Paroisse Pont-de-Veyle

Opération « Vérité » !

 

Cette année sainte de la Miséricorde nous offre l’occasion de nombreuses réflexions sur ce thème. A travers bien des commentaires et des méditations, nous approfondissons et nous redécouvrons le visage de notre Dieu « lent à la colère et plein d’amour ». Ici et là, dans nos manuels de prières, nos missels, nos revues catholiques, les textes et les articles divers, nous pouvons lire tel ou tel enseignement, souligner tel ou tel trait de la Miséricorde.

 

Pour autant, si nous lisons et entendons de belles et vraies choses, nous décelons aussi des éléments qui ne sont pas très justes ! Par exemple : Parce que Dieu est miséricordieux, Il est prêt à tout accepter, à tout pardonner ! Le péché n’est pas si grave « ça peut arriver à tout le monde » ! Ainsi est banalisé le péché et ses conséquences pour Dieu et pour nous-mêmes. Nos confessionnaux ont été désertés et une certaine génération a définitivement boudé le sacrement de la réconciliation.

 

Mais, Dieu soit béni, nous retrouvons aujourd’hui la raison par la mise en lumière des textes magnifiques que nous ont donnés les Papes Jean-Paul II et Benoît XVI. Et par la célébration du Jubilé de la Miséricorde que nous donne notre Pape François.

 

Le temps du Carême que nous vivons en ce moment est un moment fort de cette année sainte. Comment ne pas se réjouir – pour ne parler que de notre paroisse – que beaucoup d’entre nous se soient approchés du Sacrement du Pardon ces derniers jours et que, toi qui lis ces quelques lignes, tu t’en approcheras dans les plus brefs délais !!

 

Oui, on peut parler d’ « opération-vérité » dans le Sacrement de la Réconciliation ! L’image de la femme adultère que nous offre l’Evangile du 5ème dimanche de Carême est significative. Jésus ne relève pas cette femme en minimisant son péché. L’adultère est un péché grave, une rupture d’alliance. Dans la Bible même, l’adultère est reconnu comme une idolâtrie, le péché par excellence. Bref, le Seigneur ne va certainement pas passer sous silence la gravité de cet acte. Avec force et douceur – avec miséricorde – Il relève cette femme car Dieu aime le pécheur et l’invite à retrouver sa dignité : « Va, et désormais ne pèche plus ! ». Jésus invite cette femme à sortir définitivement de son péché et ne plus y retourner. Il invite à prendre de la hauteur, prendre le chemin qui mène au bonheur et non à s’engluer dans le péché. Voilà la vraie miséricorde !

 

Dans sa bulle d’indiction présentant l’année sainte de la Miséricorde, le Souverain Pontife nous convie, d’une part, à recevoir pour nous-mêmes la miséricorde ; avoir le courage de mettre en lumière dans nos propres vies les zones d’ombres et de ténèbres ; d’avoir le courage de dénoncer notre propre péché et la gravité de celui-ci. Et d’autre part, le Saint Père nous demande de « conseiller ceux qui sont dans le doute, enseigner les ignorants, avertir les pécheurs ». Le Pape va très loin en nous demandant de faire œuvre de miséricorde en allant interpeller ceux dont nous savons que certains comportements ont blessé des personnes. Le successeur de Pierre nous demande aussi de nous tourner vers ceux qui portent des blessures personnelles liées à leur propre action : séparation, exploitation, corruption, avortement… Le Pape François invite ses personnes à la parfaite contrition « qu’ils regrettent ! » dit-il ! Et il poursuit : « Mon appel à la conversion s’adresse avec plus d’insistance à ceux qui se trouvent éloignés de la grâce de Dieu en raison de leur conduite de vie… Je vous demande de changer de vie. Je vous le demande au nom du Fils de Dieu qui, combattant le péché, n’a jamais rejeté aucun pécheur » (Bulle d’indiction n°6).                                 

 

Puissent les derniers jours du Carême que nous vivons nous permettre d’oser nous regarder en vérité et de faire la lumière sur notre propre vie. Ce Carême et les Fêtes Pascales 2016 peuvent être décisives dans notre vie… si nous consentons à laisser Dieu faire son œuvre en nous ! Nous n’avons qu’un mot à dire, nous n’avons qu’une chose à faire : recourir au Sacrement de la Réconciliation.          

 

Belle montée vers Pâques !                                           

 

Votre Curé, Père Olivier BARNAY +