Paroisse Pont-de-Veyle

Que notre prière monte vers Toi comme un encens…

Parfois on m’interroge sur l’utilisation de l’encens au cours des Messes Dominicales. La crise des années 70-80-90 étant, heureusement, derrière nous, les interrogations à ce sujet tournent surtout autour du sens profond de l’encensement. Pourquoi utiliser l’encens ? Quelle en est le bien-fondé de l’utilisation de l’encens ? Voici donc quelques petits éléments de réponse.

 

Rappelons d’abord que dans l’Eglise de Jésus les symboles sont très importants. Ils sont l’image visible d’une réalité invisible.

 

Le Seigneur a lui-même voulu ces symboles : l’eau du Baptême – symbole de la grâce qui purifie du péché originel ; l’huile parfumée du Saint-Chrême – symbole du Saint-Esprit qui est donné ; le pain et le vin de l’Eucharistie – symbole du corps et du sang du Seigneur ; les alliances du mariage – symbole de l’alliance de Dieu dans le couple et ainsi de suite de tous les sacrements.

 

L’encens, quant à lui, est le symbole de la Divinité. Souvenons-nous que les Mages ont apporté l’encens à l’Enfant de Béthléem signifiant ainsi que ce bébé de la crèche est Dieu.

L’encens est aussi symbole de la prière, du sacrifice et du respect envers Dieu, les Ministres ordonnés (Pape, Evêques, Prêtres, Diacres), le peuple des Baptisés (chaque Baptisé est un temple vivant de Dieu) et les objets sacrés.

 

L’encens est un parfum. Signifiant ainsi que notre Prière devant Dieu est embaumée par notre bonne volonté, nos bonnes actions, nos bons désirs, nos sentiments les plus affectueux, notre désir de Sainteté. Cette fumée odorante qui monte est le symbole de toutes les forces que nous mettons pour rendre à Dieu tout honneur et toute gloire.

 

L’encens est un des signes liturgiques les plus riches des rites d’orient comme de l’occident. Dans le Rite romain, l’encens peut être employé au cours de toutes les Messes mais particulièrement au cours de la Messe Dominicale ou une Solennité du Christ, de la Vierge Marie, d’un Saint. Il est aussi utilisé lors des funérailles : le corps du défunt est encensé nous rappelant ainsi que untel a été baptisé et qu’il est, depuis, le temple du Saint-Esprit.

 

L’action d’encenser consiste à balancer l’encensoir pour offrir l’encens à Dieu, représenté par les symboles de la Croix, de l’Autel (qui représente le visage de Jésus continuellement tourné vers son Père), des offrandes. Et aussi par la personne du célébrant qui tient au milieu du peuple de Dieu rassemblé la place du Christ-tête et grand-Prêtre et Pasteur. Les fidèles sont aussi encensés en raison de leur dignité de fils de Dieu. Disons-le encore et encore, depuis notre Baptême nous sommes les temples vivants de Dieu. Au jour de notre Baptême, Dieu a fait irruption dans nos âmes. Il habite nos âmes. Nous sommes donc le temple du Saint-Esprit. Depuis notre Baptême nous exerçons, selon l’expression, le « caractère baptismal » de Prêtre, de Prophète et de Roi en participant de tout notre cœur à l’action liturgique. Participer ne signifie pas s’agiter, faire du bruit, se déplacer. Notre vraie participation à l’Eucharistie comme à chaque Liturgie se manifeste par notre attention à tout ce qui se fait et ce qui se dit pendant l’acte liturgique. Ainsi, tout notre être est entièrement tourné vers Dieu. Utiliser l’encens c’est mettre nos sens (l’odorat, la vue) au service de la Gloire de Dieu. Quand je vois la fumée monter de l’encensoir j’élève mon âme vers Dieu. Quand je sens la bonne odeur de l’encens je me rappelle cette bonne odeur du Saint-Chrême dont j’ai été moi-même marqué à mon Baptême. Je dois être, à mon tour, un témoin du Christ qui sent bon !

 

Nous ne pouvons que rendre grâce à Dieu pour la beauté de la Liturgie Catholique remise en valeur par l’enseignement du Concile Vatican II qui, loin d’avoir supprimé tous ces signes (contrairement à l’idée reçue… en France en particulier !), en a redonné le sens, la valeur et la profondeur. Puissent nos belles liturgies dans nos paroisses être l’expression de ce que nous vivrons pleinement au Ciel auprès de Dieu avec la multitude des Anges.                                                   

                                                                                     Votre Curé, Père Olivier BARNAY +