Paroisse Bellegarde

Homélie de Noël: Une invitation pour remettre le Seigneur au coeur de nos vies.

Comme je n’ai pas la télévision, et je suis très content de m’en être libéré, je n’écoute que la radio ! Il m’arrive parfois d’entendre l’interview de quelqu’un qui a décidé de faire beaucoup de bien. On lui demande comment il a eu cette idée, pourquoi il a pris cette décision ; on voit bien, et c’est très beau que chacun a des raisons très personnelles de faire du bien. En cette fête de Noël, on aimerait pouvoir interviewer Dieu lui-même et lui demander : pourquoi, tu as décidé de nous faire tellement de bien en nous envoyant ton Fils ? Parce que j’espère que vous êtes convaincus qu’en nous envoyant Jésus, Dieu a fait du bien à tous les hommes. 

 

Je suis sûr que si on avait pu tendre un micro à Dieu comme dans une interview, il aurait dit ce qu’on a entendu dans le conte du début de la messe : J’ai envoyé Jésus pour rejoindre et aider tous ceux qui reconnaissent toutes les insuffisances de leur vie. C’est à dire tous ceux qui sont habités par l’immense désir de faire du bien et qui n’y arrivent pas toujours. Et là, je crois que nous pouvons tous nous reconnaître. Dieu ajouterait, j’ai envoyé Jésus pour réparer tout ce qu’il y a de cassé dans vos vies. Parce que, dans toute vie, il y a de la casse. Certains n’ont pas été aimés comme ils auraient désiré être aimés, d’autres ont subi des violences ; chez d’autres encore, c’est une maladie, un deuil a fait de la casse dans leurs corps et dans leurs cœurs. Dieu nous dirait encore : j’ai envoyé Jésus pour vous libérer de vos mensonges, de tous vos actes mauvais. Oui, vraiment ce conte répond de manière juste et simple à la question que nous voulions poser à Dieu : Pourquoi as-tu envoyé Jésus dans le monde ? Question qui revient à chercher le vrai sens de la fête de Noël que nous célébrons en cette nuit.

 

Dieu a envoyé Jésus dans le monde parce que, comme le dit le pape François, ce n’est pas la même chose de marcher avec Jésus qui nous soutient et qui éclaire notre chemin que de marcher à tâtons en portant seuls le poids de nos difficultés. Mais cela, nous, on ne le comprend pas toujours parce que, ce qu’on aimerait, c’est qu’il n’y ait jamais de difficultés dans notre vie. Hélas, c’est pas possible. Tous, nous nous heurtons à un moment ou à un autre à des problèmes qui peuvent nous gâcher la vie. C’est le grand mystère du mal face auquel nous n’avons pas de réponse. 

 

Bien sûr il y a du mal qui peut être expliqué par la méchanceté des hommes. Et on en a eu un exemple terrible lors des attentats. Mais il y a aussi beaucoup de problèmes qui ne sont pas explicables par la méchanceté : pourquoi telle maladie s’abat sur une personne qui est pourtant connue pour faire beaucoup de bien ? Oui, s’il y a un mal explicable par la méchanceté, il y aussi beaucoup de mal qui reste inexplicable et qui nous interroge fortement, parfois même qui fait douter de Dieu.  

 

La réponse de Dieu, ce n’est pas de faire de grands discours pour expliquer, pour se disculper en démontrant qu’il n’est jamais responsable du mal. La réponse de Dieu, ça a été d’envoyer Jésus pour rejoindre tous ceux qui n’en peuvent plus, tous ceux qui trouvent que le fardeau de leur vie est trop lourd pour leurs pauvres épaules. Quand on se met à croire pour de bon que Dieu peut nous aider, c’est vrai que ça change beaucoup de choses dans nos vies. Attention, les problèmes ne sont pas réglés comme par un coup de baguette magique car Dieu n’est pas un magicien. Et c’est tant mieux car les magiciens agissent par des tours de passe-passe. Dieu, il agit par amour.          Et c’est donc par amour qu’il envoie Jésus pour que nous ne soyons plus écrasés, pour que nous trouvions la force de marcher. Ceux qui mettent leur foi en Lui font cette expérience étonnante de sentir sa présence si réconfortante à leurs côtés, une présence qui donne un courage et une force qu’on ne peut pas trouver en soi. 

 

Mais quand on se demande pourquoi Dieu a envoyé Jésus Peut-être qu’il faudrait rajouter une autre raison. En effet, si Dieu a envoyé Jésus dans le monde, c’est aussi pour nous aider à vivre en frères. En nous révélant que Dieu est le Père de tous les hommes, en nous offrant la possibilité d’accueillir son amour de Père, Jésus nous apprend la fraternité et notre monde en a bien besoin en ce moment. C’est de fraternité que notre monde a le plus besoin, or tout le monde met l’accent sur la liberté ou sur l’égalité. Mais nous ne vivrons heureux que lorsque nous vivrons dans la fraternité.

 

Vous aurez compris qu’en résumé, on peut vraiment dire que Dieu a envoyé Jésus dans le monde pour faire du bien, beaucoup de bien aux hommes. Le problème, c’est que dès que j’affirme cela, il y a une question qui arrive immédiatement : Si Dieu est venu pour faire du bien aux hommes, pourquoi ça va si mal dans le monde ? Oui, Dieu a voulu venir dans le monde pour nous aider, mais n’avez-vous pas l’impression que bien des hommes cherchent, de plus en plus, à le renvoyer hors du monde ? 

 

Pour justifier ce renvoi, on invoque à tort et à travers la loi sur la laïcité. Le cardinal Barbarin vient de donner une interview pour rappeler que si l’État se doit d’être laïc et ça, c’est la loi. La société, elle, elle ne peut pas être laïque. La société, elle est faite de femmes et d’hommes qui ont le droit d’avoir une religion et de la pratiquer. Et cette fameuse loi sur la laïcité, elle était aussi là pour garantir à chaque citoyen la possibilité de pratiquer sa religion. Alors, bien sûr, l’État doit veiller à ce qu’aucune religion ne vienne dicter sa loi et c’est aussi cela la laïcité. Mais, voyez-vous quand on veut interdire tout signe religieux traditionnel, comme une crèche, dans l’espace public, on est au-delà de la loi et ceux qui font ce genre de propositions ont clairement en tête la volonté de mettre Dieu dehors, alors qu’il est précisément venu dans le monde pour nous aider en respectant pleinement notre liberté.

 

Ceci dit il ne faut pas seulement s’en prendre à certains responsables politiques qui s’abritent derrière la laïcité pour évacuer Dieu le plus proprement possible. Dieu n’a-t-il pas aussi été évacué discrètement de nos maisons, de nos familles, de nos vies ? Quelle place nous donnons vraiment à Dieu ? Ce soir, nous sommes nombreux, mais habituellement, il n’y a pas besoin de réserver sa place à l’église. N’avons-nous pas, nous aussi, tendance à évacuer Dieu de nos vies ? Beaucoup disent : je suis croyant mais pas pratiquant. Peut-on rester croyant sans être pratiquant ? Moi, en tout cas, je ne le pourrais pas ! Car c’est le temps que j’accorde à quelqu’un qui dit la place qu’il occupe dans ma vie. Honnêtement, quand on se dit croyant mais pas pratiquant, quel temps est donné à Dieu ? Beaucoup de personnes ne sont pas contre Dieu, mais petit à petit, il est sorti de leur vie en sortant de leur agenda.

 

 

Et voyez-vous, ce qui est terrible, c’est que, lorsque ça va mal, dans le monde, dans nos vies, c’est toujours Dieu qu’on accuse en premier : mais qu’est-ce que j’ai fait au Bon Dieu pour mériter ça ? Et pourquoi n’agit-il pas pour éviter tout ça ? Avouez que c’est paradoxal : Lui que nous avons tendance à évacuer de nos vies, à mettre à la porte du monde, Lui que nous ne voulons plus voir présent dans l’espace public, nous n’arrêtons pas de le rendre responsable de ce qui ne va pas ! 

 

Alors, ce soir, je vous invite à l’écouter nous dire, sans reproches, mais avec beaucoup de souffrances : et si vous acceptiez de me reprendre avec vous, vous ne croyez pas que ça irait mieux ? Si vous acceptiez ma présence à vos côtés, peut-être que je pourrais vous aider à porter ce qui est trop lourd pour vous ? Si vous acceptiez ma présence au cœur de vos vies peut-être que je pourrais, moi qui suis votre Père à tous, vous aider à vivre en frères ? 

 

Mes amis, si je vous dis cela, ce n’est pas parce que je serais un nostalgique du temps où l’Église était puissante. Sûrement pas ! Le fait que l’Église soit fragile est plutôt une bonne chose, elle ressemble mieux à son Seigneur venu au monde dans la fragilité d’un nouveau-né.  Non, en disant cela, je ne cherche qu’une seule chose : que notre monde devienne meilleur, que nos vies soient meilleures et je constate que ce n’est pas en évacuant Dieu qu’on devient meilleur, que le monde devient meilleur, bien au contraire ! Alors, puisqu’en venant ce soir dans cette église, nous avons choisi d’ouvrir à nouveau la porte à Dieu, pourquoi ne pas le remettre au cœur de nos vies, au cœur du monde. Essayez, c’est garanti ou remboursé !

 

Jesus