Paroisse Bellegarde

Homélie dimanche 17 avril: Dimanche de prière pour les vocations, des vocations qui témoignent combien il est bienfaisant de se retrouver dans la main de Dieu !

 Quand j’étais encore enfant, je me rappelle que mes frères qui étaient plus âgés que moi, avaient un copain qu’on appelait le grand Piguy. Piguy, c’était son nom de famille et on l’appelait le grand Piguy car il mesurait plus de deux mètres, il était venu pour quelques mois travailler dans un chantier à proximité de mon village. A l’époque, les voitures étaient moins spacieuses qu’aujourd’hui, je me rappelle que mon frère qui avait une dauphine était obligé d’enlever le siège avant quand il voulait le conduire quelque part ! Moi, quand je regardais ce géant, ce qui m’impressionnait le plus, c’était ses mains ; et je me disais toujours : celui qui ramasse une claque donnée par ce géant, il est mort ! D’ailleurs, à cette époque, ma mère utilisait souvent cette menace pour nous aider à rester tranquilles, quand on dépassait les bornes, elle nous menaçait d’appeler le grand Piguy, en principe, c’était assez efficace !

 

         A lire l’Évangile d’aujourd’hui, il semblerait bien que dans la famille de Dieu, le Père et le Fils aient, eux aussi, des mains de géants. Jésus dit, en effet : « Personne ne pourra arracher de ma main mes brebis. Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tout, et personne ne peut les arracher de la main du Père. » Tous, nous sommes dans la main de Jésus, comme nous sommes dans la main du Père. Il faut des sacrées mains pour contenir l’humanité entière ! Et, ces mains sont tellement fortes, que lorsqu’on est dedans, on ne risque plus rien : personne ne pourra nous en faire sortir. Mais vous aurez remarqué que ces mains, si impressionnantes, elles n’ont qu’une fonction : rassembler et protéger. Devant les mains du Seigneur, nous ne devons pas avoir la réaction que j’avais devant les mains du grand Piguy ! Nous ne devons pas dire : avec des mains comme ça, celui qui ramasse une claque, il est mort ; non, nous devons dire plutôt : avec des mains comme ça, celui qui se trouve protégé, il ne risque plus rien. Et voilà en quoi Jésus est un bon berger : ses mains ne servent jamais à corriger, elles ne servent qu’à protéger.

 

         C’est sûrement dommage que, dans le passé, on ait trop souvent donné l’image d’un Dieu qui faisait peur. Attention, Dieu voit tout, il va te punir. Bien des gens ont encore en tête cette idée d’un Dieu surveillant qui nous espionne pour mieux nous coincer et nous corriger. Evidemment, tout cela, ce n’est pas l’Évangile. On comprend que ceux qui ont eu une telle éducation chrétienne se soient éloignés de la Foi. J’espère de tout cœur qu’il y aura beaucoup de monde qui viendra participer au parcours alpha pour découvrir un autre visage de Dieu et surtout pour faire l’expérience que, lorsque la main de Dieu se pose sur nous, notre vie est complètement transformée. Oh ça ne signifie pas que nous ne connaitrons plus de problèmes. Ceux qui sont chrétiens ou qui le redeviennent vraiment ne sont pas épargnés par les difficultés de la vie, mais ils sont dans la main de Dieu et ça change tout. Toutes les personnes qui ont été gravement malades vous le diront : quand quelqu’un vous tient la main et ne la lâche plus, l’épreuve n’est pas supprimée, mais elle peut être vécue dans la confiance.

         Actuellement, il y a sûrement de plus en plus de gens qui vont mal parce qu’ils sont accablés de problèmes et que ces problèmes, ils ont l’impression de devoir les porter seuls. Si nous les chrétiens, nous ne témoignons pas qu’être dans la main de Dieu ça change tout, on peut dire qu’il y a non-assistance à personne en danger. Et s’il y en a qui n’ont pas encore fait cette expérience, qu’ils viennent à Alpha ! 

 

         En tout cas, aujourd’hui, dans l’Église, c’est le dimanche qu’on appelle dimanche du bon berger, dimanche de prière pour les vocations. Nous sommes donc invités à prier pour que des hommes et des femmes entendent l’appel du Seigneur et acceptent de tout quitter pour témoigner qu’être dans la main de Dieu, c’est tellement bienfaisant. Je crois que c’est le premier témoignage que doivent donner ceux qui s’engagent dans la vie consacrée ou dans le ministère ordonné. En nous voyant, il faut vraiment que les gens perçoivent qu’il fait bon vivre dans la main de Dieu. Et c’est sans doute pour cela qu’il y a tant de gens qui fréquentent les monastères ou qui font appel à nous quand ils ont des difficultés. Ils savent bien que nous ne pourrons pas apporter une solution magique à tous leurs problèmes, mais, finalement, ils viennent nous demander de les aider à se mettre dans la main de Dieu. 

 

         Oui, prions pour les vocations et prions surtout pour que tous ceux qui ont répondu à l’appel du Seigneur soient ces témoins qui restent dans la main de Dieu. Ce qui fait l’originalité d’une vocation sacerdotale et religieuse, ce n’est pas de se dévouer au service des autres, il y a beaucoup de gens qui ne sont ni prêtres ni religieux et qui se dévouent au service des autres. Ce qui fait l’originalité d’une vocation, c’est précisément cette attitude fondamentale : j’ai choisi de me tenir pour toute ma vie dans la main de Dieu. Et c’est aussi ce qui explique pourquoi nous avons renoncé à tenir une autre main humaine dans le mariage. Notre choix radical est là pour attester que celui ou celle qui se tient dans la main de Dieu ne manque de rien. Finalement, notre choix radical n’a d’autre but que d’inviter tous les hommes à la confiance : s’il peut vivre épanoui, heureux dans la main de Dieu, je devrais peut-être m’y tenir plus souvent !

 

         Bien sûr, vivre dans la main de Dieu ne nous fera pas vivre dans un cocon. On ne peut être dans la main de Dieu et ignorer toutes ces mains qui se tendent et qui demandent précisément un coup de main. Notre pape François nous donne, à ce sujet-là, un merveilleux témoignage et ce qu’il a vécu hier au milieu des réfugiés en est une brillante illustration. Mais il faut que nous restions convaincus que ce ne sont pas nos mains qui seront bienfaisantes, mais la main de Dieu et que notre vocation fondamentale, c’est de le faire découvrir. Notre monde a vraiment besoin de ces vocations, prions pour que ceux qui entendent cet appel ne se dérobent pas.

jesus-the-good-shepherd2