Paroisse Pont-de-Veyle

Avance au large !

« Allons de l’avant dans l’Espérance !… Le Fils de Dieu accomplit son œuvre encore aujourd’hui : nous devons avoir un regard pénétrant pour la voir, et surtout nous devons avoir le cœur large pour en devenir nous-mêmes les artisans. ».

 

Ces paroles sont de St Jean-Paul II et elles ont été prononcées à la conclusion de la Lettre apostolique « Novo millennio ineunte – au début du nouveau millénaire » datée du 6 janvier 2001. Nous pouvons les reprendre à notre compte pour 3 raisons :

 

D’une part, ces paroles s’adressent à chacun de nous,  au cœur de l’Année Sainte de la Miséricorde Divine que nous vivons. Nous sommes les dépositaires de la Foi que nous avons reçue au jour de notre Baptême. Nous avons le devoir de rendre compte de notre Foi et de l’Espérance qui est en nous. « Avance au large et jetez les filets » nous dit Jésus dans l’Evangile de ce dimanche : Plongeons au cœur de l’humanité, rejoignons les hommes et les femmes de notre temps pour leur annoncer la Bonne Nouvelle du Salut. Il y a quelques jours encore, j’ai eu l’occasion d’un entretien avec une personne qui venait me trouver pour préparer une célébration. Cette rencontre personnelle a été, une fois encore, l’occasion de voir comment petit à petit Dieu a été mis à la porte de nos vies. La conséquence est alors dramatique : aucune espérance, aucune joie.

 

On tombe dans le relativisme… à quoi bon vivre ? « Jetez les filets » nous dit Jésus afin de prendre non pas du poisson mais afin de « gagner de nombreuses âmes au Bon Dieu » comme dirait le St Curé d’Ars. Notre humanité a soif de Dieu, elle est en quête d’Espérance, elle veut goûter à la suavité du Cœur brûlant d’Amour de Jésus. «Viendra un temps où les hommes seront si fatigués des hommes qu’on ne pourra plus leur parler de Dieu sans qu’ils se mettent à pleurer » disait aussi St Jean-Marie Vianney. Il me semble que nous sommes arrivés à ce temps !

 

D’autre part, ces paroles s’adressent aux jeunes fiancés que nous accueillons ce dimanche et qui entament, aujourd’hui, le chemin de la préparation à leur mariage. Chers jeunes couples, le Saint Pape Jean-Paul II vous invite à avoir « un regard pénétrant » pour voir l’œuvre de Jésus aujourd’hui. Ne nous le cachons pas : la route que vous empruntez est un parcours difficile et exigeant ! Le sacrement du mariage que vous vous apprêtez à vous donner, nécessite que vous preniez le temps de poser des fondations solides pour construire votre couple, votre foyer, votre famille. « Voir l’œuvre de Jésus » demande que vous ouvriez tout grand votre cœur à l’action de Dieu ! Chers jeunes, n’ayez pas peur de placer le Christ au cœur de votre relation amoureuse ! Avancez au large et jetez les filets de la confiance ! Puisez dans le Cœur aimant du Christ tout ce dont vous avez besoin pour être demain un couple solidement enraciné dans l’amour. Le chemin qui s’ouvre devant vous est un chemin de bonheur ! Ne prêtez pas attention aux sirènes du monde qui veulent vous faire croire que le mariage tel que Dieu l’a voulu est désuet ! Au contraire, nous avons, plus que jamais besoin de votre témoignage ! Votre engagement d’aujourd’hui est un signe prophétique pour les jeunes qui vous regardent !

 

Enfin, ces paroles nous rejoignent alors que le 10 Février nous entrerons dans le Saint Temps du Carême. « Allons de l’avant dans l’espérance ! » dit Jean-Paul II. « Avance au large » nous dit le Seigneur. Là encore, nous ne le cachons pas, nous voyons arriver le temps du Carême avec une certaine appréhension ! Et oui, il est difficile de consentir à se laisser convertir par Dieu ! Il est difficile de permettre à Dieu de toucher nos vies afin qu’Il les transforme… nous tenons tellement à la petite routine que nous avons installée dans nos vies personnelles. Et pourtant, nous savons que Dieu aime faire du nouveau ! « Renouvelle et raffermis au fond de moi un esprit ferme » chante le Psaume 50… et si ce verset était le fil rouge de ce Carême 2016, le Carême de l’année de la Miséricorde ? Pour vivre un bon Carême, il faut prendre un bon départ ! Saisissons ce temps des 40 jours avant Pâques comme une période de pure grâce accordée par le Seigneur, un temps où nous allons enfin pouvoir replacer le curseur de nos vies à sa juste place et mettre Dieu au centre et allumer au plus profond de nous l’Espérance qui nous habite. Quel processus mettrons-nous en place pour le temps du Carême ? Nous avons encore quelques heures pour y réfléchir !

 

                                                                                              Votre Curé, Père Olivier BARNAY +