Paroisse Pont-de-Veyle

Parole vivante !

 

Les lecteurs du journal La Voix de l’Ain sont habitués à ce petit encart chaque semaine dans lequel est commenté l’Evangile du dimanche suivant. Parole vivante, la Parole de Dieu l’est vraiment : « vivante et efficace, plus tranchante qu’un glaive à deux tranchants » dit le psalmiste. Dans l’Evangile de ce dimanche, Jésus nous montre la vitalité de cette Parole : « Cette parole de l’Ecriture que vous venez d’entendre, c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit ». Le Concile Vatican II dira dans sa constitution sur la Divine Liturgie : « Pour l’accomplissement d’une si grande œuvre, le Christ est toujours là auprès de son Eglise, surtout dans les actions liturgiques… Il est là, présent dans sa parole, car c’est lui qui parle tandis qu’on lit dans l’Eglise les Saintes Ecritures ».

 

Qu’il me soit permis de souligner, alors, deux conséquences de l’actualité de la Parole de Dieu. Tout d’abord, puisque c’est Dieu « qui parle tandis qu’on lit dans l’Eglise les Saintes Ecritures » cela implique que nous mettions tout notre cœur et tout notre soin à la proclamation de la Parole de Dieu dans nos liturgies Dominicales. J’en profite ici pour remercier tous ceux qui préparent les Messes du dimanche par le choix des chants, la rédaction de la prière universelle, la proclamation des différentes lectures. Cependant, j’attire encore votre attention sur le fait que l’on ne s’improvise pas lecteur à la Messe. On ne choisit pas quelqu’un « pour faire plaisir ».

 

Tous n’ont pas le charisme de lire et de lire à haute voix en public. Il est indispensable que la Parole de Dieu soit proclamée dignement et d’une manière audible par tous.  Je demande à toutes les équipes liturgiques de veiller à choisir, pour la proclamation de la Parole de Dieu, des personnes qui seront compréhensibles par tous ceux qui les entendront. On ne devrait pas choisir une personne cinq minutes avant le début de la Messe : il est important que le lecteur ait lu la Parole, qu’il l’ait comprise, qu’il ait eu le temps de l’intérioriser. Suggestion : pourquoi ne pas demander aux personnes d’une semaine sur l’autre ? J’en profite pour rappeler que chaque lecture doit se terminer par «  Parole du Seigneur ». Des efforts et des progrès nombreux ont été faits… mais il faut poursuivre !!

 

La seconde conséquence concerne la prédication du Prêtre. Vous pouvez me dire : « là, on n’est pas concerné ! »… pas sûr ! D’abord, je profite de l’occasion pour vous remercier, d’une part de vos prières, d’autre part de vos encouragements pour les prédications que vous pouvez entendre. Toutefois, il peut arriver d’entendre des remarques sur des homélies de confrères et sur les miennes. De ces remarques peuvent jaillir le reproche de « confondre la méditation de la parole de Dieu et la harangue » : remarque étonnante quand on lit l’Evangile et donc la prédication même de Jésus. Combien de fois notre Seigneur a-t-il profité du temps de la prédication pour invectiver, par exemple, les pharisiens ou les habitants de Nazareth ? A la suite de Jésus, on peut penser aussi à ces homélies percutantes d’un St Curé d’Ars, de St Jean-Paul II et de tant d’autres. L’homélie, si elle est le lieu, bien sûr, de la méditation de la Parole doit être aussi le moment où, éclairée par la Parole de Dieu, nous retirons des conséquences concrètes et pratiques pour notre vie. La Sainte Ecriture n’est pas, pour parler comme Péguy, « une conserve de paroles à mariner dans l’huile rance ! ». N’en déplaise à ceux qui peuvent être agacés face à des prédications de feu, la Bible n’est pas un livre de sagesse exotique que l’on écoute « d’une oreille paléographique » ! Du reste, notre Foi Catholique n’est pas une religion du Livre mais le christianisme est la religion de la Parole de Dieu. Une « parole vivante et efficace, plus tranchante qu’un glaive ». Rendons donc hommage aux prédicateurs qui dérangent ! Et prions pour que le Seigneur les maintienne dans la force de l’Esprit Saint afin qu’ils proclament la Parole à temps et à contretemps. « Ce passage de l’Ecriture que vous venez d’entendre, c’est aujourd’hui qu’il s’accomplit » dit Jésus. Que nous puissions être attentifs à ce que Dieu nous dit à travers sa Parole ! Puissions-nous nous laisser bousculer, transformer, convertir par la Parole de Dieu écoutée et méditée dans le secret de nos cœurs et dans les temps communautaires que nous vivons tous ensemble ! Puissions-nous être familiers de la Sainte Ecriture ! Dans cette année de la miséricorde, découvrons à nouveau dans la Parole de Dieu comment Dieu veut combler nos vies de sa sainte présence.                   

 

Votre Curé, Père Olivier BARNAY +