« La foi qui sauve »

Solennité de la Sainte Famille

St Luc 2,  22—40

Ste Famille-marieanastasia2

Dans le prolongement de Noël, nous célébrons aujourd’hui la fête de la Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph. Elle nous est présentée comme le modèle de toutes les familles. Cette année, les lectures bibliques n’ont pas mis l’accent sur les vertus familiales mais sur la foi. Nous avons là un autre aspect de cette fête de la Sainte Famille. Elle nous rappelle que la foi est une dimension essentielle de la vie familiale. Elle tisse des liens très forts entre les personnes que tant de choses séparent.

 

La foi façonne des existences solides. Elle nous aide à faire face aux problèmes de la vie. Il faut savoir que la seconde lecture (lettre aux Hébreux) a été écrite pour des chrétiens persécutés. C’est pour les édifier et leur redonner du courage que cette lettre a été écrite. Elle leur montre Abraham comme modèle de la foi en Dieu. « Grâce à la foi », le projet de Dieu a pu s’accomplir. La lettre aux Hébreux nous invite à une relecture de tous ces événements anciens : l’aventure d’Abraham s’accomplit en Jésus ; c’est lui le meilleur témoin de la foi. Il en est l’initiateur et l’aboutissement.

 

L’Evangile nous montre Marie et Joseph qui se rendent au temple pour présenter leur enfant au Seigneur. Malgré leur destin exceptionnel, ils restent fidèles aux rites de la loi. Certains prétendent parfois que la foi seule suffit et qu’il n’y a pas besoin de toutes ces « histoires de curés ». L’humble démarche au Temple de cette famille exceptionnelle nous rappelle que les rites religieux ne sont pas que des grimaces. Ils peuvent et ils doivent être une façon d’exprimer ce qui se passe dans le cœur. L’Eglise nous invite à certaines démarches qui expriment et nourrissent la foi.  

 

Au cours de leur passage au temple, il y a cette rencontre avec Siméon et Anne. Ces derniers étaient habités d’une attente. « L’Esprit avait révélé (à Siméon) qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Messie du Seigneur. » Tous deux ont une foi tendue vers leur Dieu. Ils nous apprennent à réagir quand la foi se laisse envahir par la routine. Cette routine c’est quand je suis là avec mon corps et que mon cœur est ailleurs. La foi ne sera vraiment authentique que si elle nous met chaque jour en mouvement.

 

Voilà cette rencontre extraordinaire. La plupart des gens n’ont rien vu. Seuls Siméon et Anne en ont compris tout l’enjeu. Nous voyons bien qu’il en est souvent de même dans nos Eucharisties. Siméon comprend que beaucoup vont rejeter Celui dont la venue réjouit son cœur. il sait aussi que ce petit enfant provoquera le relèvement de beaucoup. Le Salut attendu depuis longtemps est là, en cet enfant. Saint Luc nous dit en clair ce que le reste de son Evangile va nous montrer : Jésus est le Seigneur de toutes les nations.

 

Que retenir de ces textes bibliques ? Tout d’abord une invitation à approfondir notre foi pour qu’elle soit plus vivante et plus forte. Jésus nous est présenté comme la Lumière des nations. Vivre Noël, c’est accueillir cette lumière dans nos vies, dans nos familles. C’est avec lui que nous pourrons grandir dans la foi. Elle va nous pousser au témoignage joyeux, serein et convaincu. La foi est une amitié avec le Christ, le Fils de Dieu et Unique Sauveur du monde.

 

En ce jour, nous te prions, Seigneur : que ta Parole nous habite et fasse vivre chacune de nos familles. Conduis-nous sur le chemin que tu es venu nous montrer. Garde-nous fidèles à ton amour.

Amen