Paroisse Pont-de-Veyle

Tu sanctifieras le jour du Seigneur.

 

Le 31 mai 1998, le Saint Pape Jean-Paul II offrait à l’Eglise universelle une belle réflexion sur le sens du dimanche (lettre Apostolique « Dies Domini »). Au moment où notre paroisse prend un nouveau départ avec sa Messe de rentrée le dernier dimanche de septembre, il n’est peut-être pas inutile de prendre le temps de nous replacer devant les yeux l’importance du Dimanche.

 

Tout d’abord, parce que c’est un commandement Divin : « Tu sanctifieras le jour du Seigneur ».  C’est un ordre que nous donnes Dieu de sanctifier le dimanche. Dans notre société où tout semble permis, on n’aime pas bien l’expression « obligatoire », « donner des ordres »… et pourtant, oui, Dieu donne un ordre : « Tu sanctifieras le jour du Seigneur ». Tout parent sait bien que lorsque l’on donne un ordre à son enfant, cela est pour son bien. D’ailleurs, au plus profond d’eux-mêmes, même s’ils râlent un peu, les enfants savent bien que papa et maman veulent leur bonheur ! Dieu nous donne cet ordre parce qu’Il sait mieux que nous que cela – sanctifier son Jour- est nécessaire pour nous. Pourquoi ? Parce que nous avons besoin de nous rappeler chaque semaine que nous sommes faits pour Dieu. Chaque semaine, nous avons besoin de mettre en mémoire ce jour capital de l’histoire de l’humanité qui est le jour de Pâques, jour de la Résurrection du Christ, Jour de notre Salut, Jour où les portes de la Vie se sont ouvertes à tout jamais pour nous. « Le dimanche est, en effet, le jour où, plus qu’en tout autre, le Chrétien est appelé à se souvenir du Salut qui lui a été offert dans le Baptême et qui a fait de lui un homme nouveau dans le Christ » écrit St Jean-Paul II dans sa lettre Apostolique.

 

Par suite, le dimanche donne un rythme à notre vie quotidienne. Dans le livre de l’Ecclesiaste, nous pouvons lire que Dieu nous appelle à une vie équilibrée entre le travail et le plaisir. Ce n’est pas un plaidoyer pour la paresse,  loin de là ! Mais notre vie ne se limite pas au travail seulement, au rendement, à la consommation n’en déplaise à tous nos responsables politiques et économiques qui militent pour l’ouverture des magasins le dimanche !  Quelle tristesse pour l’homme qui n’est pas capable de prendre le temps de la joie et de la détente, de se réjouir dans toutes les bonnes choses que Dieu lui donne. Dieu veut que nous travaillions et que nous y mettions tout notre cœur mais Il est également favorable à des moments de rire, de gaïeté, de joie où la famille et les amis sont ensemble réunis autour de Lui pour l’Eucharistie du Dimanche et, à sa suite, un bon repas en famille, une belle ballade ensemble, une partie de jeux de société ou que sais-je !

 

Enfin, rappelons-nous ces paroles lumineuses du non moins lumineux Pape émérite Benoit XVI lors des Journées Mondiales de la Jeunesse à Cologne en 2005 : « Il est beau qu’aujourd’hui, dans de nombreuses cultures, le dimanche soit un jour libre ou, qu’avec le samedi, il constitue même ce qu’on appelle le « week-end » libre. Ce temps libre, toutefois, demeure vide si Dieu n’y est pas présent. Chers amis! Quelquefois, dans un premier temps, il peut s’avérer plutôt mal commode de devoir prévoir aussi la Messe dans le programme du dimanche. Mais si vous en prenez l’engagement, vous constaterez aussi que c’est précisément ce qui donne le juste centre au temps libre. Ne vous laissez pas dissuader de participer à l’Eucharistie dominicale et aidez aussi les autres à la découvrir. Parce que la joie dont nous avons besoin se dégage d’elle, nous devons assurément apprendre à en comprendre toujours plus la profondeur, nous devons apprendre à l’aimer. Engageons-nous en ce sens – cela en vaut la peine! Découvrons la profonde richesse de la liturgie de l’Eglise et sa vraie grandeur:  nous ne faisons pas la fête pour nous, mais c’est au contraire le Dieu vivant lui-même qui prépare une fête pour nous. En aimant l’Eucharistie, vous redécouvrirez aussi le sacrement de la Réconciliation, dans lequel la bonté miséricordieuse de Dieu permet toujours un nouveau commencement à notre vie ».

 

Permettez-moi enfin ce message personnel : J’en appelle aux familles pour que l’Eucharistie du dimanche soit placée au cœur du programme des week-end. J’en appelle aux fidèles paroissiens afin que vous mettiez en place un système de co-voiturage pour prendre tel ou tel enfant qui ne pourrait pas venir, ou telle ou telle personne âgée ou malade. Que nos Eucharisties Dominicales soient vraiment le centre de la vie de notre Communauté Paroissiale. « Destiné à soutenir la vie Chrétienne, le dimanche acquiert naturellement aussi une valeur de témoignage et d’annonce ». (St Jean-Paul II dans la même Lettre Apostolique).

 

Votre Curé, Père Olivier BARNAY +