Hospitalité Diocésaine de Lourdes

Samedi 9 Août : Recevoir le Pardon de Dieu… Accueillir la Force de l’Esprit…

Quelques mots

A Lourdes, l’Eucharistie, le sacrement du pardon et celui de l’onction des malades sont les seuls sacrements célébrés : la nourriture pour la route et la force de guérison. Le chrétien n’est pas un « surhumain » : avec ses qualités et ses défauts, il reconnait humblement que tout seul, il ne peut rien…. Il a besoin de nourriture et de force pour poursuivre le pèlerinage de la vie.

Aller à Lourdes, boire à la fontaine et s’y laver le visage ou se laisser plonger dans les piscines, ce ne sont pas des gestes magiques. Ils sont signes de reconnaissance que sans la source qu’est le Christ ma vie est vaine. « Celui qui demeure en moi, et moi en lui, celui-là porte beaucoup de fruit. (Jn 15,5)

Lourdes

Des pistes pour méditer

  • Se convertir pour moi, est-ce signe d’une peine, d’une joie ? de quoi d’autre ?
  • Je prends le temps de considérer les appels de Dieu à changer quelque chose de ma vie, appels que j’ai pu laisser passer, ignorer ou tout simplement oublier.
  • Dans mon histoire personnelle, quelles sont les rencontres que j’ai faites et qui m’ont  apporté la lumière ? Comment ai-je répondu à ces moments de grâce ?

Lourdes

Parole de Dieu

Chants de la messe :

  • Entrée : Souffle imprévisible
  • Onction des malades : Âme du Christ
  • Communion : Je vous ai choisis
  • Envoi : Ave Maria de Lourdes

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu25, 1-13

« Alors, le royaume des Cieux sera comparable à dix jeunes filles invitées à des noces, qui prirent leur lampe pour sortir à la rencontre de l’époux. Cinq d’entre elles étaient insouciantes, et cinq étaient prévoyantes : les insouciantes avaient pris leur lampe sans emporter d’huile, tandis que les prévoyantes avaient pris, avec leurs lampes, des flacons d’huile. Comme l’époux tardait, elles s’assoupirent toutes et s’endormirent. Au milieu de la nuit, il y eut un cri : “Voici l’époux ! Sortez à sa rencontre. ”Alors toutes ces jeunes filles se réveillèrent et se mirent à préparer leur lampe. Les insouciantes demandèrent aux prévoyantes : “Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s’éteignent. ”Les prévoyantes leur répondirent : “Jamais cela ne suffira pour nous et pour vous, allez plutôt chez les marchands vous en acheter.” Pendant qu’elles allaient en acheter, l’époux arriva. Celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. Plus tard, les autres jeunes filles arrivèrent à leur tour et dirent : “Seigneur, Seigneur, ouvre-nous !” Il leur répondit : “Amen, je vous le dis : je ne vous connais pas.” Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure.