Paroisse Montrevel-en-Bresse

La nouvelle évangélisation

Chers frères et sœurs,

 

Nous entendons bien souvent parler de l’évangélisation, de la nouvelle évangélisation. Les prêtres du diocèse se sont retrouvés pour réfléchir sur la place de l’évangélisation dans leur ministère. Mais cette réalité même d’annoncer l’évangile n’est pas réservée à un petit groupe de personne. Chaque baptisé est appelé à être missionnaire en vertu de la grâce de son baptême. Dans une formule dont il a le secret, le Pape François a pu dire : « Un chrétien qui n’évangélise pas est un chrétien à la retraite ». Alors ne soyons pas des retraités de la foi chrétienne !

 

Chaque baptisé est appelé à répondre à l’appel de Dieu en faisant confiance à l’Esprit Saint. Dieu pose son regard à la fois doux et puissant sur chacun d’entre nous, alors laissons-le faire son œuvre dans notre vie en répondant humblement mais réellement à son appel.

 

Chaque famille est appelée à être une petite Église domestique qui, en avançant à la suite de Jésus, se met en marche vers l’évangélisation non seulement en son sein mais également autour d’elle.

 

Chaque communauté paroissiale est appelée à avoir une dimension missionnaire non seulement en témoignant par sa vie mais également en étant capable d’aller vers les autres, aller aux « périphéries », d’une manière résolue en osant accueillir en disant : « Tu sais Jésus t’aime et moi aussi je t’aime, alors je suis heureux que tu sois là ! »

 

Ce souci de l’évangélisation est celui de l’Église toute entière. Écoutons le Pape Paul VI qui écrit dans un document datant de 1975 mais qui est toujours d’actualité :

 

« L’effort pour annoncer l’Evangile aux hommes de notre temps, exaltés par l’espérance mais en même temps travaillés souvent par la peur et l’angoisse, est sans nul doute un service rendu à la communauté des chrétiens, mais aussi à toute l’humanité.

 

C’est pourquoi le devoir de confirmer les frères, que Nous avons reçu du Seigneur avec la charge de Successeur de Pierre, et qui est pour Nous une ‘préoccupation quotidienne’, un programme de vie et d’action, et un engagement fondamental de notre pontificat, ce devoir Nous paraît encore plus noble et nécessaire lorsqu’il s’agit d’encourager nos frères dans la mission d’évangélisateurs pour que, en ces temps d’incertitude et de désarroi, ils l’accomplissent avec toujours plus d’amour, de zèle et de joie » (Evangelii Nuntiandi, n° 1)

 

Plusieurs années plus tard, le saint Pape Jean-Paul II rappellera avec force : « L’élan missionnaire appartient à la nature intime de la vie chrétienne » (Redemptoris Missio, 1990)

 

Dans Evangelii Gaudium, le Pape François ne dit pas autre chose lorsqu’il invite tous les fidèles du Christ à renouveler leur joie de disciple de Jésus afin d’entre être les témoins dans le monde d’aujourd’hui.

 

En fait, les papes successifs nous invitent à faire nôtre ces quelques mots de saint Paul :

 

« En effet, annoncer l’Évangile, ce n’est pas là pour moi un motif de fierté, c’est une nécessité qui s’impose à moi. Malheur à moi si je n’annonçais pas l’Évangile ! Certes, si je le fais de moi-même, je mérite une récompense. Mais je ne le fais pas de moi-même, c’est une mission qui m’est confiée. » (1Co 9,16-17)

 

Que faire ? Il nous est nécessaire de regarder le Christ annoncer la Bonne Nouvelle afin d’entrerd ans une authentique imitation de Jésus-Christ.

 

« Aux autres villes aussi, il faut que j’annonce la Bonne Nouvelle du règne de Dieu, car c’est pour cela que j’ai été envoyé. » (Lc 4,43)

 

Le contexte de ces paroles de Jésus nous conduit au début de son ministère public. Après avoir passé du temps d’une manière cachée auprès de sa famille à Nazareth, Jésus, dont la venue est annoncée par Jean-Baptiste, part en mission. Il est tout d’abord baptisé puis il va au désert où il est tenté. Ensuite, après avoir été vainqueur de la tentation, Jésus se trouve dans la synagogue de Nazareth où il annonce l’accomplissement de la Parole du prophète Isaïe. Et nous le voyons non seulement parler mais également par des gestes évangéliques en guérissant des maladies spirituelles et physiques. C’est alors qu’il annonce qu’il est venu pour proclamer la Bonne Nouvelle du Royaume et pour pouvoir le faire, il appelle des disciples.

 

Si nous nous enracinons dans les mystères de la vie du Christ alors nous découvrirons l’œuvre que Dieu accomplit en nous et pour nous afin de l’accomplir par nous. En grandissant ainsi dans la foi, nous deviendrons alors missionnaires.

 

Abbé Pierre Le Bourgeois