Paroisse Lhuis

Une nouvelle chapelle en l’église de Lhuis

La communauté paroissiale de Lhuis était en fête ce mardi 8 septembre, pour accueillir Mgr Pascal Roland venu bénir l’oratoire aménagé sous le clocher de l’église.


Copie de 011

L’espace d’environ 15 m² était trop exigu pour accueillir plus d’une bonne vingtaine de fidèles. L’oratoire, où toute l’année auront lieu les célébrations en semaine, permettra de libérer une pièce du presbytère pour les catéchismes ; il sera en effet chauffé et l’épaisseur des murs – 1 m 20 à 1 m 50 sous une voûte en coupole montée sur trompes – garantira une température convenable.

Monseigneur a d’abord béni l’eau et aspergé les murs, puis a encensé le petit autel rectangulaire, sur lequel est gravé le globe terrestre surmonté de la croix, emblème cartusien depuis le XIIIème siècle : c’est l’oeuvre d’un excellent ébéniste de Groslée (M. Marc Gruson), à qui l’on doit également le maître-autel de l’église, de même facture. Les servants ont ensuite disposé les nappes blanches sur la table du sacrifice, ils ont placé les luminaires, qui symbolisent la résurrection du Christ. L’évêque a de même procédé ensuite pour la réserve eucharistique : l’exiguïté du lieu et l’évidement du mur sud du clocher, en forme d’absidiole éclairée par un vitrail, ne permettaient guère la fixation d’un tabernacle. Le Père Bertrand Berhault, curé de la paroisse, a eu l’ingénieuse idée de suspendre au-dessus de l’autel une « colombe eucharistique », créée spécialement par un atelier monastique. Dans la théologie chrétienne, la colombe aux ailes déployées symbolique, depuis les premières générations chrétiennes, l’Esprit Saint. Elle n’était pas seulement considérée comme un symbole de paix divine, mais c’est sous la forme d’une colombe (Evangile selon St Luc, 3, 22) que l’Esprit Saint s’est manifesté lors du baptême de Jésus. Ce mode de conservation des Saintes Espèces est attesté dans les textes depuis le Vème, voire le IVème siècle, et est encore en usage dans les églises orthodoxes.

 

Copie de absidiole

 

A l’issue de la messe, Monseigneur a béni le vitrail représentant saint Bruno ainsi que les statues placées sur les deux appliques d’angles : la Vierge et l’Enfant couronné à gauche, saint Joseph à droite.

Après la célébration, une collation servie au presbytère a permis à l’assemblée de se retrouver dans la joie autour de notre évêque, qui a remercié chaleureusement ceux dont la générosité a permis cette réalisation et les personnes qui, comme Jean-Pierre et Christine Rouillaud tout particulièrement, n’ont ménagé ni leur temps ni leurs efforts pour offrir un aménagement de grande qualité.

 

Copie de Autel

 

Avoir placé cet oratoire sous le signe de saint Bruno, fondateur des chartreux (mort en 1101), est tout naturel dans une paroisse sur le territoire de laquelle s’élève la Chartreuse de Portes (commune de Bénonces), l’une des plus anciennes de I’Ordre, fondée il y a tout juste neuf cents ans cette année, comme I’a souligné un colloque organisé en juin dernier à Belley. Quant à la date du 8 septembre, elle nous ramène, elle aussi aux chartreux : Monseigneur avait certes de multiples contraintes d’emploi du temps, mais c’est précisément en la fête de la Nativité de la Vierge qu’en 1163, à Bourges, le pape Alexandre III consacra évêque de Belley Anthelme de Chignin, qui avait été prieur de Portes de 1152 à 1154, et dont le culte est toujours si populaire en notre région.

Habitants du canton et visiteurs de l’église romane de Lhuis, ne manquez pas d’admirer le nouvel oratoire et de vous y recueillir.

Benoît Gain

 

Copie de ST BRUNO