Paroisse Viriat

Renouveler notre vieil homme

 Les textes de ce cinquième dimanche de carême, convie chacun de nous à un ressourcement en vue de renouveler notre Vieil homme. 

 

Comme nous l’avons constaté à travers la première lecture, le Seigneur invite son peuple à « ne plus  regarder, ni songer au passé». Ce passage du livre de la consolation d’Israël, ainsi que le psaume 126, qui est un cantique de retour, chanté par les pèlerins sur la route de    Jérusalem, sont des textes qui éclairent le peuple et que l’on situe à la fin de l’exil. Ils symbolisent la confiance et la progression du peuple dans son attachement à Dieu.

 

Ainsi, Paul qui a tout quitté et mis toute sa confiance en Dieu, se donne lui-même en exemple,  pour que le peuple lui même avance sur le     chemin du Seigneur. C’est ce même témoignage que nous montre Jésus Christ dans son Evangile. Il n’est pas celui, qui vient juger ou      condamner. Mais celui qui vient partager la vie avec l’homme,  pour l’édifier, le relever, comme il relève la femme adultère et lui redonne confiance, en Dieu de miséricorde, pour un autre départ. 

 

Que la méditation de la Parole de Dieu, de ce dimanche de carême, nous relève tous, de nos enfermements, nos aveuglements et de nos clichés vis-à-vis des autres, afin qu’avec le CCFD – Terre Solidaire, nous nous ouvrons tous aux périphéries, pour le partage et la solidarité.

 

Je profite une fois de plus, de ce feuillet, pour exprimer toute ma gratitude à tous: enfants, jeunes et  adultes de notre communauté paroissiale, pour votre assistance quotidienne, pendant toutes les semaines passées au lit dans la grande douleur à la cure de Viriat. En aucun instant, je ne me suis senti, dans la solitude. Cette réalité qui m’a interpellé, est une confirmation que « l’église est vraie famille ».

 

Merci. Dieu soit loué.