« Tu aimeras…. »

 

30ème Dimanche du Temps Ordinaire

St Matthieu 22, 34—40

 

aimer-son-prochain-237849_2

 

L’Evangile nous montre que Jésus a beaucoup souffert des persécutions. Les chefs religieux se sont mis à le harceler de questions pour le piéger et le dénoncer. Nous avons entendu celle d’aujourd’hui : « Dans la loi, quel est le plus grand commandement ? »  Oui, c’est une question importante. Mais ici c’est un piège pour coincer Jésus. Ses adversaires l’accusent de ne pas respecter la loi de Moïse : il ne respecte pas le Sabbat qui interdit toute activité ; il accueille les pécheurs ; il touche les lépreux ; il va vers les exclus. Tout cela avait été interdit par Dieu dans la loi de Moïse.

 

Quel est le plus grand de tous les commandements ? La question mérite d’être posée car il en a 613 positifs et interdits. Où est le plus important ? La réponse, nous la trouvons dans la Bible : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur » (Dt 6. 5) « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Lv 19, 18). Ce qui est premier, c’est qu’il y a dans la Bible, tout ce qui doit être fait, dépend de ces deux commandements.  

 

Cet Evangile nous interpelle tous : que valent nos prières s’il n’y a pas un vrai amour pour Dieu et de nos frères ? Les deux vont ensemble. Ils ne peuvent aller l’un sans l’autre. Nous ne pouvons pas aimer Dieu sans aimer notre frère. Et nous ne pouvons pas nous occuper du frère en abandonnant Dieu. Pour être un bon chrétien, nous avons besoin d’être relié au Christ par la prière, l’Eucharistie et les sacrements. Ces rendez-vous avec le Seigneur sont essentiels. Mais ils doivent aller de pair avec le service du frère dans notre vie de tous les jours. Nous n’avons pas à choisir entre Dieu et l’homme. Depuis Jésus, les deux vont ensemble. Sur la croix, il est entièrement tourné vers le ciel, mais ses bras sont étendus vers tous les hommes du monde entier. C’est pour l’humanité toute entière qu’il a livré son Corps et versé son Sang.

 

Cet appel à aimer à la manière de Jésus nous rejoint dans un monde dur et violent. Toutes ces guerres, ces attentats, ces enlèvements, ces exécutions sommaires, ce n’est pas supportable. De même, ce pouvoir de la finance qui enfonce les plus pauvres dans la misère, c’est absolument intolérable. C’est dans ce contexte que l’Eglise s’efforce de rester fidèle au grand commandement de l’amour de Dieu et du prochain. Elle est partout présente pour annoncer l’Evangile du Christ mais aussi pour servir l’être humain dans sa globalité. Des chrétiens s’organisent pour aider les plus démunis à sortir de leur pauvreté. Ils nous invitent tous à les rejoindre. Il importe que notre charité soit active et généreuse. Le Seigneur est là pour nous montrer le chemin.

 

Nous faisons monter vers le Seigneur cette prière de Saint François : « Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix, la où est la haine, que je mette l’amour. Là où est l’offense, que je mette le pardon. Là où est la discorde, que je mette l’union. Là où est l’erreur, que je mette la vérité. Là où est le doute, que je mette la foi. Là où est le désespoir, que je mette l’espérance. Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière. Là où est la tristesse, que je mette la joie. Amen