« Vers Toi je viens Jésus Christ ma Lumière »

St Luc 9, 28—36

 

timthumb

 

L’Evangile nous montre Jésus qui se retire sur la montagne pour prier. Saint Luc nous le présente comme l’homme de la prière. Nous en avons de nombreux témoignages dans son Evangile. Le dialogue avec son Père est permanent et naturel. Pendant que Jésus est en prière sur la montagne, son visage apparaît tout autre ; ses vêtements deviennent d’une blancheur éclatante : c’est la couleur de la gloire, la couleur de la résurrection.

 

Jésus n’est pas seul : deux hommes s’entretiennent avec lui, eux aussi dans la gloire : Moïse et Elie qui représentaient la loi et les prophètes. Ils parlent de son « Exode » comme dit Saint Luc, qui va se réaliser à Jérusalem. C’est une allusion à la passion de Jésus qui aura lieu à Jérusalem. Les trois disciples sont saisis d’effroi par cette vision extraordinaire. Ils n’ont plus qu’une envie, c’est de demeurer là : « il est heureux que nous soyons ici : dressons trois tentes ».

 

C’est alors que survient la nuée, signe de la présence de Dieu ; la voix du Père se fait entendre : « Celui-ci est mon Fils, celui que j’ai choisi : écoutez-le. » Après avoir parlé de multiples manières, par la loi et les prophètes, c’est en lui, Son Fils « que Dieu parle aux hommes et se révèle à eux ». La parole de l’Ancien Testament s’efface, elle s’accomplit en Jésus. La nuée, signe de la présence de Dieu, peut elle-même se retirer. Le signe de la présence de Dieu c’est désormais son Fils Jésus. Celui qui le voit, voit le Père.

Cet Evangile ainsi que les deux premières lectures nous adressent un message très important : nous y trouvons une invitation à renouveler notre engagement à nous laisser conduire par la Parole de Jésus, à le suivre en toute chose, à laisser toute notre vie s’illuminer de la clarté de Pâques.

 

En ce deuxième dimanche du Carême, nous contemplons Jésus transfiguré. Mais ce qui est merveilleux, c’est que cet événement nous fait entrevoir la beauté de notre vocation et de notre destinée. En Jésus, nous sommes devenus des fils et des filles du Père. Au jour de notre baptême, nous sommes entrés dans une vie nouvelle, celle de la résurrection. Pour le moment, elle n’apparaît pas clairement ; mais un jour, elle nous sera donnée en plénitude.

 

Quelle que soit notre situation, le même conseil vaut pour tous : « Celui-ci est mon Fils, celui que j’ai choisi. Ecoutez-le. » C’est la condition requise pour notre transfiguration.

 

Nous te prions Seigneur : que ta parole vienne illuminer nos vies. Qu’elle nous donne de revenir à Toi de tout notre cœur. Révèle à chacun cette promesse de bonheur et de vie que tu nous proposes.

Amen !       

 Père Ishaq BARKAT