4ème Dimanche de l’Avent

 

St Marc 1 ,  26—38

4em dimanche de l'avent

 

Ce mystère de la Nativité que nous allons fêter dans quelques jours, n’est donc pas seulement « Dieu avec nous. » C’est tout autant « nous avec Dieu et Dieu en nous ». Nous retrouvons là l’immensité du message que Marie a entendu « Le Seigneur est avec toi … pleine de grâce. La puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre. » Comme dans l’Ancienne Alliance, la nuée de Dieu l’absorbe.

 

La nuée de Dieu nous absorbe en l’Esprit-Saint. L’homme a toujours cherché et cherche encore la proximité de Dieu. Depuis l’Incarnation révélée en Marie, c’est plus qu’une proximité. Il est avec nous et nous sommes avec Lui. Il peut être connu au travers de la dimension qui est la nôtre. L’Infiniment Autre a pris notre mesure en Jésus-Christ. A nous de prendre désormais la sienne.

Comme Marie, il nous faut adorer ce mystère sans trop en parler avec des mots humains, car il ne peut s’exprimer en plénitude au travers de nos paroles humaines. « Marie gardait tout cela, avec soin, en son cœur ».

Quand Dieu prend Marie en son sein trinitaire en la couvrant de son ombre, il vient dans le sein de la Vierge Mère. Chaque chrétien, devenu temple de l’Esprit-Saint par le baptême, est désormais aussi demeure de Dieu.

Le mystère de l’Incarnation n’est pas un jour anniversaire, celui que nous fêtons à Noël. Au travers des millénaires, c’est la réalité de Dieu fait homme pour toujours. C’est la réalité de l’homme divinisé. Non pas seulement la possibilité d’atteindre un Dieu qui se fait proche, mais lui resterait extérieur. C’est la possibilité pour l’homme de partager la vie même de Dieu. Nous avons à accueillir Dieu en nous, « l’Emmanuel », au travers des péripéties de notre vie comme au travers de nos évidences humaines qui se transforment en évidences de la Foi.

« Rien n’est impossible à Dieu » (Luc 1. 37 – Luc 18. 27) pour qu’il réalise en nous sa volonté, si nous lui offrons la nôtre. « Que tout se passe pour moi selon ta parole », même si aujourd’hui le sens de cette parole ne nous apparaît pas au travers des mystères joyeux et douloureux que nous vivons au quotidien. Puissent-ils devenir des mystère lumineux !

« Que ta grâce, Seigneur notre Père, se répande en nos cœurs. Par le message de l’Ange, tu nous as fait connaître l’Incarnation de ton Fils bien-aimé. Conduis-nous, par sa Passion et par sa croix, jusqu’à la gloire de la Résurrection. » (Prière d’ouverture de ce dimanche)