Paroisse Pont-de-Veyle

Impossible de se taire !   

 

 

Dans l’Evangile de ce dernier dimanche d’octobre, nous voyons Bartimée, un aveugle mendiant qui interpelle Jésus qui passe tout près de lui. On essaye de le faire taire, mais lui, « criait de plus belle » nous précise St Marc.

 

Je dois l’avouer : il m’est très sympathique ce Bartimée ! Pourquoi ? Parce qu’il nous dit quelque chose à nous, Chrétiens de la vieille Europe qui sommes, avouons-le, un peu timide et se laissent impressionner – voire dominer – par la fameuse laïcité à la Française qui est devenue une véritable dictature contre l’annonce explicite de l’Evangile. En permanence, on nous explique que, au nom de la laïcité, la religion (entendez, la Foi Catholique surtout !) doit rester dans une sphère privée. L’Eglise ne doit pas prendre part aux débats de la société, ne doit pas se prononcer sur tel ou tel sujet d’éthique. Les chrétiens – en France – doivent faire « profil bas » pour respecter cette règle laïque qui, en définitive, est une négation et un rejet, de l’expression de la Foi. Et pourtant, les mêmes défenseurs de la laïcité ne se gênent pas pour reprendre des termes propres à ceux de l’Eglise : grand-messe, consécration, recueillement, baptême républicain, ferveur etc…

 

Mais, d’une part, dans la Loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat, on peut lire, par exemple : « L’Etat doit permettre à chacun de pratiquer son culte en assistant aux cérémonies ou en suivant l’enseignement propre à sa croyance. Si un croyant est retenu dans un établissement géré par l’Etat, il doit pouvoir pratiquer son culte au sein de cet établissement. C’est pourquoi la loi de 1905 prévoit la mise en place d’aumôneries dans les hôpitaux, les prisons et les lycées, c’est-à-dire dans des lieux qui possèdent un internat qu’on ne peut pas quitter. Son article 2 qui interdit toute subvention à un culte prévoit pourtant que pourront toutefois être inscrites auxdits budgets les dépenses relatives à des services d’aumônerie et destinées à assurer le libre exercice des cultes dans les établissements publics tels que lycées, collèges, écoles, hospices, asiles et prisons ». Dans le même esprit, on pourrait citer aussi le droit aux processions où l’Etat se doit d’assurer la sécurité etc…

 

D’autre part, vouloir réduire la Foi Catholique à une sphère privée c’est nier les racines chrétiennes de notre pays. Combien de calvaires, de statues de la Vierge Marie sont présents à la croisée de nos chemins ? Les vacances scolaires et les congés ne sont-ils pas en lien avec les grandes fêtes Chrétiennes ? Les défenseurs de la laïcité sont-ils prêts à renoncer au repos du jour de Noël ? Les professeurs au pont de l’Ascension ?

Oui, Bartimée a bien raison de crier de plus belle ! Et il est indispensable que tous et chacun nous réveillions le petit Bartimée qui sommeille en nous ! Le Catholique de France doit parler, doit crier même ! Le Catholique de France doit faire du bruit dans la société et faire entendre la parole libératrice de l’Eglise ! Le Catholique de France doit s’engager en politique et mettre en avant la splendide Doctrine sociale de l’Eglise ! Le Catholique de France doit persévérer dans le domaine de la médecine pour que l’Evangile de la Vie y soit annoncé et mis en exercice ! Le Catholique de France doit envahir l’espace public afin que, par exemple, l’institution du Mariage soit respectée et maintenue ! Merci au Pape François d’avoir canonisé en plein Synode sur la famille, Louis et Zélie Martin, montrant au monde entier ce qu’est le mariage ! Merci au Pape François, par cette canonisation, de transmettre des messages forts à ce monde sourd : modèle du couple, modèle de la famille, respect de la vie du début à son terme (Louis Martin quoique très malade n’a pas subît le châtiment de l’euthanasie !). L’Eglise, une fois encore, est experte en humanité ! C’est Elle qui donne la direction au monde ! On veut faire taire Bartimée mais celui-ci crie de plus belle ! Peut-être ce mot du Curé m’attirera les foudres… mais je ne me tairai pas car se taire serait renier le Christ qui « seul a les paroles de la Vie Eternelle ». Puissent tous les Chrétiens du Groupement Paroissial faire de même, avec charité et douceur, mais avec la fermeté qui convient.

                                                                                              Votre Curé, Père Olivier BARNAY +