Paroisse Viriat

Jubilé de la miséricorde

Miséricorde

 

Dans sa Bulle d’indiction Misericordiae Vultus, le pape François a décrété cette année (2015–2016) année sainte de la Miséricorde.

 

Ce jubilé extraordinaire et qui commencera par l’ouverture de la porte sainte à Saint-Pierre de Rome, le 8 décembre (fête de l’Immaculée Conception), sera clôturé le 20 novembre 2016, en la solennité du Christ Roi de l’Univers. Dans le diocèse de  Belley-Ars, ce jubilé débutera dimanche 13 décembre, par l’ouverture solennelle de la porte sainte de la basilique d’Ars.

 

Qu’est-ce qu’on entend par « année sainte »? Quelle est son importance et d’où vient cette pratique? En répondant à ces questions, Mgr Pascal Roland dans sa lettre pastorale écrit: « Une année sainte ou jubilé est une année de grâce (Luc 4,18)qui célèbre les bienfaits de Dieu pour son peuple. C’est un temps privilégié destiné à mettre en valeur l’indulgence de Dieu et son amour viscéral pour chacune de ses créatures humaines. A la racine de cette pratique, on trouve le jubilé Juif, prescrit tous les 50 ans, par les commandements du Lévitique (Lév25, 8 à 55). Cette année-là, les Juifs célébraient leur libération de l’exil de Babylone, par la remise des dettes et l’affranchissement des esclaves. Pour les chrétiens, l’année sainte ou Jubilé revient tous les 25 ou 50 ans, pour célébrer d ‘une manière spéciale, la victoire du Christ sur le mal et la mort. Il peut aussi y avoir des jubilés extraordinaires. C’est le cas de celui-ci. Il s’agit d’un jubilé thématique. Il appuie sa force sur le contenu central de la foi, en se proposant d’appeler de nouveau l’Eglise à sa mission prioritaire, celle d’être le signe et le   témoin de la Miséricorde Divine, en tous les aspects de sa vie et de son apostolat. »  

 

 

Pour comprendre tout le sens de ce Jubilé, le pape François écrit : « Il y a des moments où nous sommes appelés de façon plus pressante, à fixer notre regard sur la Miséricorde, afin de devenir nous-aussi, signes efficaces de l’agir du Père. C’est la raison pour laquelle, j’ai voulu ce Jubilé extraordinaire de la Miséricorde, comme un  temps favorable pour   l’Eglise, afin que le témoignage rendu par les croyants ,soit plus fort et plus efficace ».

 

 Père Parfait