Paroisse Montrevel-en-Bresse

Préparons-nous au pardon mutuel

Afin d’entrer plus avant dans la méditation de l’évangile de ce dimanche, mettons-nous à l’école des Pères de l’Église.

 

SERMON DE SAINT LÉON LE GRAND SUR LA PASSION
Préparons-nous au pardon mutuel

 

Le seigneur a dit : Je ne suis pas venu appeler les justes mais les pécheurs. Il n’est donc pas permis à aucun chrétien de haïr qui que ce soit : personne ne peut être sauvé si ce n’est dans le pardon des péchés et, ceux que la sagesse du monde méprise, nous ne savons pas à quel point la grâce de l’Esprit peut leur donner du prix. Que le peuple de Dieu soit saint et qu’il soit bon : saint pour se détourner de ce qui est défendu, bon pour agir selon les commandements. Bien qu’il soit grand d’avoir une foi droite et une saine doctrine, et que soient digne de louange la sobriété, la douceur et la pureté, toutes ces vertus demeurent pourtant vaines sans la charité. Et on ne peut pas dire qu’une conduite excellente soit féconde si elle n’est pas engendrée par l’amour. 

 

Que les croyants fassent donc la critique de leur propre état d’esprit et qu’ils examinent attentivement les sentiments intimes de leur cœur. S’ils trouvent au fond de leur conscience quelque fruit de la charité, qu’ils ne doutent pas que Dieu est en eux. Et pour devenir de plus en plus capables d’accueillir un hôte si grand, qu’ils persévèrent et grandissent dans la miséricorde par des actes. Si en effet l’amour est Dieu, la charité ne doit connaître nulle borne, car aucune limite ne peut enfermer la divinité.

 

Pour traduire en actes ce bien de la charité, mes frères, il est vrai que tous les temps sont bons ; et pourtant, les jours que nous vivons nous y exhortent particulièrement. Ceux qui désirent accueillir la Pâque du Seigneur avec la sainteté de l’esprit et du corps doivent s’efforcer avant tout d’acquérir cette grâce que contient la somme des vertus et couvre une multitude de péchés.

 

Sur le point donc de célébrer le plus grand de tous les mystères, celui où le sang de Jésus Christ a effacé nos iniquités, préparons tout d’abord le sacrifice de la miséricorde. Ce que la bonté de Dieu nous a donné, nous le rendrons ainsi à ceux qui nous ont offensés. Que les injures soient jetées dans l’oubli, que les fautes ignorent désormais la torture et que toutes les offenses soient libérées de la peur de la vengeance ! Que chacun sache bien que lui-même est pécheur et, pour recevoir le pardon, qu’il se réjouisse d’avoir trouvé à qui pardonner. Ainsi lorsque nous dirons, selon l’enseignement du Seigneur : Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés, nous ne douterons pas, en formulant notre prière, d’obtenir le pardon de Dieu.

 

***

 

Qui est saint Léon le Grand, 45ème Pape de 440 à 461 ( 461) ? Écoutons le pape Benoît XVI, le 5 mars 2008:

 

Élu en 440, son pontificat dura plus de vingt ans, dans un temps troublé. « Les invasions barbares, l’affaiblissement de l’autorité impériale en occident, une forte crise sociale poussèrent l’Évêque de Rome à jouer un rôle notable jusque dans les affaires politiques ». Ainsi en 452 Léon rencontra Attila à Mantoue dans l’espoir de dissuader les Huns de poursuivre leurs opérations dans le nord de l’Italie. Trois ans plus tard il traita avec Genséric qui s’était emparé de Rome afin que soient épargnées du pillage les basiliques du Latran et du Vatican, ainsi que St.Paul hors les murs, dans lesquelles la population avait trouvé refuge.

 

A travers ses nombreuses homélies et lettres, Léon I démontre « sa grandeur dans le service à la vérité et à la charité, dans l’exercice assidu du langage, théologique et pastoral à la fois… Toujours attentif aux fidèles et au peuple de Rome, il avait aussi le souci de la communion entre les Églises locales, ce pourquoi il fut l’infatigable promoteur de la primauté romaine ». Sous son pontificat se tint le Concile de Chalcédoine, le plus important de tous les précédents puisqu’il « affirma l’union en la personne du Christ des natures humaine et divine, sans confusion ni séparation ».

 

Ce Pape, a souligné Benoît XVI, évalua de manière aigüe la responsabilité du successeur de Pierre, dont la mission est unique dans l’Église car « seul cet apôtre a reçu ce qui a été annoncé aux autres. Tant en orient qu’en occident », saint Léon a su exercer cette responsabilité en intervenant ici ou là mais toujours avec prudence, fermeté et lucidité, que ce soit par écrit ou par le biais de ses envoyés. Il démontra combien l’exercice de la primauté romaine était, comme elle l’est aujourd’hui, pour servir efficacement la communion qui caractérise l’unique Église du Christ ».

 

« Conscient du caractère transitoire de la période dans laquelle il vivait -a précisé le Saint-Père-, d’une période de crise entre la Rome païenne et la Rome chrétienne, Léon le grand sut rester proche des gens, du peuple et des fidèles par son action pastorale et sa prédication. Il liait la liturgie à la vie quotidienne des chrétiens », démontrant que la « liturgie chrétienne n’est pas l’évocation du passé mais l’actualisation de réalités invisibles en action dans la vie de chacun de nous ».