et les Prélats. Monseigneur, dans sa réponse, eut l’aimable attention de n’oublier personne, tout le monde eut son mot d’éloge, du reste, bien mérité.

 

St Martin Coligny Une

 

Le dimanche 29 août, à 8 heures, eut lieu la consécration de l’église. Celle-ci compte parmi les plus belles du diocèse : sa chaire est un morceau de sculpture remarquable, sa table de communion, ses autels, son chemin de croix, ses confessionnaux s’harmonisent parfaitement avec l’architecture de l’édifice. L’abbé Balluffin, de regrettée mémoire, avec son sens artistique fin et délicat ne voulait rien de médiocre dans son église ; sa volonté a eu son plein effet. Après la cérémonie, la Messe fut célébré par Dom Benoît. A l’évangile, discours de Monseigneur qui commenta en termes élevés ce texte : « Vous êtes un sacerdoce royal, un peuple de saints, une race choisie ». Au cours de l’office , chants magistralement exécutés. A l’issue de la messe, sur le perron de l’église, foule d’enfants que les prélats bénissent avec affection.

 

L’après-dîner, aux Vêpres, après le magnificat, le R.P. Charmetant, plaida chaleureusement la cause des Ecoles d’Orient. L’Orient, berceau de notre foi, pays de Notre-Seigneur, ne saurait être abandonné par les catholiques ! L’excellente paroisse de Coligny a  compris cela et elle a donné un nouveau témoignage de son intelligence et de son zèle en s’enrôlant parmi les associés de cette belle œuvre. L’orateur ne pouvait manquer de rappeler ce que Monseigneur Soubiranne, ancien Directeur général, avait fait autrefois : près de 5 millions trouvés en 10 ans.

 

Le soir il y eut illumination générale dans la ville et feu d’artifice au monument de la Sainte Vierge. Un cantique , chanté avec entrain a fini la journée.

 

Coligny

Le monument à la Sainte Vierge à Coligny

 

Le lundi, Monseigneur a béni les premières assises d’une maison destinée aux réunions des jeunes gens de Coligny. Ceux-ci dans la soirée, ont donné une excellente représentation.

 

Les habitants de Coligny se rappelleront longtemps  cette fête ; il en conserveront le souvenir, les salutaires impressions , et il viendront souvent prier dans cette église qui doit leur être doublement chère maintenant que l’huile sainte a coulé sur ses murs. »

 

St Martin Coligny