Paroisse Montrevel-en-Bresse

Noël, Epiphanie, Baptême du Christ : l’infinie miséricorde de Dieu

Chers frères et sœurs,

 

Chaque année, il nous est donné de fêter Noël, l’Épiphanie, le Baptême du Seigneur. C’est toujours dans la joie que nous voyons arriver ces fêtes car elles nous révèlent cette merveille de l’amour miséricordieux du Seigneur puisque « Dieu a tant aimé le monde qu’il nous a donné son Fils ».

 

Ainsi, c’est toujours avec bonheur que nous vivons ce temps de préparation avec les quatre dimanches  de l’Avent qui nous conduisent peu à peu, au travers des grandes prophéties de la première alliance, vers la naissance du Messie.

 

C’est dans l’émerveillement que nous entendons le récit de la naissance de Jésus. Pauvres Marie et Joseph qui sont mis sur la route par une décision de recensement et qui, une fois arrivés à Bethléem, sont rejetés de partout et doivent se réfugié dans une étable où naît le Sauveur du monde.

 

C’est avec une certaine émotion que nous retrouvons les mages venus d’Orient déposer leurs présents auprès de Jésus : l’or puisque Jésus est Roi, l’encens  car Jésus est vraiment Dieu, la myrrhe qui nous annonce déjà sa mort et sa sépulture.

 

Et puis, voilà le baptême du Seigneur. Jésus descend ans le Jourdain où il rejoint toute l’humanité qui est appelée à la conversion. Ce qui nous conduit également à l’adoration, c’est de découvrir pour la première fois une manifestation de la Trinité Sainte : la voix du Père se fait entendre, le Fils est baptisé et l’Esprit Saint apparait sous la figure d’une colombe.

 

Oui, toutes ces fêtes nous révèlent nous introduisent avec bonheur dans l’infinie miséricorde de Dieu ! Il en sera de même avec la solennité pascale dans quelques mois !

 

Chaque année, la liturgie nous donne de les célébrer ces moments de la vie du Christ. Il ne s’agit pas d’un éternel recommencement mais d’un continuel approfondissement. Ce qui est essentiel pour notre vie humaine et chrétienne. Aussi, lorsque nous voyons arriver ces merveilleuses fêtes, sachons découvrir quelque chose de nouveau pour nous renouveler afin d’approfondir.

 

De fait, cela nous montre que nous ne pouvons rester figés dans ce que nous avons toujours vu et entendu, dans ce que nous avons toujours compris et annoncé, dans ce que nous avons toujours organisé et fait. Il y a toujours besoin d’évoluer, d’avancer, c’est cela la vie que nous ne pouvons vivre dans un balcon aseptisé et tranquille, mais qu’il nous faut prendre au sérieux et à bras le corps ! En fait, le danger qui nous guette est de rester dans l’immobilisme et ainsi peu à peu nous scléroser !

 

Le Pape le dit à sa manière dans l’exhortation apostolique Evangelii Gaudium : « La pastorale en terme missionnaire exige d’abandonner le confortable critère pastoral du ‘on a toujours fait ainsi’. J’invite chacun à être audacieux et créatif dans ce devoir de repenser les objectifs, les structures, le style et les méthodes évangélisatrices de leurs propres communautés. » (n° 33)

 

Cela est vrai pur chacun d’entre nous personnellement mais aussi pour l’ensemble de notre communauté paroissiale. Dernièrement, et tout particulièrement autour des fêtes de Noël, différents événements, ou même différentes réflexions ou réactions, ou encore différentes choses que j’ai pu entendre directement ou qui m’ont été rapportées, me donnent l’occasion d’approfondir ce que j’ai pu vous dire déjà au début de l’année dans les numéros 48, 49, 50 et 51 du « Lien Fraternel ». En présentant l’année pastorale qui s’ouvrait devant nous, j’y parlais de la réalité de la construction de notre paroisse de Montrevel – Attignat – S. Trivier.

 

Au début de cette nouvelle année civile, et après ces premiers mois de l’année pastorale, j’aimerais simplement réfléchir sur cette construction qui appelle une conversion de tous les instants.

 

C’est au Seigneur, par les mains de Marie et avec l’intercession saint Pierre Chanel, que je confie cette route de plusieurs semaines, qui s’ouvre devant nous.

 

Abbé Pierre Le Bourgeois